EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Coronavirus : les compagnies aériennes subissent de lourdes pertes

Un membre du personnel médical présidentiel ukrainien, à l'aéroport international de Borispil en Ukraine, jeudi 20 février 2020
Un membre du personnel médical présidentiel ukrainien, à l'aéroport international de Borispil en Ukraine, jeudi 20 février 2020 Tous droits réservés Ukrainian Presidential Press Office / AP
Tous droits réservés Ukrainian Presidential Press Office / AP
Par Euronews
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le nouveau coronavirus pourrait entraîner un manque à gagner de 27,8 milliards de dollars pour les compagnies aériennes.

PUBLICITÉ

Après deux semaines sans vols directs vers la Chine, les compagnies aériennes ont du mal à faire face aux graves pertes financières liées à l'épidémie de coronavirus.

Air France-KLM, l'un des plus grands transporteurs européens prévoit entre 150 et 200 millions d'euros de pertes d'ici avril prochain si ses liaisons avec la Chine restent suspendues jusqu’à cette date.

27,8 milliards de dollars de pertes

Pour la plupart des transporteurs aériens, l'épidémie de coronavirus est survenue alors qu'un apaisement des tensions commerciales mondiales semblait promettre une demande plus forte cette année.

La compagnie australienne Qantas Airways a annoncé que 18 de ses appareils resteront au sol jusqu'à la fin du mois de mai. Le recrutement de personnel est gelé et les 30 000 salariés devront utiliser leurs congés annuels car la demande sur le marché asiatique est en forte baisse. Les pertes devraient atteindre 90 millions d'euros pour la compagnie.

Selon l'Association internationale du transport aérien : le manque à gagner pour l'ensemble des compagnies aériennes pourrait atteindre 27,8 milliards de dollars.

40 000 réservations d'hôtel annulées

Avec les restrictions de voyage, le secteur hôtelier évalue également les risques et les pertes. L'une des destinations les populaires au monde - Bali, en Indonésie - est moins fréquentée cet hiver. Il y a eu environ 40 000 annulations de réservations d'hôtel ces dernières semaines. Mais l'Asie n'est pas le seul continent touché. Les secteurs touristiques américains et européens subissent les conséquences de la chute du nombre de voyageurs chinois. Selon les chiffres de la Compagnie française d'assurance pour le commerce extérieur, les touristes chinois dépensent chaque année 130 milliards de dollars dans le monde.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Coronavirus : l'Italie enregistre ses deux premiers décès

Coronavirus : l'ONU refuse l'alarmisme

Coronavirus : quel impact à prévoir sur l'économie de l'Union ?