La Suède met fin à deux siècles de non alignement et de neutralité en rejoignant l'Otan

AP
AP Tous droits réservés AP Photo
Tous droits réservés AP Photo
Par Somaya Aqad, Nevena Kostadinović Manojlović,
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La Suède devient le 32ème membre à rejoindre l’alliance Atlantique. Les opposants à cette décision dénoncent le manque de démocratie. Le peuple n’a pas été consulté.

PUBLICITÉ

Devenu le 32e membre de l'Otan, ce lundi 11 mars, le drapeau de la Suède a été hissé au siège de l'Alliance à Bruxelles. Stockholm avait décidé de rallier l’Otan après l'invasion à grande échelle de l’Ukraine par la Russie.

Bien que la neutralité militaire fait parti de l’identité du pays, deux tiers des citoyens soutiennent la décision du gouvernement.

Pour Magnus Petersson, professeur de relations internationales à l'université de Stockholm, la Suède jouait un rôle dans l’alliance, le pays était i impliquée dans un partenariat pour la paix après la guerre froide. Mais selon lui cette adhésion prend une autre tournure.

"Nous devons participer pleinement aux opérations de l'OTAN, deuxièmement nous nous assiérons à la table où les décisions sont prises et nous prendrons effectivement des décisions avec les autres alliés. troisièmement, bien sûr, ce qui est le plus important, c'est l'article 5, les garanties de sécurité mutuelle".

Pour les opposants, cette décision de rejoindre l’Otan est antidémocratique, selon eux le peuple aurait dû être consulté comme cela l’a été pour d’autres décisions. Kajsa Ekis Ekman, est la rédactrice en chef du magazine suédois Parabol.

"Nous avons organisé des référendums sur l'UE (l'adhésion - note de la rédaction), sur l'euro, et nous n'avons rien dit sur l'OTAN, qui est une question beaucoup plus importante. Mais je pense qu'il a fallu une sorte de grande crise comme cette guerre entre la Russie et l’Ukraine pour convaincre cette population, parce que nous aimions la neutralité".

Mike Winnerstig, de l'Agence suédoise de recherche en matière de défense (FOI) de Stockholm partage le même avis.

"Nous avons eu des élections générales en septembre, la décision d'adhérer à l'OTAN a été prise en mai, et cela signifie que l'opinion populaire n'avait manifestement pas grand-chose à dire sur une décision visant à modifier complètement notre politique de sécurité."

En rejoignant l’alliance atlantique, la Suède met fin à 200 ans de non alignement et de neutralité militaire.

La ratification de cette accession a été obtenue après de longues négociations avec certains membres de l’Alliance tels que la Turquie et la Hongrie.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La Suède officiellement 32ème membre de l'OTAN

Le Danemark et la Suède joignent leurs efforts pour lutter contre l'infertilité

OTAN : la Hongrie ratifie l'adhésion de la Suède, ultime étape pour rejoindre l'Alliance atlantique