PUBLICITÉ

Les dépenses militaires en Europe sont au plus haut

Des troupes polonaises et d'autres troupes de l'OTAN participent aux manœuvres militaires Steadfast Defender 24 à Korzeniewo, en Pologne, le lundi 4 mars 2024.
Des troupes polonaises et d'autres troupes de l'OTAN participent aux manœuvres militaires Steadfast Defender 24 à Korzeniewo, en Pologne, le lundi 4 mars 2024. Tous droits réservés Czarek Sokolowski/Copyright 2024 The AP. All rights reserved
Tous droits réservés Czarek Sokolowski/Copyright 2024 The AP. All rights reserved
Par Tamsin Paternoster
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Les dépenses militaires en Europe occidentale et centrale sont aujourd'hui plus élevées qu'elles ne l'étaient à la fin de la guerre froide, selon le SIPRI.

PUBLICITÉ

Selon les données publiées par l'Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (SIPRI), l'Europe a connu une forte augmentation des dépenses militaires depuis le début de l'année 2022, atteignant un total de 552 milliards d'euros en 2023.

Cette augmentation représente 16 % de plus qu'en 2022, et 62 % de plus qu'en 2014, année où ces dépenses s'élevaient à 330 milliards d'euros.

Tous les pays européens membres de l'OTAN (sauf trois : la Grèce, l'Italie et la Roumanie) ont augmenté leurs dépenses militaires en 2023.

Lorenzo Scarazzato, assistant de recherche au SIPRI, a expliqué à Euronews que les dépenses militaires en Europe ont augmenté chaque année consécutive depuis 2014, lorsque la Russie a annexé la Crimée.

Cet événement, ainsi que l'invasion de l'Ukraine en 2022 ont conduit les gouvernements européens à augmenter leurs budgets de défense à un rythme sans précédent.

"Il ne fait aucun doute qu'en 2023, le principal facteur d'augmentation des dépenses militaires en Europe est l'invasion de l'Ukraine par la Russie", a déclaré Lorenzo Scarazzato.

Les dépenses les plus élevées en Europe occidentale et centrale

Selon le SIPRI, la tendance des pays d'Europe occidentale et centrale à augmenter leurs budgets militaires est principalement une réaction à l'augmentation des dépenses russes.

Le Royaume-Uni est le pays d'Europe qui a le plus dépensé dans le domaine militaire en 2023, les achats d'armes représentant 2,3 % de son produit intérieur brut (PIB).

Le ministère britannique de la Défense a annoncé cette année qu'il augmenterait ce chiffre à 2,5 %, alors que ministre britannique des Finances, Jeremy Hunt, a admis que les conditions économiques nationales ne lui permettaient pas encore d'atteindre cet objectif.

L'Allemagne a également augmenté ses dépenses militaires, avec une hausse énorme de 48 % entre 2014 et 2023.

En 2022, le gouvernement allemand a créé un fonds extrabudgétaire pour atteindre l'objectif de l'OTAN de consacrer chaque année 2 % de son PIB à la défense, un objectif que le pays a établi en 2014, mais qu'il n'a pas atteint avant cette année.

Le chancelier allemand Olaf Scholz s'est engagé publiquement à transformer l'attitude de son pays en matière de défense et de sécurité trois jours après l'invasion de l'Ukraine.

Dans un discours prononcé devant le parlement allemand, Olaf Scholz s'est engagé à augmenter considérablement les dépenses de défense de son pays et à réformer son armée.

La frontière orientale

Si les pays d'Europe occidentale concentrent la majeure partie des dépenses militaires totales du continent, les pays d'Europe centrale apportent leur contribution la plus importante aux dépenses de défense de l'Europe depuis la fin de la guerre froide.

La Pologne a enregistré la plus forte augmentation proportionnelle de ses dépenses de défense entre 2022 et 2023, consacrant 3,8 % de son PIB à la défense en 2023, ce qui reste en deçà de son objectif déclaré de 4 %.

Depuis longtemps, la Pologne fait de l'augmentation de ses dépenses de défense une priorité. Le président polonais, Andrzej Duda, a appelé les membres de l'OTAN à augmenter leurs dépenses au début du mois, craignant que le président russe, Vladimir Poutine, ne se prépare à attaquer l'OTAN dans les années à venir.

"Il existe une tendance qui met en évidence le fait que les pays limitrophes ou proches de la Russie et de l'Ukraine ont connu certaines des augmentations les plus importantes au cours de la décennie", explique Lorenzo Scarazzato. "On peut supposer que cela est dû à leur perception accrue des menaces liées à l'annexion de la Crimée et à l'invasion à grande échelle de l'Ukraine", conclut-il.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Purges dans l'armée russe continuent, le chef d'état-major adjoint détenu

Les pays baltes inquiets après l'annonce de la Russie de "réviser" ses frontières

L'Estonie fait face à une hausse des attaques hybrides russes