EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Guerre à Gaza : faible espoir d'une trêve, Netanyahu valide une opération militaire à Rafa

L'armée israélienne a procédé vendredi à de nouvelles frappes dans le centre de la bande de Gaza.
L'armée israélienne a procédé vendredi à de nouvelles frappes dans le centre de la bande de Gaza. Tous droits réservés Abdel Kareem Hana/Copyright 2024 The AP. All rights reserved.
Tous droits réservés Abdel Kareem Hana/Copyright 2024 The AP. All rights reserved.
Par euronews avec AP
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Le cabinet de guerre israélien a annoncé vendredi qu'une délégation se rendrait au Qatar pour discuter d'une possible trêve avec le Hamas mais, parallèlement, Benjamin Netanyahu a aussi approuvé une opération militaire à Rafah.

PUBLICITÉ

Malgré la pression de la communauté internationale, Israël maintient le cap dans sa détermination à éradiquer le Hamas à Gaza. Vendredi, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a approuvé le plan d'une opération militaire à Rafah, qui comprend également des efforts pour évacuer les réfugiés civils qui ont envahi la ville.

Aucun détail n'a été communiqué ni sur le plan d'évacuation, ni sur l'opération militaire et même les autorités américaines n'en ont pas été informés,  selon le porte-parole du Conseil national de sécurité.

Parallèlement, le cabinet de guerre israélien a indiqué vendredi qu'Israël enverrait également une nouvelle délégation au Qatar pour discuter d'une trêve basée sur des propositions présentées jeudi par le Hamas. 

Selon les agences internationales, cette trêve prévoirait l'échange de prisonniers (des femmes et des enfants contre un millier de prisonniers palestiniens). La deuxième étape de ce plan consisterait en un cessez-le-feu assorti d'un retrait israélien de Gaza, après quoi un échange « tout pour tous » pourrait être discuté.

Mais Benjamin Netanyahu a déjà qualifié cette nouvelle proposition d'"irréaliste".

Vendredi, des dizaines de membres des familles et de partisans des otages israéliens ont de nouveau défilé à Tel Aviv, exprimant un certain optimisme quant à la proposition et ont exhorté les autorités à saisir l'opportunité d'une trêve.

Pendant ce temps, Tsahal nie fermement les accusations d'une nouvelle fusillade contre des civils qui demandaient de l'aide alimentaire dans le centre de Gaza. Selon des sources palestiniennes, jeudi, les forces israéliennes ont ouvert le feu sur une foule au sud de la ville de Gaza, tuant plus de 20 personnes et en blessant plus de 150.

Tsahal a publié vendredi une image aérienne montrant prétendument que c'était un tireur palestinien qui avait ouvert le feu en plein milieu de la foule et de nombreuses personnes, auraient été renversées par des camions.

C'est dans ce contexte de grande tension que le navire humanitaire "Open Arms", battant pavillon espagnol, a enfin commencé à décharger sa cargaison, expédiée par l'ONG "World Central Kitchen". L'armée israélienne a indiqué que le navire "contenait 130 palettes de matériel humanitaire, 115 tonnes de nourriture et d'eau, qui ont été transférés dans 12 camions qui seront distribués au nord de la bande de Gaza".

Le premier convoi a été annoncé comme un essai pilote de la nouvelle route d'aide parrainée entre autres par la Commission européenne, mais il n'est pas encore clair si le ce premier transfert est considéré comme un succès et ce qu'il en adviendra.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Guerre à Gaza : à Doha des négociations reprennent pour établir un cessez-le-feu

Nouvelle manifestation à Tel Aviv pour réclamer un accord sur la libération des otages

Benjamin Netanyahu dissout le cabinet de guerre israélien