EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

PIB, commerce... les économies s'effondrent

PIB, commerce... les économies s'effondrent
Tous droits réservés AFP
Tous droits réservés AFP
Par Olivier Peguy
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les échanges commerciaux mondiaux en forte chute. La France est la première des grandes économies à se dire officiellement en récession.

PUBLICITÉ

Ce n'est pas une surprise, les chiffres officiels viennent le confirmer : les économies s'effondrent à cause du coronavirus.

La France a ainsi reconnu officiellement ce mercredi être en récession. Selon une estimation publiée ce mercredi par la Banque de France, le PIB a chuté d’environ 6% au premier trimestre. Du jamais vu depuis 1945.

Le ministre français de l’Économie compare la situation actuelle avec la crise de 1929.

Je pense ne jamais avoir caché aux Français que cette crise était économique et n'avait, comme comparaison possible, que la crise de 1929 par sa violence, par sa globalité et par sa durée.
Bruno Le Maire
ministre français de l’Economie

Aucun secteur n’est épargné par cette chute de l’activité : la construction, le tourisme, les transports…

Aucun pays n’y échappe, même si les chiffres officiels ne sont pas encore tombés : l’Italie et le Japon devraient eux aussi être en récession.

En Allemagne, les principaux instituts économiques tablent sur une contraction de 9,8% sur les 3 premiers mois de l’année.

Il s'agit de la plus forte baisse en Allemagne depuis le début de nos mesures trimestrielles en 1970, et c’est une baisse deux fois plus importante que lors de la crise financière du premier trimestre 2009.
Timo Wollmershäuser
Institut de recherche économique (IFO)

De son côté, l’organisation mondiale du Commerce (OMC) prévoit pour cette année un effondrement des échanges commerciaux.

La fourchette est large : entre 13 et 32% de baisse. Cela dépendra de la durée de l’épidémie.

Si la pandémie est maîtrisée assez rapidement et si les bonnes politiques sont instaurées, alors le commerce et la production pourraient rebondir presque sur leur trajectoire d'avant la pandémie, et ce, dès l'an prochain.
Roberto Azevêdo
Directeur général de l'OMC

D’après les experts de l’OMC, toutes les régions du monde devraient être touchées par une baisse à « deux chiffres » des échanges commerciaux. Mais c’est surtout l’Amérique du Nord et l’Asie qui pourraient être le plus impactées.

- avec agences -

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L’UE cherche sa nouvelle voix commerciale dans le concert international

Le choc des élections françaises entraîne une baisse de l'euro après la victoire de la gauche

Le boom de l'IA fait de Nvidia la première capitalisation boursière mondiale