EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Pays-Bas : manifestation en marge de l'ouverture du musée de l'Holocauste

AP
AP Tous droits réservés Phil Nijhuis/Phil Nijhuis
Tous droits réservés Phil Nijhuis/Phil Nijhuis
Par Somaya Aqad, Euronews, AP
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Des manifestants ont protesté contre la présence du président israélien Isaac Herzog, en pleine guerre entre Israël et le Hamas à Gaza.

PUBLICITÉ

Le musée à Amsterdam raconte l'histoire de certains des 102 000 Juifs qui ont été déportés des Pays-Bas et assassinés dans les camps nazis, ainsi que l'histoire de leur persécution structurelle sous l'occupation allemande de la Seconde Guerre mondiale avant le début des déportations.

Le musée "donne un visage et une voix aux victimes juives de la persécution aux Pays-Bas", a déclaré le roi néerlandais Willem-Alexander dans son discours lors de la cérémonie d'inauguration dimanche. Il "nous montre également les conséquences dévastatrices que l'antisémitisme peut avoir", a-t-il ajouté.

"C'est pourquoi nous devons continuer à être conscients de la façon dont les choses ont commencé et comment elles sont allées de mal en pis", a déclaré le roi. Auparavant, le roi et le président israélien avaient visité la célèbre synagogue portugaise d'Amsterdam.

M. Herzog a salué l'initiative des Pays-Bas de créer un nouveau musée de l'Holocauste dans un contexte de montée de l'antisémitisme dans le monde. 

"En ce moment charnière, cette institution envoie un message clair et puissant", a déclaré M. Herzog. "Souvenez-vous ! Souvenez-vous des horreurs nées de la haine, de l'antisémitisme et du racisme, et ne les laissez plus jamais prospérer".

La cérémonie de dimanche s'est déroulée dans le contexte des attaques dévastatrices d'Israël contre Gaza, qui ont suivi les incursions meurtrières du Hamas dans le sud d'Israël le 7 octobre.

Des manifestations pour exiger un cessez-le-feu

Des milliers de manifestants pro-palestiniens se sont rassemblés, au milieu d'une sécurité renforcée, sur la place de Waterloo, dans le centre d'Amsterdam, près du musée et de la synagogue. Ils ont brandi des drapeaux palestiniens, scandé "Plus jamais ça" et exigé la fin de l'occupation israélienne des territoires palestiniens et un cessez-le-feu immédiat dans la bande de Gaza.

Les leaders de la manifestation ont souligné qu'ils s'opposaient à la présence de M. Herzog, et non au musée et à ce qu'il commémore. "Pour nous, Juifs, ces musées font partie de notre histoire, de notre passé", a déclaré Joana Cavaco, militante anti-guerre du collectif juif Erev Rav, en s'adressant à la foule avant la cérémonie. Elle a ajouté : "Comment est-il possible qu'un espace aussi sacré soit utilisé pour normaliser un génocide aujourd'hui ?". Les trois quarts des Juifs néerlandais ont fait partie des 6 millions de Juifs assassinés par les nazis.

Isaac Herzog faisait partie des dirigeants israéliens cités dans une ordonnance rendue en janvier par la plus haute juridiction des Nations unies exigeant qu'Israël fasse tout ce qui est en son pouvoir pour empêcher la mort, la destruction et prévenir tout acte de génocide dans la bande de Gaza.

Il a accusé la Cour internationale de justice d'avoir déformé ses propos dans l'arrêt. Israël a fermement rejeté les allégations de l'Afrique du Sud selon lesquelles l'offensive militaire menée à Gaza enfreint la convention sur le génocide."

"J'ai été dégoûté par la façon dont ils ont déformé mes propos, en utilisant des citations très, très partielles et fragmentées, dans l'intention de soutenir une affirmation juridique infondée">, quelques jours après la décision.

Une organisation néerlandaise pro-palestinienne, The Rights Forum, a qualifié la présence de M. Herzog de "gifle au visage des Palestiniens qui ne peuvent qu'assister, impuissants, à l'assassinat par Israël de leurs proches et à la destruction de leurs terres".

Dans un communiqué publié avant l'ouverture de dimanche, le quartier culturel juif qui gère s'est dit "profondément préoccupé par la guerre et les conséquences de ce conflit, avant tout pour les citoyens d'Israël, de Gaza et de Cisjordanie".

Il est "d'autant plus troublant que le musée national de l'Holocauste ouvre ses portes alors que la guerre continue de faire rage. Notre mission n'en est que plus urgente".

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Gaza : des frappes israéliennes font au moins 15 morts tandis que la famine s'accentue

L'Unrwa et Israël durcissent leurs accusations mutuelles

Israël : des tirs de missiles lancés depuis le Liban font un mort et plusieurs blessés