Stocker l'énergie grâce aux anciennes mines

Le monde est parsemé de mines abandonnées. Mais nous pouvons les exploiter intelligemment, estiment des chercheurs.
Le monde est parsemé de mines abandonnées. Mais nous pouvons les exploiter intelligemment, estiment des chercheurs. Tous droits réservés Canva
Tous droits réservés Canva
Par Charlotte Elton (adapté de l'anglais)
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Des chercheurs voudraient transformer d'anciennes mines en "batterie à gravité", un système mécanique permettant de stocker l'énergie produite.

PUBLICITÉ

Les mines souterraines réaménagées pourraient stocker suffisamment d'énergie pour alimenter "la terre entière" pendant une journée, estime une équipe de chercheurs. Comment pourrait-on les utiliser ?

Par beau temps ou lorsqu'il y a beaucoup de vent, l'éolien et le solaire génèrent souvent plus d'énergie que le réseau n'en utilise. L'enjeu est donc de parvenir à stocker cette énergie excédentaire.

Selon des scientifiques de l'Institut international d'analyse des systèmes appliqués (IIASA), les mines abandonnées pourraient constituer une solution.

Ils affirment que leur transformation en "batteries à gravité" pourrait fournir jusqu'à 70 térawatts de stockage d'énergie, soit une quantité suffisante pour répondre à la consommation d'électricité quotidienne du monde entier.

"Pour décarboner l'économie, nous devons repenser le système énergétique en nous basant sur des solutions innovantes utilisant les ressources existantes", explique Behnam Zakeri, co-auteur de l'étude et chercheur au sein du programme "énergie, climat et environnement" de l'IIASA. "Transformer les mines abandonnées en stockage d'énergie est un exemple des nombreuses solutions qui existent autour de nous."

Transformer les mines abandonnées en stockage d'énergie est un exemple des nombreuses solutions qui existent autour de nous
Behnam Zakeri
chercheur à l'IIASA

La plupart des batteries que nous utilisons au quotidien emmagasinent de l'énergie grâce à des processus électrochimiques. Les batteries à gravité, en revanche, sont des engins mécaniques.

Elles utilisent l'énergie produite par les énergies renouvelables pour soulever un poids. Lorsque le réseau est à court d'énergie, le poids est lâché - alimentant un générateur avec sa chute.

Il existe de nombreuses versions différentes de ce type de batterie. La plus couramment utilisé aujourd'hui est l'hydroélectricité à accumulation par pompage : l'eau est pompée et stockée à des altitudes plus élevées puis libérée dans des turbines lors de sa descente pour produire de l'électricité.

Le système à gravité proposé dans les mines a un potentiel de capacité énergétique globale de sept à 70 TWh, indiquent les chercheurs de l'IAASA dans l'article publié dans Energies.

Comment fonctionnerait une batterie à gravité dans une mine ?

Le modèle proposé par les chercheurs de l'IIASA utilise les ascenseurs existants pour soulever et abaisser les conteneurs remplis de sable.

Grace à leurs puits profonds, les mines sont bien adaptées à de telles batteries, qui nécessitent au moins 300 mètres de hauteur pour fonctionner correctement.

Selon les chercheurs, la construction de ces projets pourrait également aider à générer des revenus dans les communautés minières appauvries.

« Quand une mine ferme, elle licencie des milliers de travailleurs. Cela dévaste les communautés qui dépendent uniquement de la mine pour leur économie. Notre système créerait des emplois car la mine fournirait des services de stockage d'énergie après l'arrêt de ses activités », explique Julian Hunt, chercheur et auteur principal de l'étude.

"Les mines disposent déjà de l'infrastructure de base et sont connectées au réseau électrique, ce qui réduit considérablement les coûts et facilite la mise en œuvre du système à gravité."

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La pollution des jets privés a doublé en un an en Europe

Rendre l'Ukraine résistante à la guerre et au changement climatique

Finlande : la plus grande batterie de sable au monde sera mise en service d'ici un an