PUBLICITÉ

Uber et taxi : mêmes droits aux Pays-Bas

Uber et taxi : mêmes droits aux Pays-Bas
Tous droits réservés Nam Y. Huh/AP
Tous droits réservés Nam Y. Huh/AP
Par euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La justice néerlandaise vient de trancher : les chauffeurs Uber sont des salariés et ont les mêmes droits que les chauffeurs de taxi. La firme américaine fait appel.

PUBLICITÉ

Aux Pays-Bas, les chauffeurs en contrat avec Uber sont bien des salariés de l'entreprise américaine. Pour la justice néerlandaise, ce ne sont pas des travailleurs indépendants, ils sont couverts par la convention collective des chauffeurs de taxi. Ce qui signifie qu'ils ont droits aux mêmes avantages.

Uber a aussitôt annoncé faire appel, se disant déçu; l'entreprise affirme que l'écrasante majorité des chauffeurs souhaitent rester indépendants et ne veut pas renoncer à sa liberté.  "Nous sommes déçus de cette décision car nous savons que la grande majorité des chauffeurs souhaitent rester indépendants", a déclaré Maurits Schönfeld, directeur d'Uber pour l'Europe du Nord. "Les chauffeurs ne veulent pas renoncer à leur liberté de choisir si, quand et où travailler."

Pour la Confédération syndicale des Pays-Bas qui a saisi la justice, les chauffeurs Uber ont droit à un salaire plus élevé. Et dans certains cas, à des arriérés de salaire. Uber compte 4000 chauffeurs rien qu'à Amsterdam. 

Pour la firme américaine, le sujet de la requalification des chauffeurs est un serpent de mer.

En mars, au Royaume-Uni, Uber a accordé à plus de 70 000 chauffeurs un statut hybride de "travailleurs salariés", qui leur permet de bénéficier du salaire minimum, de congés payés et de l'accès à un fonds de retraite.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Qu’est-ce que la période de réflexion pour les Commissaires européens ?

Parlement européen : vers une meilleure protection des travailleurs de plateformes numériques ?

La France veut durcir les règles d'Airbnb sur fonds d'une polémique sur les locations de courte durée