Le coût du bonheur : pourquoi les riches sont-ils à la traîne ?

Des enfants rient en mangeant un fruit local dans la communauté de Chambira, en Amazonie péruvienne, mardi 4 octobre 2022.
Des enfants rient en mangeant un fruit local dans la communauté de Chambira, en Amazonie péruvienne, mardi 4 octobre 2022. Tous droits réservés Martin Mejia/Copyright 2022 The AP. All rights reserved
Par Doloresz Katanich
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Un nouveau rapport remet en question l'idée selon laquelle seuls les habitants des sociétés riches peuvent être heureux.

PUBLICITÉ

Selon une nouvelle étude, de nombreuses personnes vivant dans de petites communautés à travers le monde sont très heureuses de leur vie malgré un revenu très faible.

Bien que des études antérieures, dont le World Happiness Report, suggèrent que la croissance économique (essentiellement plus d'argent) est un moyen sûr d'accroître le bien-être des sociétés, l'Institut des sciences et technologies de l'environnement de l'Universitat Autònoma de Barcelona (ICTA-UAB) s'est associé à l'université McGill au Canada pour remettre en question ce point de vue.

Les chercheurs ont étudié des sociétés à petite échelle, y compris des peuples indigènes, affirmant que les études précédentes les avaient négligées et avaient obtenu des résultats faussés en se concentrant uniquement sur les réponses des citoyens des sociétés industrialisées.

Nous constatons que des niveaux moyens élevés de satisfaction dans la vie, comparables à ceux des pays riches, sont rapportés par de nombreuses populations ayant des revenus monétaires très faibles.

Dans les sociétés étudiées, l'échange d'argent joue un rôle minime dans la vie quotidienne et les moyens de subsistance dépendent directement de la nature.

L'analyse des résultats d'une enquête menée auprès de 2 966 membres de peuples autochtones et de communautés locales sur 19 sites répartis dans le monde entier montre que seuls 64 % des ménages interrogés disposaient d'un revenu en espèces.

La recherche indique que "des niveaux 'moyens élevés' de satisfaction de la vie, comparables à ceux des pays riches, sont signalés pour de nombreuses populations qui ont des revenus monétaires très faibles".

Localisation des sites d'étude
Localisation des sites d'étudePNAS/Victoria Reyes-García

Selon les résultats, quatre sites sur les 19 ont un niveau moyen de satisfaction de la vie très élevé (>8). La moyenne des 19 communautés à petite échelle étudiées est de 6,8 sur 10, bien que la plupart des sites aient un revenu estimé à moins de 1 000 dollars (928 euros) par an et par personne.

Les chercheurs ont déclaré dans leur rapport que "le consensus actuel est que la richesse des nations est étroitement liée à la possibilité pour les résidents de mener une vie proche de leur idéal".

Ils concluent également que si c'était le cas, "l'obtention d'une satisfaction de vie élevée pour tous les humains nécessiterait vraisemblablement des taux d'extraction matérielle beaucoup plus élevés qu'à l'heure actuelle", sacrifiant ainsi les écosystèmes, et notent également que les efforts déployés dépasseraient "probablement" les limites planétaires.

Au lieu de cela, les gens ont tendance à mesurer leur bonheur à l'aune de critères tels que la façon dont leur vie se déroule au sein de cette communauté. Si les "caractéristiques au niveau du village non liées à la richesse monétaire" étaient idéales, la richesse individuelle compterait très peu, selon l'étude.

Où les gens sont-ils le plus heureux avec très peu de revenus ?

Parmi les communautés étudiées, la plupart des personnes ayant déclaré que leur niveau de satisfaction dans la vie était le plus élevé (10) étaient des Tibétains et d'autres groupes ethniques du plus grand comté de la préfecture autonome tibétaine de "Diqing" (155).

Ensuite, les deuxième et troisième sociétés les plus heureuses semblent être les indigènes amazoniens vivant près de la rivière "Juruá" au Brésil (80) - et les habitants du "Soum Bulgan" en Mongolie (63), où vivent respectivement près de 6 000 Kazakhs et autres groupes ethniques et 100 000 têtes de bétail.

Une grande partie du peuple indigène, Pai Tavytera, au Paraguay (124) a également déclaré que sa satisfaction à l'égard de la vie était très élevée (8), ce qui est typique des pays scandinaves riches dans d'autres sondages.

Il est difficile de ne pas voir la corrélation entre le bonheur et le fait de vivre côte à côte dans des vallées entourées de montagnes enneigées ou près d'une forêt tropicale, en étroite relation avec la nature.

Toutefois, si vous croyez fermement que le bonheur vient avec l'argent (pas de jugement ici !), lisez plus d'informations sur ce dont vous avez besoin pour être heureux.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Où, en Europe, les impôts sont-ils les plus élevés et les plus bas ?

Quels sont les pays européens qui gèrent le mieux leur argent ?

De combien d'argent avez-vous besoin pour être heureux ?