PUBLICITÉ

Baia : découverte de la cité romaine engloutie près de Naples

Baia : découverte de la cité romaine engloutie près de Naples
Tous droits réservés AP Photo
Tous droits réservés AP Photo
Par Euronews avec AP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

C'est l'un des musées archéologiques les plus spectaculaires au monde : des vestiges sous-marins d'une station balnéaire romaine.

PUBLICITÉ

A quelques kilomètres de Naples, dans les eaux du golfe de Pouzzoles, il faut plonger pour découvrir l'un des musées archéologiques les plus spectaculaires au monde.

Cachée sous le sable, une mosaïque romaine : l'un des vestiges du parc submergé de Baia, qui était autrefois une station balnéaire de riches romains. Mais avec 400 mètres de vestiges qui s'étendent du littoral actuel, les découvertes ne font que commencer, comme l'indique Enrico Gallocchio, du parc archéologique des Campi Flegrei : "d__es colonnes, des nouveaux sols, des nouvelles mosaïques émergent au fil des recherches que nous menons, et au printemps prochain, nous commencerons à fouiller l'un de ces lieux".

Disparition de la posidonie

Longtemps oubliée et ensevelie sous les flots au IIIe siècle, les premiers vestiges de la cité romaine ont été découverts à la fin des années 1960. Le sable et les posidonies (plantes) ont longtemps préservé les ruines, qu'il s'agisse de mosaïques ou de statues. Mais le réchauffement climatique a changé la donne  : "nous avions de grandes forêts de cette plante dans certaines parties de la baie submergée, qui en avaient caché des parties entières. Les dernières découvertes que nous faisons sont là où la posidonie a disparu"

Les statues que l'on peut observer sont des copies puisque les originaux ont été apportés au musée voisin pour les protéger des pilleurs. Ce qui reste (murs et maisons) doit être protégé par du sable ou par des structures plus importantes, contre les ondes des tempêtes qui dégradent également les vestiges. doit être protégé par du sable ou par des structures plus importantes.

Chaque année, 15 000 touristes visitent ce parc sous-marin, devenu l'une des principales attractions du parc archéologique de Campi Flegrei.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Un lit romain en kit vieux de 2 000 ans découvert dans le centre de Londres

Maroc : des archéologues découvrent des empreintes humaines vieilles de 90 000 ans

District culturel de Saadiyat : l'un des plus grands centres culturels prêt pour 2025