EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Vladimir Poutine en visite en Corée du Nord

Vladimir Poutine à son arrivée à Pyongynag, accueilli par le président Nord coréen Kim Jong-Un
Vladimir Poutine à son arrivée à Pyongynag, accueilli par le président Nord coréen Kim Jong-Un Tous droits réservés Gavriil Grigorov/Sputnik
Tous droits réservés Gavriil Grigorov/Sputnik
Par Jean-Philippe Liabot
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le président russe est arrivé ce mercredi à Pyongyang, pour sa toute première visite officielle en 24 ans

PUBLICITÉ

Il a été accueilli à l'aéroport par le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un en personne.

Les deux leaders s'étaient rencontrés en 2019 à Vladivostok dans l'est de la Russie.

Vladimir Poutine est accompagné de plusieurs hauts fonctionnaires, dont le Vice-premier ministre Denis Mantourov, le ministre de la Défense Andreï Belooussov et le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

Des relations qui se renforcent de jour en jour

Les liens entre les deux États se sont renforcés ces dernières années, en particulier depuis l'invasion massive de l'Ukraine par la Russie. Moscou est confronté à une pénurie continue d'armes dans le cadre de ce conflit qui dure depuis plus de deux ans.

La Corée du Nord soumise à de lourdes sanctions économiques du Conseil de sécurité de l'ONU en raison de ses programmes d'armes nucléaires, a besoin d'aide en matière de technologie spatiale pour ses missiles. Elle manque aussi de carburant, de nourriture, et de devises étrangères.

Des exercices de tir de missiles dans un lieu non divulgué en Corée du Nord.
Des exercices de tir de missiles dans un lieu non divulgué en Corée du Nord.朝鮮通信社/KCNA via KNS

Washington et Séoul ont accusé Pyongyang de fournir à Moscou de l'artillerie et d'autres équipements, en échange de tout ce dont manque la Corée du Nord. Mais les deux pays nient tous deux l'existence d'un quelconque marché d'armes.

Et alors que le sentiment anti-occidental des deux "parias" est particulièrement fort, les États-Unis s'inquiètent de plus en plus de cette idylle.

Le président russe Vladimir Poutine et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un à Pyongyang le 19 juin
Le président russe Vladimir Poutine et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un à Pyongyang le 19 juinGavriil Grigorov/Sputnik

"Nous ne sommes pas préoccupés par le voyage de M. Poutine", a déclaré John Kirby, porte-parole du Conseil de sécurité nationale, à la presse ce lundi. "Ce qui nous préoccupe, c'est l'approfondissement des relations entre ces deux pays."

Après la Corée du Nord, le Kremlin a déclaré que Vladimir Poutine se rendrait également au Viêt Nam pour des entretiens qui devraient être axés sur le commerce.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Les alliés occidentaux dénoncent la Corée du Nord pour avoir fourni des missiles balistiques à la Russie

La Russie a aidé la Corée du Nord à lancer son satellite espion, selon Séoul

Russie et Corée du Nord "progressent activement" sur de futures livraisons d'armes (Maison Blanche)