L'effondrement de la production minière en Europe rend le continent vulnérable

Une pelleteuse à charbon dans la plus grande mine de Grèce, à l'extérieur de la ville de Kozani, dans le nord du pays, le jeudi 2 juin 2022.
Une pelleteuse à charbon dans la plus grande mine de Grèce, à l'extérieur de la ville de Kozani, dans le nord du pays, le jeudi 2 juin 2022. Tous droits réservés Thanassis Stavrakis/Copyright 2022 The AP. All rights reserved
Tous droits réservés Thanassis Stavrakis/Copyright 2022 The AP. All rights reserved
Par Indrabati Lahiri
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

La relance du secteur minier européen pourrait réduire la dépendance du continent à l'égard des minéraux rares chinois, ainsi que les risques tels que la volatilité des prix et la perte de compétitivité.

PUBLICITÉ

L'Europe ne représente aujourd'hui plus que 3 % de la production minière mondiale, contre 40 % au début du siècle dernier.

La domination croissante de la Chine sur la chaîne de production et d'approvisionnement des batteries et des minéraux rares rend l'Europe, ainsi que d'autres parties du monde, fortement dépendants de la Chine pour ces métaux et minéraux indispensables.

L'invasion de l'Ukraine par la Russie, qui a entraîné une série de sanctions de l'UE contre le pétrole et le gaz russes, a fait prendre conscience aux décideurs politiques de la dépendance énergétique de l'UE à l'égard de Moscou et les a poussés à rechercher des fournisseurs plus diversifiés.

La Commission européenne espère éviter une situation similaire avec le lithium et d'autres minéraux rares, qui sont essentiels à la transition verte, en proposant une nouvelle législation sur les matières premières critiques.

"Le lithium et les minéraux rares seront bientôt plus importants que le pétrole et le gaz. Rien que pour les minéraux rares, notre demande sera multipliée par cinq d'ici 2030", a déclaré la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, lors de son discours sur l'état de l'Union en 2022.

"Nous devons éviter de redevenir dépendants, comme nous l'avons été avec le pétrole et le gaz", ajoute-t-elle.

La législation vise 30 matières premières que l'Union a classées comme critiques en raison de leur risque d'approvisionnement et de leur importance économique.

Pourquoi le secteur minier européen a-t-il décliné au fil des ans ?

Le secteur minier européen s'est effondré au cours des dernières décennies, principalement en raison de la diminution de l'exploitation du charbon lorsque le continent a commencé à s'orienter vers des sources d'énergie plus durables.

Depuis 2012, la production d'électricité à partir de charbon dans l'UE a chuté d'environ un tiers, ce qui a entraîné la fermeture de plusieurs centrales électriques et mines de charbon devenues inutiles.

Une centrale électrique brûle du charbon provenant de la mine à ciel ouvert de Garzweiler, près de Luetzerath, dans l'ouest de l'Allemagne, le vendredi 1er octobre 2021.
Une centrale électrique brûle du charbon provenant de la mine à ciel ouvert de Garzweiler, près de Luetzerath, dans l'ouest de l'Allemagne, le vendredi 1er octobre 2021.Martin Meissner/Copyright 2021 The AP. All rights reserved.

La pandémie de COVID-19 et la guerre en Ukraine ont également entraîné une diminution de la production de métaux à forte intensité énergétique, tels que l'aluminium et l'acier, ainsi que de l'extraction de bauxite et de la production d'alumine.

Selon l'International Aluminium Institute, l'Europe, Russie comprise, a produit environ 6,50 millions de tonnes d'alumine en 2023, soit une baisse de 20,92 % par rapport aux 8,22 millions de tonnes de 2022.

En outre, l'Europe connaît un retard considérable en matière de licences et d'approbations minières : il faut parfois plus de dix ans pour obtenir un permis d'exploitation minière, ce qui décourage certaines sociétés minières. C'est encore plus compliqué depuis que l'Europe a décidé, ces dernières années, de maintenir ses objectifs "net zéro" pour 2030 : il devient de plus en plus difficile pour les entreprises d'obtenir l'approbation de nouvelles mines ou le maintien du soutien aux mines existantes.

En outre, l'Europe dispose de lois très strictes en matière d'environnement et de conservation et les populations locales s'opposent souvent à l'ouverture de nouvelles mines ou à l'expansion de celles qui existent déjà.

"Surtout à la lumière de la crise climatique et de l'ampleur de la perte de biodiversité, la priorité ne peut pas être simplement : plus d'exploitation minière, plus d'exploitation minière", avance à Politico Michael Reckordt, chef de section pour les matières premières à l'ONG PowerShift.

Comment l'Europe peut-elle stimuler l'exploitation minière ?

La législation sur les matières premières critiques de l'UE vise à réduire considérablement les formalités administratives et à encourager l'innovation et l'exploration de matériaux alternatifs.

En fixant des objectifs ambitieux en matière de recyclage et de limitation des déchets, l'UE espère ainsi réduire la demande de nouvelles mines.

L'année dernière, l'Union a financé un projet nommé Susmagpro destiné à développer le recyclage des aimants en métaux rares utilisés dans les éoliennes, l'électronique et les moteurs des voitures électriques.

La Commission européenne a déclaré que l'objectif du projet était "de développer une chaîne d'approvisionnement pour le recyclage des aimants en métaux rares dans l'UE et de faire la démonstration de ces nouveaux matériaux dans plusieurs secteurs d'application".

PUBLICITÉ
Des éoliennes tournent derrière un parc solaire à Rapshagen, en Allemagne, le 28 octobre 2021.
Des éoliennes tournent derrière un parc solaire à Rapshagen, en Allemagne, le 28 octobre 2021.Michael Sohn/Copyright 2021 The AP. All rights reserved

En ce qui concerne l'impact des projets miniers sur l'environnement, Julia Klinger, professeur adjoint de géographie à l'université du Delaware, avance dans Politico : "Je pense que nous devons nous pencher beaucoup plus franchement sur les impacts à long terme".

"Si nous ne prenons pas les précautions nécessaires dès le départ, l'espoir que l'Europe devienne un continent neutre sur le plan climatique est en quelque sorte condamné d'emblée", ajoute-t-elle.

Toutefois, pour atteindre ses objectifs en matière de climat et réduire sa dépendance à l'égard d'autres pays comme la Chine, l'Europe pourrait avoir besoin d'intensifier son activité minière pour exploiter ses propres réserves de minerais rares.

Les dangers de la dépendance à l'égard de l'approvisionnement en métaux et minéraux étrangers

En 1987, le dirigeant chinois Deng Xiaoping déclarait : "Le Moyen-Orient a du pétrole, la Chine a des métaux rares".

En effet, la Chine est actuellement le leader mondial de la production de minerais rares, représentant environ 60 % de la production mondiale.

PUBLICITÉ

"À l'heure actuelle, si nous produisons des minerais rares dans l'UE, ils doivent de toute façon passer par la Chine (ou au moins par l'Asie) pour être transformés en aimant", explique Stéphane Bourg, directeur du Service géologique français, cité par Investigate Europe.

"Il n'existe actuellement aucune usine dans l'UE qui transforme l'oxyde de terre rare en métal de terre rare, même si de tels projets sont en cours", ajoute-t-il.

Cette dépendance accrue de l'Europe à l'égard de la Chine pour les minerais essentiels expose le continent à des risques importants tels que la volatilité des prix, les blocages d'approvisionnement et la perte de compétitivité.

Vue aérienne du complexe de la mine de charbon de Hongliulin près de la ville de Shenmu, dans la province de Shaanxi, au nord-ouest de la Chine, le mardi 25 avril 2023.
Vue aérienne du complexe de la mine de charbon de Hongliulin près de la ville de Shenmu, dans la province de Shaanxi, au nord-ouest de la Chine, le mardi 25 avril 2023.Ng Han Guan/Copyright 2023 The AP. All rights reserved

En outre, la Chine peut utiliser sa position dominante dans la chaîne d'approvisionnement des minéraux rares comme moyen de pression géopolitique. C'est ce qui s'est passé en 2010, lorsque la Chine a interrompu l'exportation de minéraux rares vers le Japon pendant environ deux mois en raison d'un désaccord sur la pêche.

Les tensions entre l'UE et la Chine se sont lentement accrues au cours des derniers mois, en raison du soutien continu de la Chine à la Russie dans sa guerre contre l'Ukraine, ainsi que de son agression envers Taïwan.

PUBLICITÉ

Si la situation se détériore, il pourrait être plus difficile pour l'Europe d'accéder aux métaux indispensables en provenance de Chine. C'est donc le moment ou jamais de relancer le débat sur la production européenne de métaux rares.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

MTN et Huawei révolutionnent la 5G dans les mines de charbon sud-africaines

L'UE prolonge la trêve commerciale sur l'acier et l'aluminium avec les États-Unis

Stocker l'énergie grâce aux anciennes mines