EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

"Kyiv Eternal": l'ukrainien Heinali sort un nouvel album pour marquer l'anniversaire de la guerre

Le compositeur et artiste sonore ukrainien, Oleh Shpudeiko, sort vendredi son album personnel "Kyiv Eternal"
Le compositeur et artiste sonore ukrainien, Oleh Shpudeiko, sort vendredi son album personnel "Kyiv Eternal" Tous droits réservés Heinali
Tous droits réservés Heinali
Par Anca Ulea
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Les enregistrements sur le terrain de ce nouvel album, sorti exactement un an après l'invasion russe, documentent "un monde qui a disparu", explique l'artiste

PUBLICITÉ

Fermez les yeux et pensez à l'endroit où vous avez grandi. Quels sons entendez-vous ?

Selon l'endroit où vous habitiez, vous vous souvenez de la circulation, des sonnettes de vélo, de la musique, des aboiements de chiens, ou encore des rires des gens. Un paysage sonore fait partie intégrante de l'identité d'un lieu, l'âme d'un village ou d'une ville, la bande sonore de nos souvenirs. Et c'est ce que le compositeur ukrainien Oleh Shpudeiko a voulu capturer et préserver dans son nouvel album qui sort ce vendredi. Un défi de taille, d'autant plus que sa ville natale est Kyiv.

"J'ai grandi dans cette ville, j'y ai passé 37 ans", a-t-il déclaré à Euronews Culture. "C'est seulement après avoir quitté Kyiv que j'ai réalisé qu'elle est une partie importante de mon identité."

Shpudeiko, qui se produit sous le nom de scène Heinali, était à Kyiv lorsque les troupes russes ont pris d'assaut la ville le 24 février dernier. Après avoir évacué sa famille et déménagé à Lviv, dans l'Ouest du pays, il est revenu un mois plus tard, et s'est rendu compte que son point de vue sur la ville a changé. Ses sens étaient aiguisés, dit-il. Il pouvait entendre chaque son.

"J'avais l'impression que la ville était vivante", a déclaré Shpudeiko. "Nous (les habitants de Kyiv) voulions la préserver, la serrer dans nos bras d'une manière ou d'une autre, faire quelque chose pour empêcher tout le mal. Je ne savais pas quoi faire à ce sujet à l'époque, et ce n'est qu'après avoir pris une certaine distance que j'ai réalisé que cet album est la façon dont je peux aider cette ville d'une manière artistique."

Cet album est très personnel, mais j'espère qu'il trouvera un écho auprès d'autres Ukrainiens, car nous ne pouvons plus vraiment retourner dans notre passé. C'est ma façon de gérer ce traumatisme, de ne pas pouvoir revenir à mon passé paisible, mais aussi de me souvenir de ce que j'ai été, et d'espérer un avenir meilleur.
Heinali
Artiste ukrainien

"Kyiv Eternal", lettre d'amour à sa ville, publiée à l'occasion du premier anniversaire de l'invasion de l'Ukraine par la Russie

L'album est ce qu'il appelle un "pas de côté" par rapport à son travail habituel, qui se concentre sur la musique ancienne et la musique électronique contemporaine. Pour Kyiv Eternal, Oleh Shpudeiko a combiné des enregistrements de terrain qu'il a réalisés au cours des 10 dernières années dans la ville (avant l'invasion) avec des boucles ambiantes tirées de ses archives musicales de la même période.

"Pour moi personnellement, c'est une façon de se souvenir de la ville, de se souvenir de notre passé", a-t-il déclaré. "C'est aussi une question d'espoir en notre avenir. Cet album est très personnel, mais j'espère qu'il trouvera un écho auprès d'autres Ukrainiens, car nous ne pouvons plus vraiment retourner dans notre passé. C'est ma façon de gérer ce traumatisme, de ne pas pouvoir revenir à mon passé paisible, mais aussi de me souvenir de ce que j'ai été, et d'espérer un avenir meilleur."

Le morceau titre de cinq minutes commence par le bruit de la pluie sur un toit, se prolongeant par une finale exaltante d'accords puissants débordant d'espoir, tandis que "Night Walk", la pièce maîtresse du disque de huit minutes, utilise les sons de la rue d'un des nombreuses promenades de Shpudeiko dans le centre-ville après la tombée de la nuit.

Avec l'aimable autorisation de Heinali
Le disque de Heinali "Kyiv Eternal" présente des enregistrements de terrain de Kiev avant l'invasion de l'Ukraine par la Russie en 2022.Avec l'aimable autorisation de Heinali

"Certains de ces enregistrements sont liés à la pratique de la documentation acoustique que mon collègue et moi faisons depuis 2013 ou 2014", a-t-il déclaré. "Nous avons fait plusieurs sessions de documentation sur la façon dont la ville sonne et quelles en sont les caractéristiques, les marques sonores de la ville, quel genre de sons font de Kyiv Kyiv."

La pochette de l'album illustre encore plus cette idée de préservation, avec une photographie de la statue du dirigeant politique, militaire et civique ukrainien Petro Konashevych-Sahaidachny, recouverte de sacs de sable et de plastique pour la protéger des bombes russes.

Le pouvoir de la culture ukrainienne pendant la guerre

Oleh Shpudeikoréside désormais en Allemagne, où de nombreux artistes ukrainiens ont fui pour continuer de créer et faire connaître la guerre à de nouveaux publics, de plus en plus fatigués par la guerre.

"C'est exceptionnellement difficile", a-t-il déclaré lorsqu'on lui a demandé comment continuer à attirer l'attention sur le conflit. "Nous (les artistes ukrainiens) sommes extrêmement sous-représentés, et c'était également vrai avant la guerre."

Depuis l'invasion de l'année dernière, Shpudeiko a travaillé avec d'autres artistes pour organiser des événements et des concerts afin de collecter des fonds pour l'Ukraine. En avril, il a réalisé une synthèse modulaire en direct depuis un abri anti-bombes à Lviv pour collecter des fonds pour les efforts humanitaires et militaires en Ukraine.

Alors que la guerre se poursuit, Oleh Shpudeiko a déclaré qu'il était extrêmement important de continuer à faire la lumière sur la culture ukrainienne, et qu'il souhaitait que son gouvernement offre davantage de soutien aux artistes ukrainiens.

"Les artistes que je connais qui sont présents en ce moment en Europe font de leur mieux pour faire autant de performances, autant d'événements que possible", a-t-il déclaré. "Mais le problème, c'est qu'en dehors de cela, nous avons besoin d'une stratégie du ministère de la Culture car nos moyens sont limités."

Les artistes ukrainiens en Europe ont reçu le soutien d'organisations telles que l'UNESCO et la Commission européenne ainsi que celle de gouvernements locaux sous forme de financements, de résidences artistiques et d'autres ressources.

Ce qui manque selon Shpudeiko, c'est une stratégie claire du gouvernement pour accroître la visibilité des artistes et de la culture ukrainienne à l'échelle mondiale. Pour lui, il s'agit du meilleur moyen de lutter contre la fatigue et l'indifférence de la guerre, alors que certains acteurs du monde culturel et du divertissement commencent à se lasser des apparitions du président Volodymyr Zelensky lors des grands événements.

"Les politiciens sont généralement méprisés. Même s'il y a des périodes où certains d'entre eux sont admirés, cela ne dure pas très longtemps", a déclaré Oleh Shpudeiko. "La culture est très différente. C'est vraiment difficile de se lasser de la culture. Cela fonctionne à long terme et c'est absolument essentiel en ce moment."

PUBLICITÉ

Le nouvel album de Heinali, Kyiv Eternal, sort le 24 février chez Injazero Records.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Un hymne aux corps dansants

Philharmonique de Vienne : un dévouement total à la musique

Massive Attack annule son concert en Géorgie en raison de "l'attaque contre les droits de l'homme"