Où, en Europe, les impôts sont-ils les plus élevés et les plus bas ?

Des personnes marchent avec des bagages avec la ville de Bruxelles en toile de fond.
Des personnes marchent avec des bagages avec la ville de Bruxelles en toile de fond. Tous droits réservés Virginia Mayo/AP
Par Indrabati Lahiri
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Euronews Business examine en détail les impôts en Europe pour déterminer où les citoyens paient le plus - et le moins.

PUBLICITÉ

Selon la Tax Foundation, les travailleurs célibataires à salaire moyen en Europe payaient environ un tiers de leur salaire en impôts en 2022. Sans surprise, la charge fiscale varie considérablement d'un pays à l'autre, les citoyens d'Europe occidentale et des pays les plus développés payant les taxes les plus importantes.

Le Danemark (55,9 %), l'Autriche (55 %), le Portugal (53 %), la Suède (52,3 %) et la Belgique (50 %) figurent parmi les pays où les taux d'imposition sur le revenu des personnes physiques sont les plus élevés.

En revanche, la Roumanie (10 %), la Bulgarie (10 %), la Bosnie-Herzégovine (10 %), le Kosovo (10 %) et la Macédoine du Nord (10 %) sont les pays européens où les impôts sont les plus bas.

Pourquoi les citoyens danois accueillent-ils favorablement les impôts ?

De nombreux citoyens considèrent ce paiement comme un investissement dans l'avenir collectif du pays et de la société, ou comme un moyen d'acheter une certaine qualité de vie. À noter que le Danemark a été classé deuxième pays le plus heureux du monde pour la quatrième année consécutive, selon le 2023 World Happiness Report, alors que le taux d'imposition y atteint 55,9 %

Ces impôts permettent à tous les segments de la société, indépendamment du sexe, de la situation sociopolitique ou économique, de profiter des mêmes opportunités, réduisant ainsi considérablement les charges économiques et sociales. La majeure partie de l'éducation, en particulier l'enseignement supérieur, est gratuite au Danemark, les étudiants recevant également une bourse du gouvernement danois.

Ce soutien se poursuit sur le lieu de travail, les parents danois ayant droit à 52 semaines de congé parental, dont 32 sont payées par l'État. Le modèle du marché du travail au Danemark, appelé modèle de "flexicurité", offre également de la flexibilité aux employeurs et de la sécurité aux travailleurs, tout en mettant l'accent sur la participation active au marché du travail. Cela permet aux travailleurs et à l'État de fournir un filet de sécurité en cas de chômage.

Beaucoup de citoyens sont ainsi satisfaits de payer leur part d'impôts, surtout si les services publics dont ils bénéficient sont de bonne qualité.

Des systèmes de sécurité sociale solides suffisent-ils à compenser des impôts élevés ?

Pour l'Autriche, autre pays où les impôts sont élevés (55 %), le système d'assurance sociale, qui comprend les systèmes légaux d'assurance maladie, d'assurance pension et d'assurance contre les accidents du travail, est très apprécié. Il couvre également les frais de maternité et le chômage.

Le pays exige que tous les salariés soient assurés, de même que les personnes bénéficiant d'allocations de chômage, de pensions ou de tout autre type de financement basé sur les besoins.

Dans des pays comme la Belgique, les célibataires sans enfant sont les plus lourdement imposés, tandis que les couples mariés avec enfants bénéficient d'un taux réduit.

Bien que le pays se targue d'offrir des soins de santé de grande qualité, l'inscription à ces soins peut être un processus long et compliqué, impliquant l'inscription à la caisse de sécurité sociale et à la caisse publique d'assurance maladie.

Les contribuables belges se voient prélever jusqu'à 65 % de leur salaire

Une personne vivant en Belgique est imposée à 45 % au-delà de 24 480 € par an et à 50 % au-delà de 42 370 €. En outre, tout employé doit payer 13,07 % de cotisations de sécurité sociale.

Sachant que le salaire minimum en Belgique est de 1 994,18 € par mois, avant impôts, la rémunération mensuelle d'un salaire de 45 000 € par an laisse un résident avec une somme bien inférieure au salaire minimum après déductions.

Cette situation a suscité une frustration croissante chez les Belges ces dernières années, qui ont l'impression de payer trop d'impôts pour les services dont ils bénéficient, par rapport à leurs homologues scandinaves.

Toutefois, selon l'OCDE, la Belgique s'efforce lentement de réduire l'imposition des salaires, le travailleur célibataire moyen ayant vu son taux fiscal réduit d'environ 2,7 % entre 2009 et 2022.

L'agence suédoise des impôts est l'une des plus fiables du pays

Comme au Danemark, les citoyens suédois ne voient pas d'inconvénient à payer des impôts élevés, en l'occurrence 52,3 %, pour le bon fonctionnement de la société et la qualité des services publics. L'agence fiscale suédoise, Skatteverket, est l'une des plus fiables et des plus respectées du pays.

Cela s'explique par le fait que l'agence fiscale est impliquée dans la plupart des aspects de la vie des citoyens, tels que les naissances, les mariages, les déménagements et les décès, entre autres, et qu'elle veille à ce qu'un service de haute qualité soit fourni. De plus, elle est très conviviale et accessible, ce qui renforce encore la confiance qu'on lui accorde.

Une jeune supportrice tient un drapeau suédois avant le quart de finale de la Coupe du monde féminine de football entre le Japon et la Suède, à Auckland en Nouvelle-Zélande
Une jeune supportrice tient un drapeau suédois avant le quart de finale de la Coupe du monde féminine de football entre le Japon et la Suède, à Auckland en Nouvelle-ZélandeAbbie Parr/Copyright 2023 The AP. All rights reserved

Des incitations fiscales moins importantes dans les pays d'Europe de l'Est

Pour les pays d'Europe de l'Est et du Sud-Est, tels que la Roumanie, la Bulgarie et la Bosnie-Herzégovine, qui sont encore en train de développer leurs infrastructures et leurs économies, des impôts moins élevés sont un moyen d'attirer et de retenir les investissements étrangers.

PUBLICITÉ

Ces pays offrent souvent une main-d'œuvre et des coûts de production moins élevés, des allègements fiscaux et une multitude de marchés et d'opportunités inexploités. En outre, ils offrent souvent un meilleur niveau de vie, le coût de la vie y étant nettement inférieur à celui de la plupart des pays d'Europe occidentale.

La Bulgarie, la Macédoine du Nord, la Roumanie et Chypre sont considérées comme les prochains pôles de croissance pour de nombreuses entreprises et secteurs d'activité.

Toutefois, au cours des derniers mois, des pays comme la Roumanie ont tenté d'augmenter les taxes pour les employés du secteur des logiciels informatiques. Le gouvernement tente également de supprimer les exemptions de paiement de l'assurance maladie pour les employés des secteurs de la construction, de l'alimentation et de l'agriculture, afin d'augmenter les recettes fiscales.

Les salaires plus importants compensent-ils la charge fiscale élevée pour certains ?

Dans certains cas, les salaires moyens sont également supérieurs dans les pays où les impôts sont plus élevés, comme le Danemark et l'Autriche, ce qui permet d'alléger considérablement la pression financière. Selon Eurostat, le salaire moyen au Danemark en 2022 était d'environ 62 972,33 €, tandis qu'en Autriche, il était de 68 690,65 €.

Cela s'explique par des négociations salariales plus ouvertes, ainsi que par l'importance accordée à l'éducation et à la formation tout au long de la carrière. Certains pays connaissent également une demande accrue dans des secteurs très rémunérateurs tels que la finance, la banque, le droit et la médecine.

PUBLICITÉ

L'inflation peut-elle alourdir la charge fiscale ?

L'inflation est un autre facteur susceptible d'alourdir les charges fiscales. La guerre entre la Russie et l'Ukraine a vu les prix de l'énergie et des denrées alimentaires grimper en flèche au cours des dernières années. Les perturbations en mer Rouge, consécutives au conflit israélo-palestinien, alimentent encore la hausse des prix de l'énergie et d'autres biens.

Si cette tendance se poursuit, l'augmentation des prix à la consommation pèsera davantage sur les portefeuilles des citoyens, ce qui rendra les augmentations d'impôts plus difficiles à supporter financièrement.

Bien que l'inflation dans la zone euro soit tombée à 2,8 % en janvier, son niveau le plus bas depuis deux ans, la Banque centrale européenne (BCE) continue de faire preuve d'un optimisme prudent et d'analyser les données avant de prendre toute décision concernant la réduction des taux d'intérêt.

Ces informations ne constituent pas des conseils financiers. Effectuez toujours vos propres recherches pour vous assurer qu'elles sont adaptées à votre situation particulière. N'oubliez pas non plus que nous sommes un site journalistique et que notre objectif est de fournir les meilleurs guides, astuces et conseils d'experts. Si vous vous fiez aux informations contenues dans cette page, vous le faites à vos propres risques.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le coût du bonheur : pourquoi les riches sont-ils à la traîne ?

L'Europe face à la pénurie de main-d'œuvre

Indice de la Perception de la Corruption 2023 : la note de l'Europe en baisse