PUBLICITÉ

La justice autorise la tenue du rassemblement nationaliste à Bruxelles, selon les organisateurs

La police monte la garde devant l'entrée principale du lieu de l'événement, alors que la conférence sur le conservatisme national se tient à Bruxelles, le mardi 16 avril 2024.
La police monte la garde devant l'entrée principale du lieu de l'événement, alors que la conférence sur le conservatisme national se tient à Bruxelles, le mardi 16 avril 2024. Tous droits réservés AP Photo
Tous droits réservés AP Photo
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

La première journée de la réunion NatCon des nationalistes européens de la droite dure a été perturbée lorsque la police est intervenue pour tenter de l'interrompre.

PUBLICITÉ

Selon les organisateurs de la conférence, la plus haute juridiction de Bruxelles a autorisé la poursuite du rassemblement de politiciens nationalistes européens d'extrême droite pour une deuxième journée, après que la police a tenté de l'interrompre mardi.

Le Premier ministre hongrois Viktor Orbán, le candidat français d'extrême droite Éric Zemmour et l'ancien Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki devaient s'exprimer lors de la conférence de deux jours du National Conservatism (NatCon) à Bruxelles, qui avait eu du mal à trouver un lieu acceptant de l'accueillir dans la capitale belge.

Le premier jour de la conférence, Nigel Farage, fondateur du parti du Brexit, s'adressait au public au Claridge, dans le quartier de Saint-Josse Ten Noode, lorsque la police est intervenue en ordonnant la fermeture de l'établissement vers 12h30.

Le parti d'extrême droite allemand AfD a déclaré que la décision d'autoriser la poursuite de la réunion de la NatCon avait été prise dans la nuit lors d'une session extraordinaire du tribunal administratif.

"Le système judiciaire belge a agi pour protéger les libertés d'expression et de réunion en prenant une décision d'urgence décisive, tard dans la nuit, en faveur de la conférence sur le conservatisme national", a déclaré l'AfD dans un communiqué.

Les participants à la conférence n'ont pas été les seuls à s'offusquer des mesures prises par la police. Le Premier ministre belge Alexander de Croo a écrit sur X qu'il n'y avait aucune excuse à la fermeture de la conférence.

"Ce qui s'est passé au Claridge aujourd'hui est inacceptable", a-t-il écrit, ajoutant que "l'autonomie municipale est une pierre angulaire de notre démocratie, mais qu'elle ne peut jamais annuler la constitution belge qui garantit la liberté d'expression et de réunion pacifique depuis 1830. Interdire les réunions politiques est anticonstitutionnel. Un point c'est tout".

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Élections européennes : plus de deux tiers des citoyens de l'UE se disent "susceptibles" d'aller voter

Le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis annonce les candidats de son parti aux élections européennes

La police tente de suspendre un rassemblement nationaliste de Viktor Orbán et de Nigel Farage