EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Les PME britanniques profondément divisées sur le "Brexit"

Les PME britanniques profondément divisées sur le "Brexit"
Tous droits réservés 
Par Julien Pavy avec AP, AFP
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

A plus de deux semaines du référendum sur le "Brexit", les Britanniques restent profondément divisés sur la question. C'est le cas en particulier dans les petites et moyennes entreprises

PUBLICITÉ

A plus de deux semaines du référendum sur le Brexit, les Britanniques restent profondément divisés sur la question. C’est le cas en particulier dans les petites et moyennes entreprises qui emploient, à elles seules, quelque quinze millions de personnes. Et à l’approche de ce vote crucial, beaucoup de ces PME ne savent pas encore quel camp choisir.

Une incertitude somme toute logique, comme l’explique le Dr Angus Armstrong, directeur en macroéconomie, à l’Institut national de recherche économique et sociale :

“Aucun pays de la taille du Royaume-Uni n’a jamais quitté une telle union économique. En d’autres mots, il n’y a pas de précédent qui permet de tirer des leçons. On navigue en terrain inconnu.”

Reid Steel, une entreprise, spécialisée dans l’acier de construction, est favorable à la sortie du pays de l’Union européenne. Son directeur Simon Boyd dénonce l’excès de réglementation :

“Je crois qu’on doit saisir cette opportunité de sortir de l’Union. C’est une opportunité unique de reprendre le contrôle de notre destinée. Du point de vue commercial, l’Union européenne a été très mauvaise pour nous. Nous sommes sur-réglementés et freinés à cause de cette réglementation.’‘

Changement de décor et de camp : ‘‘East End Foods” est une entreprise spécialisée dans les plats orientaux qu’elle exporte à travers le Vieux-Continent. Son PDG, Jason Wouhra, redoute d‘être contraint de revoir tous ses emballages, en cas de Brexit. Des changements particulièrement coûteux :

“La facilitation des échanges est l’un des points clés, du point de vue commercial. Adminsitrativement, c’est plus simple de vendre en Europe. Il n’y a qu’une seule demande d’enregistrement à faire pour les produits de la marque, c’est plus économique, plus efficace. Il y a donc beaucoup d’avantages, qui ont aidé les entreprises.’‘

L’incertitude liée au Brexit pèse sur la livre sterling qui a cédé 1 % ce lundi face au dollar. Un nouveau décrochage qui intervient après la publication de deux sondages, donnant une courte avance au camp du Brexit.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La Banque centrale européenne maintient ses taux d'intérêt pour contrôler l'inflation

Pourquoi la réélection de Trump pourrait-elle affecter l'économie européenne à hauteur d'au moins 150 milliards d'euros ?

Elections : le gouvernement français fait marche arrière sur la réforme de l'assurance chômage