PUBLICITÉ

Espagne : La fin des "visas dorés" pour lutter contre la spéculation

Des baigneurs profitent de la plage de Barbate, dans la province de Cadix, au sud de l'Espagne.
Des baigneurs profitent de la plage de Barbate, dans la province de Cadix, au sud de l'Espagne. Tous droits réservés Emilio Morenatti/Copyright 2020 The AP. All rights reserved.
Tous droits réservés Emilio Morenatti/Copyright 2020 The AP. All rights reserved.
Par Euronews avec AP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié
Cet article a été initialement publié en anglais

Le gouvernement espagnol met fin au régime des "visas dorés" pour lutter contre la spéculation.

PUBLICITÉ

Le gouvernement espagnol met fin au régime des "visas dorés" pour lutter contre la spéculation.

Ce régime accordait un permis de résidence et de travail de trois ans aux riches étrangers qui investissaient au minimum 500 000 euros dans l’immobilier.

Il a été introduit en 2013 par le gouvernement de Mariano Rajoy à la suite du krach du marché immobilier et de la crise de l'euro, dans le but de revitaliser le secteur de l'immobilier, et d'accorder des droits de résidence aux étrangers fortunés qui investissent dans l'immobilier.

Mais les critiques disent qu'il crée une pression inflationniste et agit comme une porte dérobée pour l'entrée de l'argent sale dans l'économie. C'est ce qui a poussé le gouvernement de Pedro Sanchez à annoncer en octobre que le régime serait progressivement supprimé.

"Nous allons prendre les mesures nécessaires pour que le logement soit un droit et non une activité spéculative", a-t-il déclaré.

La Ministre du Logement a indiqué qu'entre 2013 et 2023, plus de 14 000 permis (14 576) de ce type avaient été délivrés, principalement à des citoyens chinois et russes.

Des ressortissants du Royaume-Uni, des États-Unis, de l'Iran et du Venezuela font également partie de ceux qui rêvent d'une maison sous le soleil espagnol.

Reste à voir si la suppression des "visas dorés" aura un impact significatif sur le marché de l'immobilier. Selon le site Internet spécialisé dans l'immobilier Idealista, moins de 0,1 % des plus de quatre millions de logements vendus au cours de cette période ont été achetés dans le cadre de ce régime.

Le Portugal a récemment révisé son régime de "visas dorés", excluant l'investissement immobilier, afin de faire face à une crise du logement.

La Commission européenne réclame depuis longtemps la fin de ces régimes de visa, citant les risques de sécurité et affirmant que la citoyenneté est accordée sans obligation réelle pour le bénéficiaire de vivre dans le pays.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Italie: suspension des "visas dorés" pour les Russes et les Biélorusses plus d'un an après la recommandation de l'UE

Ursula von der Leyen laisse la porte ouverte à un accord avec Giorgia Meloni

"La prochaine Commission sera de centre-droit", assure Nicola Procaccini