EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Tiphaine Auzière, la fille de Brigitte Macron, publie son premier roman

Tiphaine Auzière, fille de Brigitte Macron, et son mari Antoine arrivent à l'Élysée en 2017.
Tiphaine Auzière, fille de Brigitte Macron, et son mari Antoine arrivent à l'Élysée en 2017. Tous droits réservés AP Photo/Christophe Ena
Tous droits réservés AP Photo/Christophe Ena
Par Anca Ulea
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Tiphaine Auzière, avocate de 40 ans et fille de Brigitte Macron, a publié son premier roman, "Assises", qui traite de la violence domestique et de la loi.

PUBLICITÉ

Tiphaine Auzière, la plus jeune fille de Brigitte Macron, l'épouse du président français, a publié mercredi 6 mars son premier roman. Il s'agit d'un drame judiciaire qui explore les ramifications juridiques et les réponses aux violences conjugales.

L'avocate française s'en est tenue à l'adage "écrivez ce que vous connaissez" pour son roman Assises. Ce roman raconte l'histoire d'une jeune avocate du nord de la France qui défend une femme accusée d'avoir tué son mari violent.

Tiphaine Auzière a dédié son livre à son célèbre beau-père en écrivant : "À Emmanuel, qui m'a montré que rien n'est impossible".

Dans une interview accordée au magazine français Paris Match avant la sortie du livre, l'avocate s'est exprimée sur la relation de sa mère avec Emmanuel Macron.

Le président français avait 15 ans lorsqu'il est tombé amoureux de sa professeure d'art dramatique, Brigitte Auzière, qui avait 40 ans à l'époque. La sœur aînée de Tiphaine, Laurence, était la camarade de classe d'Emmanuel Macron à l'époque.

Tiphaine Auzière, la fille de Brigitte Macron, avec son beau-père, le président français Emmanuel Macron.
Tiphaine Auzière, la fille de Brigitte Macron, avec son beau-père, le président français Emmanuel Macron.Gonzalo Fuentes/Copyright 2022 The AP. All rights reserved.

Leur mariage a brisé sa famille à l'époque, dit Tiphaine Auzière, bien qu'elle soit aujourd'hui en bons termes avec son beau-père.

Elle admet que les ragots de la petite ville à propos de sa mère et d'Emmanuel Macron l'ont blessée à l'époque, alors qu'elle n'avait que 9 ans.

"J'ai beaucoup appris sur la nature humaine", déclare-t-elle au magazine. "Les attaques, les calomnies, les jugements. Nous n'étions pas encore à l'ère des réseaux sociaux, mais nous vivions dans une petite ville. Tout le monde savait tout".

Elle considère avoir tiré de nombreuses leçons de ce chapitre douloureux de sa vie.

"J'en suis ressortie avec un esprit plus ouvert, la volonté de continuer à avancer tout en faisant abstraction des rumeurs, et plus de tolérance envers les autres. Une séparation familiale peut être une douleur et une opportunité. La reconstruire peut enrichir votre vie".

Tiphaine Auzière (à gauche) et sa mère Brigitte Macron (à droite).
Tiphaine Auzière (à gauche) et sa mère Brigitte Macron (à droite).AP Photo

Tiphaine Auzière a également répondu aux commentaires selon lesquels sa mère serait transgenre. En 2022, Brigitte Macron a intenté un procès à deux femmes qui prétendaient qu'elle était née de sexe masculin.

"Je m'inquiète pour la société lorsque j'entends des rumeurs selon lesquelles ma mère serait un homme se répandre sur les réseaux sociaux", ajoute-t-elle. "L'audace de ce qui est affirmé et le poids donné à ces déclarations. N'importe qui peut dire n'importe quoi sur n'importe qui, et il faut beaucoup de temps pour revenir en arrière".

En ce qui concerne son roman, l'avocate dit qu'elle était nerveuse avant de le montrer à sa mère, qui est professeur de français.

"Elle m'a fait le plus beau des compliments en me disant qu'elle l'avait adoré et en m'avouant qu'elle s'en voulait de ne pas avoir reconnu mon talent d'écrivain pendant toutes ces années", raconte-t-elle.

Le président, admet-elle, n'a pas encore lu le livre : "Comme vous pouvez l'imaginer, il est un peu occupé en ce moment".

Le roman "Assises" de Tiphaine Auzière est sorti en France.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Les violences faites aux femmes, enjeu majeur du G20

Rome : flash mob contre les violences faites aux femmes

Espagne : survivre face aux violences conjugales