PUBLICITÉ

Rwanda : le pays se dit prêt à accueillir les migrants expulsés du Royaume-Uni

AP
AP Tous droits réservés Atulinda Allan/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Tous droits réservés Atulinda Allan/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Par Somaya AqadAP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Quelques jours après que le Parlement britannique a finalement approuvé un projet de loi visant à envoyer des migrants au Rwanda, un hôtel situé dans ce pays d'Afrique de l'Est se dit prêt à recevoir les premières personnes expulsées.

PUBLICITÉ

Le Rwanda se dit prêt à accueillir les migrants du Royaume-Uni après que le Parlement britannique a approuvé cette semaine un projet de loi controversé, longtemps bloqué, visant à endiguer la marée de personnes traversant la Manche à bord de petites embarcations en expulsant certains d'entre eux vers le pays d'Afrique de l'Est.

Il existe même un endroit prêt à accueillir les migrants : "l'auberge de l'espoir" rénovée dans le quartier chic et animé de Kagugu, une zone de la capitale rwandaise Kigali où vivent de nombreux expatriés et plusieurs écoles internationales.

L'hôtel n'a jamais eu de clients depuis qu'il a ouvert ses portes il y a deux ans.

Le directeur de l'hôtel, Bakina Ismael, a déclaré lors d'un entretien avec l'Associated Press que l'établissement était prêt à offrir les meilleurs services aux demandeurs d'asile depuis des années.

« Lorsqu'ils arriveront ici, à l'auberge Hope, ils bénéficieront de différents services d'hospitalité », a-t-il déclaré.

Auparavant, l'hôtel était connu sous le nom d'Association of Student Survivors of Genocide (AERG).

C'était un refuge pour les jeunes orphelins du génocide de 1994, au cours duquel près de 800 000 Tutsis et Hutus modérés ont été tués.

Le gouvernement rwandais a souvent décrit cet établissement d'une capacité de 100 lits comme un centre de transit, le premier du genre.

De nouveaux centres à venir

Ils ont insisté sur le fait qu'en cas de nouvelles déportations, le gouvernement rwandais construirait d'autres centres similaires.

L'argent des contribuables britanniques a financé l'entretien du centre grâce à un accord de 462,7 millions de dollars américains signé par les deux pays en 2022.

Le Rwanda a accusé réception d'une partie des fonds.

Pour tenter de dissuader les gens de faire des voyages risqués, le gouvernement britannique a conclu un accord avec le Rwanda en avril 2022 pour envoyer les migrants qui arrivent au Royaume-Uni en tant que passagers clandestins ou dans des bateaux vers le pays d'Afrique de l'Est, où leurs demandes d'asile seraient traitées et, si elles sont acceptées, ils resteraient dans le pays.

Le Parlement britannique a finalement adopté une loi visant à envoyer certains migrants au Rwanda, ouvrant ainsi la voie à des vols cet été dans le cadre du plan controversé du gouvernement visant à empêcher les migrants de traverser la Manche de la France vers le Royaume-Uni à bord de petites embarcations.

Les groupes de défense des droits de l'homme et d'autres détracteurs de ce plan estiment qu'il est impossible et contraire à l'éthique d'envoyer des migrants dans un pays situé à 6 400 kilomètres et dans lequel ils ne veulent pas vivre.

Personne n'a encore été envoyé au Rwanda, mais le premier ministre britannique, Rishi Sunak, a déclaré que les premiers vols partiraient en juillet.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Italie : le ministre de l'Intérieur britannique en visite à Lampedusa, Rome et Londres veulent mettre un frein à l'immigration clandestine

France : les évacuations de squats de migrants s'intensifient à l'approche des JO de Paris

Mort des migrants dans la Manche, le Parlement à Londres approuve les expulsions vers le Rwanda