PUBLICITÉ

Élections européennes : plus de deux tiers des citoyens de l'UE se disent "susceptibles" d'aller voter

Les élections au Parlement européen auront lieu entre le 6 et le 9 juin.
Les élections au Parlement européen auront lieu entre le 6 et le 9 juin. Tous droits réservés Jean-Francois Badias/Copyright 2024 The AP. All rights reserved.
Tous droits réservés Jean-Francois Badias/Copyright 2024 The AP. All rights reserved.
Par Jorge Liboreiro
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié
Cet article a été initialement publié en anglais

Plus de deux tiers des citoyens de l'UE se disent "susceptibles" de se rendre aux urnes lors des prochaines élections européennes, selon un nouveau sondage.

PUBLICITÉ

Les résultats proviennent de la dernière édition de l'Eurobaromètre, l'enquête officielle du Parlement, qui a recueilli les opinions de plus de 26 000 personnes dans les 27 États membres.

Publiée mercredi matin, cette enquête sera la dernière de ce type à être diffusée avant les élections européennes, qui se dérouleront entre le 6 et le 9 juin.

Au total, 71 % des personnes interrogées déclarent qu'il est "probable" qu'elles votent pour choisir la personne qui les représentera dans l'hémicycle de 720 membres. Cela représente une augmentation de 10 points par rapport à la période précédant les élections de 2019. À l'époque, le taux de participation avait atteint 50,66 %, mettant fin à une trajectoire de déclin de la participation qui durait depuis des années.

En revanche, 14 % des citoyens déclarent qu'il est "peu probable" qu'ils votent, tandis que 13 % restent "neutres".

Les citoyens du Danemark (87 %), des Pays-Bas (86 %), de la Suède (81 %), de la Finlande (79 %) et de l'Allemagne (78 %) enregistrent les taux les plus élevés de probabilité de voter.

Dans certains pays, la probabilité de voter a bondi par rapport à 2019, notamment en République tchèque (de 39 % à 58 %), en Roumanie (de 55 % à 74 %), en Autriche et en Pologne (de 52 % à 70 % dans les deux cas), à Chypre (de 44 % à 60 %) et en Slovaquie (de 47 % à 62 %).

La Bulgarie est le seul État membre dont les intentions de vote diminuent de manière significative, passant de 57 % en 2019 à 50 % en 2024.

Néanmoins, l'augmentation de la probabilité de voter est une tendance forte dans l'ensemble des États membres et s'accompagne d'un engagement croissant dans les prochaines élections : 60 % se disent "intéressés" ou "très intéressés", soit une augmentation de 11 points depuis le printemps 2019.

En revanche, 27 % se disent "peu intéressés" et 13 % "pas du tout intéressés."

L'Eurobaromètre a également demandé aux citoyens d'évaluer l'"importance" qu'ils accordent aux élections : 53 % ont parlé d'une "grande importance", 36 % d'une "importance moyenne" et 10 % d'une "faible importance".

Ce regain d'attention intervient à un moment crucial pour l'Union européenne, alors que l'Ukraine s'efforce de contenir les avancées russes sur le champ de bataille, que le conflit entre l'Iran et Israël menace de déboucher sur une confrontation plus large et que les inquiétudes économiques suscitées par la Chine se transforment en accusations généralisées de dumping.

L'état imprévisible des affaires mondiales semble peser lourdement sur les électeurs : 81 % des citoyens déclarent que "le contexte international actuel rend le vote encore plus important".

Ces chiffres montrent que "les Européens sont conscients de l'importance des enjeux dans les urnes", a déclaré Roberta Metsola, présidente du Parlement, ajoutant que "ces élections seront cruciales car elles décideront de la direction que nous prendrons".

De l'eau sous les ponts

L'Eurobaromètre donne un aperçu de ce que pensent les citoyens de l'UE de l'institution qu'ils éliront directement en juin. En l'espace de quelques mois, l'hémicycle a été le théâtre de votes importants sur la réforme de l'immigration, l'intelligence artificielle et la liberté des médias, ainsi que d'une action en justice cinglante contre la Commission européenne au sujet du déblocage de fonds gelés en faveur de la Hongrie.

Cependant, l'hémicycle a également été touché par un scandale préjudiciable impliquant un petit groupe de législateurs et d'assistants qui auraient accepté des paiements en espèces du Qatar et du Maroc en échange d'un traitement favorable. L'affaire dite du Qatargate a déclenché une frénésie médiatique, les journalistes suivant chaque arrestation, saisie et confession.

Plus récemment, le Parlement s'est efforcé de contenir les accusations selon lesquelles certains de ses membres étaient payés pour diffuser de la propagande pro-russe.

Malgré cette mauvaise publicité, l'institution a réussi à s'en sortir à peu près indemne : 41% des personnes interrogées ont une image "positive" du Parlement, soit une augmentation de cinq points par rapport à la dernière enquête réalisée entre septembre et octobre.

C'est la première fois que la réponse "positive" l'emporte sur la réponse "neutre".

PUBLICITÉ

Si l'on considère les pays, le Portugal (66 %), le Danemark (59 %), l'Irlande (59 %) et le Luxembourg (53 %) affichent les taux les plus élevés d'image "positive".

La Hongrie, pays dont le premier ministre a suggéré de priver le Parlement de ses pouvoirs, penche du côté "positif" (46 %).

Le camp "négatif" n'est majoritaire dans aucun État membre, mais il est perceptible en République tchèque (29 %), en France (28 %), en Autriche (24 %) et en Slovénie (22 %).

Dans l'ensemble, 56 % des citoyens souhaiteraient que le Parlement "joue un rôle plus important".

L'enquête à l'échelle de l'Union européenne a également demandé aux participants de préciser les quatre thèmes qu'ils souhaiteraient voir prioritaires au cours de la campagne politique en cours.

PUBLICITÉ

La lutte contre la pauvreté et l'exclusion sociale (33 %), la santé publique (32 %), le soutien à l'économie et la création de nouveaux emplois (31 %), ainsi que la défense et la sécurité de l'UE (31 %) arrivent en tête, révélant les ondes de choc provoquées par les crises majeures de ces dernières années : la pandémie du virus Covid-19, l'invasion de l'Ukraine par la Russie et l'inflation record.

Les autres thèmes les plus importants sont la lutte contre le changement climatique (27%), l'avenir de l'Europe (26%), les migrations et l'asile (24%), la démocratie et l'État de droit (23%) et la politique agricole (23%), autant de sujets qui ont été longuement débattus par les législateurs.

Les résultats sont assez proches de ceux du sondage exclusif d'Euronews réalisé par Ipsos en mars dernier, qui plaçait la lutte contre la hausse des prix, la réduction des inégalités sociales et le soutien à la croissance économique comme les trois principales priorités.

Sur une note plus philosophique, l'Eurobaromètre a posé une question distincte sur les "valeurs" que les citoyens voudraient que le Parlement défende. La réponse ? La paix et la démocratie.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Élections européennes : quelles sont les ambitions vertes des différents partis ?

La justice autorise la tenue du rassemblement nationaliste à Bruxelles, selon les organisateurs

Comment inciter les jeunes à voter aux élections européennes ?