Assemblée européenne des PME : transformer les crises en opportunités

En partenariat avec The European Commission
Assemblée européenne des PME : transformer les crises en opportunités
Tous droits réservés euronews
Par Andrea Bolitho
Partager cet article
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

À l'occasion de l'Assemblée annuelle européenne des PME à Bilbao, nous faisons le point sur les défis que les petites et moyennes entreprises doivent relever, les évolutions réglementaires favorables, mais aussi la manière dont elles tirent leur épingle du jeu grâce à l'innovation.

Les prix de l'énergie baissent et l'inflation diminue lentement, mais les faillites augmentent et de nombreuses entreprises européennes luttent encore pour leur survie. Comment peuvent-elles se maintenir à flot ? Une question au cœur de l'Assemblée annuelle des PME, l'événement européen le plus important qui leur est dédiée, organisée récemment à Bilbao.

Innover ou trouver un marché de niche

Face aux vents contraires de l'économie, beaucoup essaient de transformer une crise en opportunité. "Les PME se sont aujourd'hui habituées à un niveau variable de crises successives et elles ont compris que la seule solution à ces crises, c'est l'innovation," nous assure Damien Sallé, coordinateur robotique et automatisation chez Tecnalia, un centre de recherche du pays basque espagnol, l'une des principales régions d'Europe en matière d'innovation, qui a exposé ses concepts lors de l'Assemblée des PME.

Cette institution a ainsi mis au point un robot qui a de nombreuses applications potentielles. "Nous voulons que le robot soit capable d'effectuer des opérations telles que le ponçage, la peinture ou le placage laser," décrit Damien Sallé. "Nous prenons les informations de la caméra 3D, puis nous calculons les trajectoires en 3D pour pouvoir couvrir l'ensemble de la pièce et nous les transférons ensuite au robot," indique-t-il.

Trouver un marché de niche peut faire toute la différence, à l'image d'Orbik qui teste les niveaux de cybersécurité lors de la phase de conception des équipements industriels.

"Nous travaillons pour les transports ferroviaires, les stations de métro dotées d'un réseau connecté, l'industrie en général, ainsi que les systèmes de santé," explique Salvador Trujillo, PDG d'Orbik, également présent à Bilbao. "Dans le passé, la plupart des systèmes étaient cloisonnés et le risque d'être attaqué était plutôt faible ; aujourd'hui, les systèmes étant connectés à internet, il est de plus en plus courant qu'ils soient attaqués," fait-il remarquer.

Les crises ? "Des moments où l'on se mobilise pour changer le monde" selon Saras Sarasvathy

L'Assemblée des PME vise à dynamiser les entreprises européennes en organisant des tables rondes de haut niveau, des entretiens et des occasions de mise en réseau, ainsi que la prestigieuse conférence Schumpeter, donnée cette année par le professeur Saras Sarasvathy.

"L'incertitude et les crises sont des opportunités et c'est ce que font les entrepreneurs : il y a des moments où iIs saisissent des opportunités et les mettent à profit," fait remarquer la professeure Paul Hammaker à la University of Virginia Darden School of Business. "Les périodes de crise ne sont pas des choses que l'on subit, ce sont des moments où l'on se mobilise pour changer le monde," affirme-t-elle, un sourire aux lèvres.

Une question de compétences et de réglementation

Ces dernières années ont été mouvementées, en raison de crises successives. En septembre, la Commission européenne a présenté le train de mesures de soutien aux PME.

"Celui-ci repose sur différents piliers, à commencer par le financement, puis il y a l'accès aux compétences," nous explique à Bilbao, Outi Slotboom, directrice de l'analyse stratégique et économique à la Direction générale du marché intérieur, de l'industrie, de l'entrepreunariat et des PME.

"[Ces compétences] sont souvent liées à de nouveaux domaines émergents tels que l'installation de panneaux solaires, les nouvelles activités en lien avec le climat ou les compétences numériques," indique-t-elle avant d'ajouter : "Nous avons aussi un chapitre sur la réglementation."

De nouvelles règles pour lutter contre les retards de paiement

Pourtant, les faillites augmentent en Europe : elles sont à leur plus haut niveau depuis 2015 et connaissent actuellement, une hausse de plus de 8% par rapport au trimestre dernier.

Pour aider à éviter les faillites, l'Agence portugaise pour la compétitivité et l'innovation, lauréate du Prix européen de la promotion de l'esprit d'entreprise, a conçu un outil qui signale les problèmes potentiels liés aux chiffres d'affaires d'une société.

L'une des principales raisons pour lesquelles les entreprises font faillite, ce sont les retards de paiement dans les transactions commerciales. Cette année, la Commission européenne a proposé des règles actualisées prévoyant un délai de règlement maximal de 30 jours.

L'eurodéputée polonaise Róża Thun und Hohenstein, rapporteure du Parlement européen sur le sujet, nous a expliqué pourquoi les petites entreprises doivent être payées rapidement. "Elles ont besoin de liquidités, de flux de trésorerie. Elles doivent pouvoir mener leurs projets et ne pas attendre de l'argent," nous fait remarquer l'eurodéputée Renew Europe lors de l'Assemblée.

"Ce rapport contient de nombreuses propositions intéressantes, non seulement les fameux 30 jours, mais aussi l'exécution de ces paiements et les amendes en cas de retard," se félicite-t-elle.

De jeunes entrepreneurs aux idées lumineuses

Il peut sembler décourageant de vouloir créer sa propre entreprise, mais ce n'est pas ce que pensent les jeunes entrepreneurs réunis à Bilbao.

L'Ukrainienne Mariia Alipatova, en particulier, a remporté la Youth Start-Up Competition, avec Solar Optic, une invention qui capte la lumière du soleil et la fait entrer dans un bâtiment, ce qui permet de faire des économies sur l'éclairage et d'améliorer l'environnement de travail.

"L'un des avantages, c'est d'améliorer la santé mentale des travailleurs, en particulier dans les entrepôts," nous précise Mariia Alipatova. "Je suis ingénieure, donc je sais ce que c'est que de travailler dans une usine : on se sent parfois déprimé à cause du bruit et on a parfois besoin de la lumière naturelle du soleil," indique-t-elle. "Mais les avantages principaux sont la réduction des émissions de CO2 et les économies sur les coûts d'électricité," souligne-t-elle.

Actuellement, les grands défis ne manquent pas pour les PME européennes, mais elles ne sont pas à court d'idées pour les relever, à l'heure où les acteurs européens s'efforcent de créer un climat économique plus stable.

Partager cet article

À découvrir également

Comment les clusters font décoller les PME européennes : l'exemple de l'aéronautique en Pologne

Enterprise Europe Network, le réseau d'aide aux PME qui visent l'international

Comment l'UE veut protéger les PME face aux retards de paiement