La colère des agriculteurs s'étend en Europe

Les agriculteurs allemands dénoncent des taxes trop élevées et la fin de certaines subventions
Les agriculteurs allemands dénoncent des taxes trop élevées et la fin de certaines subventions Tous droits réservés Ebrahim Noroozi/Copyright 2024 The AP. All rights reserved.
Par Euronews avec AP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les agriculteurs de plusieurs pays européens ont lancé des mouvements de protestation, sans se coordonner pour le moment.

PUBLICITÉ

En Roumanie, agriculteurs et camionneurs sont mobilisés depuis une semaine et demie. Leur mouvement a commencé avec la dénonciation du coût croissant des assurances pour les machines lourdes mais ils réclament plus généralement des taxes moins élevées et des subventions plus équitables.

Les discussions avec le gouvernement ont commencé il y a quelques jours mais elles ont échoué.

Un mouvement qui dure en Allemagne

En Allemagne aussi, les agriculteurs protestent contre la fin programmée de certaines subventions concernant le diesel, annoncée par le gouvernement. Ils dénoncent également des procédures administratives trop lourdes.

Samedi, ils manifestaient à Berlin avec des militants écologistes, sous une bannière appelée "on en a marre".

Les agriculteurs disent soutenir une agriculture respectueuse de l’environnement mais qu'ils ont besoin pour cela de prix équitables. Les manifestants ont remis leurs revendications au ministre de l'agriculture, Cem Ozdemir.

Blocages d'autoroutes dans le Sud-Ouest de la France

Le gouvernement français est lui aussi préoccupé par les revendications des agriculteurs, qui sont proches de celles des allemands. Le nouveau Premier ministre, Gabriel Attal, a entendu leurs demandes lors d'un déplacement dans le département du Rhône, samedi.

Certains agriculteurs mènent des actions de blocage d'autoroute, surtout dans le Sud-Ouest du pays.

Selon eux, les politiques de transition écologique rendent les produits nationaux plus chers donc moins compétitifs. Ces normes sont dénoncées dans la mesure où elles ne concernent pas les produits importés.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Une, petite, partie de la contestation agricole se retrouve à Bruxelles

L'agriculture fait sa transition verte : les pistes d'avenir dans l'UE

Des agriculteurs polonais manifestent à Varsovie