PUBLICITÉ

L'armée iranienne a déclenché sa défense aérienne après des explosions dans la nuit

Archive : batterie de défense antiaérienne
Archive : batterie de défense antiaérienne Tous droits réservés AP/AP
Tous droits réservés AP/AP
Par euronews avec AP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L'Iran a déclenché ses batteries de défense antiaérienne tôt ce vendredi matin après des informations faisant état d'explosions près de la ville d'Ispahan, a rapporté l'agence de presse officielle IRNA.

PUBLICITÉ

L'armée israélienne est-elle à l'origine des explosions enregistrées ce vendredi matin en Iran ? Contactée par plusieurs médias, Israël n'a pas commenté mais selon des responsables américains cités par plusieurs télévisions américaines dont la chaîne ABC News, il s'agirait bien d'une riposte israélienne. Selon ces mêmes sources, Washington aurait même été prévenu, sans pour autant avoir consenti et joué un rôle dans cette attaque.

Toujours est-il que l'agence de presse iranienne IRNA a déclaré que la défense antiaérienne iranienne avait été déclenchée dans plusieurs provinces. L'agence n'a pas précisé ce qui avait provoqué le déclenchement de ses batteries, bien que des habitants de la zone aient déclaré avoir entendu les explosions notamment sur Ispahan.

Cette grande ville iranienne abrite une importante base aérienne ainsi que des sites associés à son programme nucléaire.

Un responsable gouvernemental a suggéré que des sites pourraient avoir été ciblés par des drones mais il n'y a pas eu d'attaque par missiles "jusqu'à présent", ont indiqué les autorités iraniennes. Et les installations nucléaires basées dans la région d'Ispahan (centre), sont "totalement en sécurité", a précisé l'agence Tasnim. Selon l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), il n'y a "aucun dégât" sur des sites nucléaires iranien.

Les autorités ont ensuite annoncé avoir immobilisé ses vols commerciaux à Téhéran, avant de reprendre en début de matinée, et dans certaines zones de ses régions occidentales et centrales. Des haut-parleurs ont informé les clients de l’incident survenu à l’aéroport international Imam Khomeini de Téhéran, comme le montrent des vidéos en ligne.

Mais certaines compagnies aériennes internationales ont détourné leurs vols pour éviter l'espace aérien iranien. Les transporteurs Emirates et FlyDubai, basés à Dubaï, ont commencé à se détourner vers l'ouest de l'Iran vers 4 h 30, heure locale. Ils n'ont fourni aucune explication, bien que les avertissements locaux adressés aux aviateurs suggèrent que l'espace aérien pourrait avoir été fermé.

La télévision d’État iranienne a lancé de son côté une alerte défilante sur l’écran reconnaissant un « bruit fort » près d’Ispahan, sans donner immédiatement plus de détails.

Hossein Dalirian, porte-parole du programme spatial civil iranien, a déclaré sur la plateforme de médias sociaux X que plusieurs petits drones « quadricoptères » avaient été abattus. Il n'était pas clair dans l'immédiat où cela s'était produit ni si cela faisait partie de l'incident en cours en Iran.

Ces événements sont intervenus alors que la communauté internationale a multiplié les pressions et les gages envers Israël l'incitant à ne pas riposter contre la république islamique d'Iran après l'attaque sans précédent à base de drone et de missiles contre l'Etat hébreu le week-end dernier.

L'UE a déjà imposé des sanctions à la République islamique, mais le président français Emmanuel Macron a déclaré que de nouvelles mesures devraient cibler "ceux qui contribuent à produire les missiles et les drones qui ont été utilisés" lors de l'attaque du week-end.

Dans un communiqué publié après le premier jour de leur sommet, qui s'est également concentré sur la guerre en Ukraine et les moyens de renforcer la compétitivité économique du bloc, les dirigeants ont averti que l'UE "prendra de nouvelles mesures restrictives contre l'Iran, notamment en ce qui concerne les vols aériens sans pilote".

A l’issue du sommet, Macron a déclaré qu’il y avait un accord sur de nouvelles sanctions.

"Il existe un fort consensus pour sanctionner ce qui est en grande partie la question la plus importante et pour prendre des décisions claires pour sanctionner non seulement les responsables et l'armée mais tous les acteurs clés, les industriels et les financiers impliqués dans la production de missiles et de drones et nous ferons un suivi", a déclaré le président français.

Les marchés boursiers asiatiques sont ébranlés par l'instabilité au Moyen-Orient. Le Nikkei japonais a chuté de 3,5%, et les prix du pétrole ont bondi de 3 dollars, les investisseurs craignant une nouvelle escalade au Moyen-Orient.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L'Iran se félicite de sa récente attaque massive contre Israël

Attaque de drones en Iran : l'appel à la désescalade de la communauté internationale

L'Union européenne envisage d'étendre les sanctions contre l'Iran suite à l'attaque contre Israël