EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Squatters aux ordinateurs portables : les cafés d'Europe en ont assez des nomades numériques

Certains cafés ont complètement interdit les ordinateurs portables, tandis que d'autres font payer un tarif horaire pour ce privilège.
Certains cafés ont complètement interdit les ordinateurs portables, tandis que d'autres font payer un tarif horaire pour ce privilège. Tous droits réservés Austin Distel
Tous droits réservés Austin Distel
Par Rebecca Ann Hughes
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Certains cafés ont complètement interdit les ordinateurs portables, tandis que d'autres font payer un tarif horaire pour obtenir le droit de travailler sur place.

PUBLICITÉ

L'un des avantages du nomadisme numérique est de troquer un bureau ennuyeux contre une rotation de cafés branchés dans le monde entier.

Mais dans certains endroits d'Espagne, les travailleurs à distance et leurs ordinateurs portables sont en train de devenir des clients indésirables.

Les bars et les cafés de Valence, Santiago et Barcelone prennent des mesures sévères à l'encontre des nomades numériques qui ne sont pas les bienvenus.

Les propriétaires affirment que les télétravailleurs monopolisent les tables pendant des heures, parfois pour le prix d'un seul café.

Lassés, ils passent à l'action. Et ils ne sont pas les seuls en Europe. De Paris à Berlin, des cafés et des snack-bars ont déjà établi des règles pour les "squatteurs d'ordinateurs portables".

En Espagne, les cafés répriment le travail à distance

Le travail à distance continue d'être un choix de vie populaire, encouragé par la liste croissante de visas et de programmes d'hébergement pour les nomades numériques.

Avec un soleil généreux, des prix raisonnables et des villes riches en culture, l'Espagne est un choix de premier ordre pour les nomades numériques.

Mais leur mode de travail n'est pas toujours compatible avec le style de vie d'une destination. Les cafés et les bars des villes espagnoles sont de plus en plus frustrés par les personnes qui commandent une seule boisson et occupent ensuite une table pendant plusieurs heures, voire toute une journée.

Pour les propriétaires de petites entreprises, il ne s'agit pas d'une forme de revenu viable et nombre d'entre eux ont décidé d'agir.

Raquel Llanes, qui tient un café dans le quartier du Raval à Barcelone, a expliqué au site web local Barcelona Secreta que la situation était devenue incontrôlable.

"Nous avons eu des clients qui ont commandé un expresso et se sont assis pendant huit heures, des gens qui nous ont demandé de baisser la musique pour pouvoir se réunir, des clients qui ont sorti leur Tupperware pour manger", a-t-elle déclaré.

"Au début, nous avons adapté l'espace avec des prises et pour travailler, mais après deux ans, nous nous sommes rendu compte que les chiffres n'étaient pas satisfaisants."

À Valence, Santiago et Barcelone, les bars et les cafés ont décidé de couper le WiFi pour dissuader les télétravailleurs.

Certains cafés ont apposé des affiches indiquant que le travail à distance est interdit pendant les heures de pointe, entre 8 h 30 et 12 h 30.

D'autres autorisent les clients équipés d'un ordinateur portable à utiliser l'espace, mais leur demandent de se déplacer s'ils ont besoin de place pour un groupe ou des habitués.

Ordinateurs portables interdits dans les cafés de Paris et de Berlin... ou Lyon

Depuis plusieurs années, les cafés de villes européennes telles que Paris, Berlin, Lisbonne et Brighton prennent position contre les travailleurs à distance.

Certains interdisent totalement les ordinateurs portables, tandis que d'autres imposent un tarif horaire pour le privilège de les utiliser.

Pour de nombreux propriétaires de cafés, il ne s'agit pas seulement de la non-rentabilité des télétravailleurs, mais aussi de la protection de la fonction première de leur établissement : un lieu convivial où l'on peut interagir en face à face avec d'autres clients.

PUBLICITÉ
Si vous êtes un nomade numérique en Espagne, pensez à profiter des dizaines d'espaces de co-working qui apparaissent dans tout le pays.
Si vous êtes un nomade numérique en Espagne, pensez à profiter des dizaines d'espaces de co-working qui apparaissent dans tout le pays.Austin Distel

"C'est certainement une mauvaise image pour le café si vous passez devant et que vous voyez toujours les mêmes quatre ou cinq visages avec leur ordinateur portable allumé, qu'ils aient payé ou non", a écrit un commentateur sur un fil de discussion Reddit.

"Les cafés sont censés être des endroits agréables où les gens vont et discutent.

"Je sais que beaucoup de gens ici glorifient l'idée de travailler dans des cafés exotiques, mais c'est à la fois socialement inacceptable et lourd pour l'entreprise la plupart du temps", a déclaré un autre.

Parfois, il s'agit aussi d'une frustration face au comportement irrespectueux des nomades numériques.

"Le pire, ce sont ces gens [qui] laissent les emballages de sandwichs du supermarché sur la table pour que le personnel (moi, par le passé) les nettoie", a écrit un autre utilisateur sur le même fil de discussion.

PUBLICITÉ

Depuis la fin d’année 2023, certains cafés de Lyon - où se trouve le QG d'euronews - ont décidé d’interdire les ordinateurs portables pendant les week-ends, relève le média local Le Petit Bulletin. Entre sauvegarde de la convivialité, manque de place et perte de profits, les tenanciers invoquent plusieurs raisons pour refuser les digital nomads.

Où travailler à distance en Espagne ?

Si vous êtes un nomade numérique en Espagne à la recherche d'un espace de travail à distance qui ne vous déplaira pas, pensez à profiter des dizaines d'espaces de co-working qui apparaissent dans tout le pays.

À Barcelone, le très branché Betahaus (également présent à Berlin, Hambourg, Sofia et Bucarest) dispose d'un espace intérieur lumineux et d'une terrasse plantée. Réparti sur cinq étages, il propose des bureaux privés et des espaces de réunion, ainsi que des espaces de travail communs.

La Vaca (qui signifie vache et qui doit son nom à une ancienne laiterie) est un espace convivial et verdoyant où l'on peut écouter de la musique, faire du yoga ou une partie de billard quand on a besoin d'une pause.

À Valence, cherchez Vortex Coworking Playa dans le quartier balnéaire d'El Cabanyal. Le bâtiment restauré présente un intérieur élégant avec des poutres en bois apparentes et des murs en briques, et il est équipé d'une cuisine.

PUBLICITÉ

À Santiago, essayez le Campus Stellae, situé dans un bâtiment du XVIIe siècle. Les cinq étages d'espaces communs et de bureaux privés offrent une vue imprenable sur la cathédrale voisine.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Italie : bonne nouvelle pour les travailleurs à distance et les "nomades numériques"

Travailler d'où vous voulez : les meilleurs endroits pour devenir nomade numérique en 2022

Comment un entrepreneur allemand attire les nomades numériques à Bansko en Bulgarie