EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Hong Kong : Apple retire une application sous la pression de Pékin

Hong Kong : Apple retire une application sous la pression de Pékin
Tous droits réservés Zurich, Switzerland January 3, 2019. REUTERS/Arnd Wiegmann/File Photo
Tous droits réservés Zurich, Switzerland January 3, 2019. REUTERS/Arnd Wiegmann/File Photo
Par Pierre Michaud
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le géant américain s'est plié aux exigences de Pékin qui voyait en HKMap une application dangereuse pour la sécurité publique.

PUBLICITÉ

Le géant américain Apple a retiré ce jeudi une application de transport urbain qui permettait aux Hongkongais de localiser les policiers sur une carte. Accusée de nuire au maintien de l'ordre, l'appli améliore au contraire la sécurité publique selon ses utilisateurs : "La plupart des Hongkongais ont vraiment peur de la police, raconte une utilisatrice de HKMap. Même moi, je veux juste trouver un moyen de ne pas croiser la police, surtout quand je porte du noir..... Donc, pas étonnant que je pense que cette appli soit très utile. Et c'est pour ça que je trouve cette décision inacceptable."

Du fait d'importants enjeux financiers en Chine continentale, la firme à la pomme s'est toujours abstenue de prendre position sur des sujets sensibles. Apple se plie généralement aux exigences de Pékin en retirant du pays des applications jugées inappropriées. Début octobre, elle avait d'abord rejeté la demande de HKmap d'apparaître dans l'App Store, avant de l'autoriser.

Du côté du gouvernement chinois, la décision d'Apple est tout à fait appropriée comptetenu du contexte social : "Je dois répéter que les récents actes criminels extrêmes et violents qui se sont produits à Hong Kong ont mis en cause l'État de droit et l'ordre social du territoire, menacé la sécurité des citoyens de Hong Kong et de leurs biens, porté atteinte à la prospérité et à la stabilité de Hong Kong" a ainsi déclaré geng Shuang, le porte-parole du ministère des Affaires Etrangères chinois.

L'ex-colonie britannique est depuis quatre mois le théâtre d'une crise politique sans précédent, une mobilisation qui a donné lieu à des affrontements violents entre forces de l'ordre et manifestants.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

StopCovid : l'Assemblée nationale française approuve le traçage numérique

Réchauffement des relations entre Londres et l'UE : quel impact sur les services financiers ?

Le choc des élections françaises entraîne une baisse de l'euro après la victoire de la gauche