A Budapest, Robert Fico et Viktor Orbán veulent faire front commun face à l'UE

Le Premier ministre slovaque Robert Fico s'exprime lors d'une conférence de presse avec le Premier ministre hongrois Viktor Orban au monastère des Carmélites à Budapest
Le Premier ministre slovaque Robert Fico s'exprime lors d'une conférence de presse avec le Premier ministre hongrois Viktor Orban au monastère des Carmélites à Budapest Tous droits réservés Denes Erdos/Copyright 2024 The AP. All rights reserved.
Par Zoltán Siposhegyi
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le Premier ministre hongrois a reçu son homologue slovoque à Budapest ce mercredi. Les deux dirigeants souhaitent que l'Union européenne revienne sur sa politique migratoire et son aide à l'Ukraine.

PUBLICITÉ

C'est une visite que le Premier ministre hongrois attendait depuis longtemps : celle de son homologue slovaque Robert Fico, revenu au pouvoir en septembre dernier, grâce à qui il pourrait enfin sortir de son isolement en Europe.

Tout comme Viktor Orbán , le nouveau chef de gouvernement slovaque soutient une vision très conservatrice de l'Union Européenne... notamment sur les droits LGBT+ ou la politique migratoire. Les deux hommes comptent le faire savoir au prochain sommet européen en portant un message commun.

"La souveraineté est importante pour les deux Etats. Ni la Hongrie ni la Slovaquie ne souhaitent que l'UE se transforme en un super-Etat. Et nous ne voulons pas que l'immigration clandestine soit légitimée" a déclaré Viktor Orbán.

Le Premier ministre slovaque s'oppose également à toute nouvelle aide européenne à Kyiv. Robert Fico a affirmé lors de la conférence de presse que la Slovaquie était "t__rès reconnaissante envers la Hongrie pour la sécurité de l'espace aérien slovaque assurée par ses forces de défense. Les gouvernements précédents ont donné toutes les armes aux Ukrainiens, nous laissant complètement sans défense."

Viktor Orbán a affirmé que les intérêts nationaux slovaques et hongrois étaient les mêmes à 99 pour cent. Malgré le fait que Robert Fico ait voté en faveur du soutien financier à l'Ukraine et de son adhésion à l'UE lors du sommet de l'UE en décembre. Cela montre que la Hongrie Le Premier ministre surestime encore une fois l'amitié, tout comme il l'a fait avec l'Italie.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La Hongrie refuse d’approuver l’aide financière de l’UE à l’Ukraine

"Scandaleuse et trompeuse" : Věra Jourová dénonce la campagne anti-européenne de la Hongrie

Le Parlement hongrois adopte une loi pour lutter contre "les interférences étrangères"