Vladimir Poutine annonce l'arrestation des quatre personnes directement impliquées dans l'attentat

Des personnes déposent des fleurs et des jouets devant le Crocus City Hall, à l'ouest de Moscou, en Russie, le samedi 23 mars 2024.
Des personnes déposent des fleurs et des jouets devant le Crocus City Hall, à l'ouest de Moscou, en Russie, le samedi 23 mars 2024. Tous droits réservés AP Photo/Vitaly Smolnikov
Tous droits réservés AP Photo/Vitaly Smolnikov
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le président russe a également annoncé samedi des mesures de sécurité supplémentaires dans tout le pays, après l'attentat revendiqué par le groupe Etat islamique.

PUBLICITÉ

Vladimir Poutine a déclaré samedi que des mesures de sécurité supplémentaires avaient été imposées dans tout le pays, après l'attentat dans d'une salle de concert dans la banlieue de Moscou qui a tué au moins 133 personnes.

La branche afghane du groupe État islamique a revendiqué l'attentat de vendredi dans une déclaration publiée sur des canaux affiliés des médias sociaux.

Le président russe a déclaré que les quatre personnes directement impliquées dans l'attaque avaient été arrêtées et a laissé entendre qu'elles tentaient de franchir la frontière ukrainienne pour s'échapper. Il n'a fourni aucune preuve de cette affirmation.

Vladimir Poutine a ordonné que la journée de dimanche soit une journée de deuil national. Cet attentat est le plus meurtrier que la Russie ait connu depuis des années.

Un responsable du renseignement américain a déclaré à l'Associated Press que les agences américaines avaient confirmé que le groupe était responsable de l'attaque.

Précédents attentats

La Russie a été secouée par une série d'attentats meurtriers au début des années 2000, lors des combats avec les séparatistes de la province russe de Tchétchénie.

En octobre 2002, des militants tchétchènes ont pris environ 800 personnes en otage dans un théâtre à Moscou. Deux jours plus tard, les forces spéciales russes ont pris d'assaut le bâtiment et 129 otages et 41 combattants tchétchènes sont morts, la plupart à cause des effets du gaz narcotique utilisé par les forces russes pour maîtriser les attaquants.

En septembre 2004, une trentaine de militants tchétchènes ont pris des centaines d'otages dans une école située dans le sud de la Russie. Le siège s'est terminé par un bain de sang deux jours plus tard et plus de 330 personnes, dont environ la moitié d'enfants, ont été tuées.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Images impressionnantes des inondations en Russie et au Kazakhstan, animaux secourus

La Russie et le Kazakhstan, toujours en proie aux inondations

La Russie dit avoir abattu deux hommes suspectés d'avoir fomenté des actes terroristes