Les violences faites aux femmes, enjeu majeur du G20

Les déléguées du groupe de travail se sont réunies à Rome ce mardi.
Les déléguées du groupe de travail se sont réunies à Rome ce mardi. Tous droits réservés DR
Tous droits réservés DR
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les violences faites aux femmes constitueront un enjeu majeur du G20 prévu en novembre au Brésil. Le groupe de travail en charge de la question s'est réuni ce mardi à Rome.

L'émancipation des femmes, sujet-phare du groupe de travail italien au G20

PUBLICITÉ

Les violences faites aux femmes restent un enjeu de société majeur, en Italie comme dans d'autres pays. Pour lutter contre ce phénomène, le Women 20 (W20), l'un des groupes d'engagement indépendants du G20, se penche sur la question. Les délégués en charge de ce dossieront pu échanger ensemble, ce mardi, à l'invitation  du groupe de travail italien, afin de préparer le sommet qui se tiendra au mois de novembre au Brésil.

A l'ordre du jour, comment promouvoir l'émancipation des femmes, mais aussi la directive européenne en cours d'élaboration, qui vise à lutter contre les violences faites aux femmes, mais soulève la question d'une absence de définition commune du viol.

"Le Women 20 lance un appel pour rejeter la directive européenne qui sera votée par le Parlement en avril",affirme Linda Laura Sabbadini, présidente du Women20 2021. "Nous voulons qu'elle soit retoquée car elle n'inclut pas le viol et les abus sexuels sur le lieu de travail. Cela signifie également qu'elle contrevient aux exigences de la convention d'Istanbul".

Les violences sexistes doivent figurer à l'agenda politique

D'après des études récentes, la situation en Italie reste aussi critique que dans le reste de l'Europe. Si l'Etat italien n'a pas bloqué la criminalisation du viol à l'échelle de l'Union européenne, il reste encore beaucoup à faire pour lutter contre toutes les formes de violences basées sur le genre. 

"A ce stade, le gouvernement italien doit faire preuve de cohérence", poursuit l'ancienne responsable du groupe de travail. "Si l'Italie a voté en faveur de la criminalisation du viol en Europe, les lois italiennes doivent être amendées. Nous devons gagner à la fois sur le front de l'Europe, et en Italie".

Malgré l'augmentation des fonds alloués aux organisations dédiées aux violences faites aux femmes, le "féminicide", défini comme le "meurtre d'une femme en raison de son sexe",  n'est pas encore reconnu comme un crime à part entière par le droit pénal italien.

Le féminicide, grand absent du droit pénal italien

"Je pense que l'on fait désormais plus attention à cette question", estime Martina Semenzato, Présidente de la commission parlementaire sur les violences faites aux femmes. "Et ce n'est pas parce que les sujets sur les femmes tuées par leur partenaire font la une des journaux, mais plutôt parce que non seulement les femmes, mais aussi les hommes, sont devenus plus conscients du problème".

_"_La délégation italienne qui s'est réunie ce mardi au Parlement italien prendra part au Women20 prévu au Brésil", indique Georgia Orlandi, correspondante d'Euronews à Rome. "L'objectif, apporter l'expertise et l'expérience italiennes sur les questions liées aux inégalités hommes-femmes. La présidence brésilienne du groupe de travail s'est engagée à s'attaquer aux violences basées sur le genre, qui sera un thème central du sommet".

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Rome : flash mob contre les violences faites aux femmes

L'UE adopte la première loi sur les violences faites aux femmes, mais le viol n'y figure pas

Stop aux violences envers les femmes : le message a-t-il été entendu par les hommes ?