EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

L'inflation britannique au plus haut

L'inflation britannique au plus haut
Tous droits réservés 
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La hausse des prix outre-Manche est proche d'un pic.

PUBLICITÉ

L'inflation britannique est restée en janvier à un niveau élevé et proche d'un pic inégalé ces six dernières années.

La hausse des prix est mesurée sur le premier mois de l'année à 3% de plus par rapport au mois de décembre selon les chiffres révélées par l'Office national de la statistique.

La tendance inquiète les marchés.

Naemm Aslam, chef analyste pour Think Markets : "L'inflation est une préoccupation majeure parce que les revenus ne suivent pas. Nous avons besoin d'une croissance des revenus britanniques similaire à celle qu'on observe aux États-Unis, or rien ne semble indiquer que la croissance des revenus britannique soit comparable à celle outre-Atlantique. On a besoin d'une croissance des revenus."

Alors que la croissance des revenus ne parvient pas à contrebalancer la hausse des prix, la Banque d'Angleterre a prévenu qu'elle comptait relever ses taux d'intérêt en raison de la l'amélioration des conditions économiques.

Naemm Aslam, chef analyste pour Think Markets : "Beaucoup d'hommes politiques disent que la Grande-Bretagne est prête pour nouvelle hausse des taux d'intérêt, mais non, l'économie britannique n'y est pas du tout prête."

La Banque d'Angleterre a surpris les marchés la semaine dernière en annonçant son intention de ramener l'inflation à 2% sur une période de deux ans et non trois.

Le taux directeur pourrait ainsi passer de 0.5 à 0.75% d'ici la fin de l'année.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L'inflation accélère aux Etats-Unis

La Banque centrale européenne maintient ses taux d'intérêt pour contrôler l'inflation

Pourquoi la réélection de Trump pourrait-elle affecter l'économie européenne à hauteur d'au moins 150 milliards d'euros ?