Hongrie : le gouvernement décline l'offre d'une rencontre de sénateurs américains

EBU
EBU Tous droits réservés Denes Erdos/Copyright 2024 The AP. All rights reserved.
Tous droits réservés Denes Erdos/Copyright 2024 The AP. All rights reserved.
Par Euronews, AP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Une délégation bipartisane de sénateurs américains a effectué une visite officielle dans la capitale hongroise dimanche et a appelé le gouvernement nationaliste à approuver immédiatement la demande d'adhésion de la Suède à l'OTAN. Le gouvernement hongrois n'a pas donné suite à cette visite.

PUBLICITÉ

La Hongrie est le seul des 31 membres actuels de l'OTAN à ne pas avoir ratifié la candidature de la Suède. Le gouvernement hongrois face à une pression croissante a retardé la demande pendant plus de 18 mois, car l'admission d'un nouveau pays au sein de l'alliance militaire requiert une approbation unanime.

Les sénateurs en visite ont annoncé qu'ils soumettraient au Congrès une résolution commune condamnant les prétendus recul démocratique en Hongrie et exhortant le gouvernement du Premier ministre Viktor Orbán à lever son blocage sur l'intégration transatlantique de la Suède.

"En adhérant à l'Union européenne, la Hongrie et son premier ministre rendront un grand service aux pays du monde entier épris de liberté", a déclaré le sénateur Thom Tillis, un républicain de Caroline du Nord, lors d'une conférence de presse à l'ambassade des États-Unis à Budapest. 

La résolution, rapportée pour la première fois dimanche par l'Associated Press, a été rédigée par M. Tillis et Mme Jeanne Shaheen, sénatrice démocrate du New Hampshire. Le sénateur Chris Murphy, démocrate du Connecticut, les a rejoints dans la délégation qui s'est rendue à Budapest.

Au début du mois, le sénateur Ben Cardin, démocrate du Maryland et président de la commission sénatoriale des affaires étrangères, a évoqué la possibilité d'imposer des sanctions à la Hongrie pour sa conduite et a qualifié Viktor Orbán de "membre le moins fiable de l'OTAN".

Dans la résolution, obtenue par l'AP, les sénateurs notent "l_e rôle important que la Hongrie peut jouer dans la sécurité européenne et transatlantique"_, mais soulignent qu'elle n'a pas tenu ses promesses antérieures de ne pas être le dernier allié de l'OTAN à approuver l'adhésion de la Suède.

La  résolution indique au sujet de la Hongrie :" qu'elle ne s'est pas jointe à tous les autres États membres de l'OTAN pour approuver l'adhésion de la Suède à l'OTAN, manquant ainsi à son engagement de ne pas être le dernier à approuver cette adhésion et mettant en péril la sécurité transatlantique à un moment clé pour la paix et la stabilité en Europe".

Le Parlement Hongrois se dit prêt à un vote

M. Orbán, un nationaliste convaincu qui dirige la Hongrie depuis 2010, a déclaré qu'il était favorable à l'intégration de la Suède dans l'OTAN, mais que les législateurs de son parti n'étaient pas convaincus en raison des "mensonges flagrants" des politiciens suédois sur l'état de la démocratie hongroise.

Toutefois, dans un discours sur l'état de la nation prononcé samedi à Budapest, M. Orbán a indiqué que le corps législatif hongrois pourrait bientôt céder.

"C'est une bonne nouvelle que notre différend avec la Suède soit sur le point d'aboutir", a-t-il déclaré. "Nous nous dirigeons vers la ratification de l'adhésion de la Suède à l'OTAN au début de la session de printemps du Parlement.

Dimanche, Mme Shaheen a déclaré qu'il était "décevant" qu'aucun membre du gouvernement hongrois n'ait accepté l'invitation à rencontrer la délégation, mais qu'elle était "optimiste et pleine d'espoir" que l'adhésion de la Suède serait soumise à ratification le 26 février, lorsque les législateurs hongrois reprendront leurs travaux.

Mme Murphy a déclaré que le refus du gouvernement d'Orbán de rencontrer la délégation était "étrange et préoccupant", mais qu'il incombait au dirigeant de longue date de faire avancer le vote.

"Nous sommes suffisamment avisés en matière de politique pour savoir que si le Premier ministre Orbán souhaite que cela se produise, le Parlement peut aller de l'avant", a-t-il déclaré.

La Hongrie refuse "toute pression"

La résolution des sénateurs critique les relations de plus en plus chaleureuses de M. Orbán avec la Russie et la Chine, et note que si la Hongrie a ouvert ses portes aux réfugiés ukrainiens fuyant l'invasion de Moscou, elle a également "résisté aux sanctions de l'Union européenne à l'égard de la Fédération de Russie et les a diluées".

M. Orbán, largement considéré comme le plus proche allié du Kremlin au sein de l'Union européenne, est depuis longtemps critiqué pour son mépris des normes de l'Union en matière de démocratie et d'État de droit. L'UE a retenu des milliards de dollars de financement de Budapest en raison de violations présumées de ses règles.

Le gouvernement hongrois a également adopté une position de plus en plus hostile à l'égard de l'administration du président Joe Biden, accusant les États-Unis de tenter d'influencer la vie publique hongroise.

Péter Szijjártó, le ministre hongrois des affaires étrangères, a déclaré vendredi qu'il se félicitait de la visite des sénateurs, mais qu'il était "i_nutile d'essayer d'exercer une pression sur nous, car nous sommes un pays souverain"_.

"Nous sommes heureux qu'ils viennent ici parce qu'ils peuvent voir par eux-mêmes que tout ce qu'ils lisent sur la Hongrie dans les médias libéraux américains est un mensonge flagrant", a déclaré M. Szijjártó.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Hongrie : des milliers de personnes manifestent pour une société plus "saine"

Colère des agriculteurs : encore des manifestations en Pologne, en Espagne et en Hongrie

Antisémitisme : la police américaine intervient sur des campus