EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Les tests rapides, espoirs des compagnies aériennes

Les tests rapides, espoirs des compagnies aériennes
Tous droits réservés Ted S. Warren/Copyright 2019 The Associated Press. All rights reserved.
Tous droits réservés Ted S. Warren/Copyright 2019 The Associated Press. All rights reserved.
Par euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

En attendant les vaccins anti-Covid, les patrons des compagnies aériennes plaident pour le déploiement généralisé de tests de dépistage rapide.

PUBLICITÉ

Lourdement pénalisées par la crise sanitaire, les compagnies aériennes attendent avec impatience l'arrivée de vaccins anti-Covid. Cela pourrait relancer en partie, la circulation des voyageurs, actuellement entravée par les mesures de confinement ou de quarantaine.

Les récentes annonces des laboratoires pharmaceutiques en vue de vaccins sont évidemment accueillies favorablement par les professionnels du secteur.

Ainsi le patron d'EasyJet qui se veut "positif" dans une récente interview au Financial Times. Mais, ajoute-t-il, "on ne sait pas combien de temps la pandémie va durer avant que les vaccins soient disponibles".

Même sentiment chez le directeur général de British Airways, Sean Doyle. "La perspective d'un vaccin est une très bonne nouvelle, a-t-il récemment déclaré. Mais comme on ne sait pas quand il sera disponible, ni comment il sera déployé, il est important que nous ayons une solution à court terme pour redémarrer les vols."

Tests antigéniques, plus rapides que les PCR

Et cette solution, pour les compagnies, c'est le déploiement généralisé de tests de dépistage rapide. Pas les tests PCR, comme c'est le cas actuellement : les délais d'attente sont trop aléatoires. Mais des tests antigéniques, avec des résultats en moins d'une heure.

"Nous devons utiliser des tests à grande échelle, abonde Guillaume Faury, directeur général d'Airbus. C'est cela qui permettra une reprise partielle du trafic passagers."

Restent plusieurs questions en suspens :

- qui va supporter la charge financière de tels tests antigéniques : les compagnies, les aéroports ou les passagers eux-même ?

- comment organiser de telles campagnes de dépistage sans encombrer les aéroports ?

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Des vols sans passagers dans les airs ? En Europe, le malaise s'intensifie

Le boom de l'IA fait de Nvidia la première capitalisation boursière mondiale

Pékin critique l'augmentation des droits de douane pour ses véhicules électriques