EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Bruxelles prévoit un net recul de la croissance

Bruxelles prévoit un net recul de la croissance
Tous droits réservés 
Par Euronews avec AFP
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La Commission européenne table pour 2019 sur une croissance de 1,3 % en zone euro contre 1,9 % lors de ses dernières prévisions. L'activité recule particulièrement en Allemagne, en Italie et en France.

PUBLICITÉ

La Commission européenne revoit à la baisse ses prévisions de croissance pour la zone euro.

Le recul de l'activité est particulièrement marqué en Allemagne, en Italie et en France.

Pour l'ensemble de la zone euro, la Commission européenne table sur une croissance de 1,3 % en 2019 contre 1,9 % lors de ses prévisions publiées le 8 novembre dernier.

Stefan Grobe est le correspondant d'Euronews à Bruxelles : "La Commission a tenu compte de la situation économique globale et prévient que le Brexit et le ralentissement chinois pourraient rendre les choses plus difficiles encore.

A cela s'ajoute l'instabilité politique en Italie, la contestation sociale en France et bien sûr le conflit commercial avec les États-Unis. Ce conflit est une source d'incertitude pour l'industrie automobile allemande qui un facteur essentiel de la croissance économique de la première économie européenne."

Selon les prévisions de l'exécutif européen, la croissance française en 2019 atteindra 1,3 %, soit un recul de 0,3 % par rapport aux prévisions de l'automne dernier.

La Commission européenne prévoit par ailleurs pour 2019 une croissance de 1,1 % de l'économie allemande et d'à peine 0,2 % pour l'économie italienne.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Achat d'un appartement : où en Europe cela vous coûtera-t-il le plus cher ?

La Banque centrale européenne maintient ses taux d'intérêt pour contrôler l'inflation

Pourquoi la réélection de Trump pourrait-elle affecter l'économie européenne à hauteur d'au moins 150 milliards d'euros ?