Fête de la musique : 5 traditions européennes uniques que vous ne connaissez peut-être pas

Djivan Gasparyan  was an Armenian musician and composer. He played the duduk, a double reed woodwind instrument related to the orchestral oboe.
Djivan Gasparyan was an Armenian musician and composer. He played the duduk, a double reed woodwind instrument related to the orchestral oboe. Tous droits réservés Sebmarouani (CC 3.0)Wikimedia
Tous droits réservés Sebmarouani (CC 3.0)
Par Joshua Askew
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Des cornemuses slovaques aux duels poétiques de Chypre, l'Europe conserve de nombreuses traditions musicales enchanteresses. #Journée mondiale de la musique

PUBLICITÉ

Depuis sa création en France il y a 41 ans, la Fête de la musique, connue ailleurs sous le nom de Journée mondiale de la musique, est devenue un évènement international.

Les célébrations du 21 juin se déroulent dans plus de 700 villes de 120 pays, du Brésil au Japon et partout ailleurs.

Dans un monde où l'IA menace de prendre en charge tous les aspects de notre vie, une chose reste certaine : nos héros musicaux préférés resteront certainement les mêmes pendant encore un certain temps.

Rien ne pourrait remplacer l’écoute d’un concert au milieu d’une foule qui partage la même passion et le même amour pour l'art. L’expérience collective transcende la technologie.

Maurice Fleuret, le fondateur de la Journée mondiale de la musique, a voulu faire l'éloge de "la musique partout et du concert nulle part".

Sans plus attendre, jetons un coup d'œil à quelques-unes des pratiques musicales les plus fascinantes d'Europe.

Le Duduk, Arménie

Le duduk, ou hautbois arménien, est un instrument à vent délicat fabriqué à partir du bois tendre de l'abricotier.

Joué sous diverses formes en Azerbaïdjan, en Turquie, en Géorgie et en Iran, il produit une musique chaude, douce et légèrement nasillarde, qui peut être à la fois triste et mystérieuse.

Ses racines remontent à l'époque des anciens rois, certains spécialistes estimant qu'elle a environ 1 500 ans.

De nombreux Arméniens considèrent la musique duduk, souvent jouée à deux, comme l'expression la plus éloquente de la chaleur, de la joie et de leur histoire.

Selon le musicologue Jonathan McCollum, cet instrument est "en fait le seul instrument véritablement arménien qui ait survécu à l’histoire et, en tant que tel, il est un symbole de l’identité nationale arménienne."

Malgré cela, la popularité de la musique duduk a diminué en Arménie au cours des dernières décennies, en particulier dans les zones rurales d’où elle est originaire.

Duel poétique de Tsiattista, Chypre

Vivante, impromptue et bruyante, la Tsiattista est une version traditionnelle chypriote de la "rap battle".

Il s'agit d'un duel poétique au son du violon ou du luth, au cours duquel des poètes-chanteurs tentent de se surpasser les uns les autres avec des vers et des rimes enflammés lors de "joutes".

Tradition chypriote grecque, la Tsiattista est depuis longtemps un élément populaire des mariages, des fêtes, des foires et d'autres festivités, où des foules enthousiastes jettent leur dévolu sur les artistes.

Pour réussir sous les feux de la rampe, les poètes doivent faire preuve d'un esprit vif, d'une grande familiarité avec les traditions musicales et poétiques chypriotes, d'un vocabulaire riche et d'une imagination débordante. La concurrence peut être féroce.

La plupart des poids lourds de l'art sont des hommes d'âge mûr, mais ces derniers temps, une génération talentueuse de jeunes poétesses fait des vagues.

Cornemuse, Slovaquie

Il semblerait que les cornemuses ne soient pas l'apanage des Écossais.

PUBLICITÉ

Une riche tradition de cornemuse existe également en Slovaquie, avec non seulement des numéros musicaux uniques, mais aussi des danses, des techniques de fabrication d'instruments, des styles et des chants d'accompagnement spéciaux. (Oui, il est possible de chanter sur une cornemuse).

Bien qu'il existe de nombreuses différences régionales, on peut entendre le son entraînant des cornemuses dans tout ce petit pays d'Europe de l'Est. En réalité, la culture de la cornemuse est une caractéristique de la culture folklorique traditionnelle slovaque.

Utilisant des instruments fabriqués à partir de la peau d’une chèvre, les joueurs de cornemuse se produisent souvent avec un mélange éclectique d’autres musiciens, chanteurs et danseurs au sein de grands groupes.

Les communautés slovaques sont souvent fières de compter un joueur de cornemuse dans leurs rangs et, lorsqu’elles participent à des événements sociaux, la musique accrocheuse contribue souvent à forger un sentiment d’appartenance commune.

Tambours et chants inuits, Groenland

Bien qu'il ne soit pas situé sur le continent européen, le Groenland fait géopolitiquement partie de l'Europe. C'est pourquoi nous avons inclus dans cette liste les tambours et les danses traditionnels inuits de l'île.

PUBLICITÉ

Jouée en solo ou en groupe, cette musique anime les fêtes nationales, les célébrations festives et les événements sociaux sur l'île arctique.

Selon une technique très élaborée, les batteurs plient les genoux, se penchent en avant et frappent l'instrument, ou qilaat comme on l'appelle, avec un os ou un morceau de bois, produisant un battement percussif, vif et résonnant.

Ces sons mélodieux et monotones sont généralement accompagnés de paroles qui évoquent l'amour, la nostalgie, l'humour et la chasse des insulaires.

Pour les Inuits du Groenland, les tambours et les chants incarnent leur identité commune et créent une continuité entre le passé et le présent.

Les tambours sont considérés comme des symboles d'équité et d'égalité au Groenland. Ils sont universellement reconnus comme appartenant à tout le monde, indépendamment de l'âge, du sexe, du statut social ou des opinions politiques.

PUBLICITÉ

Festivals baltes, Estonie, Lettonie et Lituanie

La riche tradition de musique folklorique des pays baltes se retrouve dans des festivals de grande envergure, une fois tous les cinq ans, en Estonie et en Lettonie, et tous les quatre ans en Lituanie.

Ces grands événements, qui se déroulent sur plusieurs jours, rassemblent jusqu'à 40 000 chanteurs et danseurs, les participants appartenant généralement à des chorales et à des groupes de danse amateurs.

Leurs répertoires reflètent le large éventail des traditions musicales des pays baltes, depuis les anciennes chansons folkloriques jusqu'aux chansons contemporaines.

Les célébrations sont nées des chœurs et des ensembles musicaux qui ont été officialisés pour la première fois en Estonie au cours du XVIIIe siècle et qui se sont rapidement répandus dans les zones rurales et urbaines.

Alors que les États baltes tentaient d'arracher un semblant d'indépendance à la Russie après la Première Guerre mondiale, ces manifestations sont devenues très populaires et ont permis d'affirmer l'identité culturelle balte.

PUBLICITÉ

Cependant, elles n'ont pas pu échapper longtemps aux griffes de l'URSS et ont rapidement été intégrées à l'idéologie communiste.

Depuis qu'ils ont retrouvé leur indépendance en 1991, les pays baltes ont pris diverses mesures pour protéger cette tradition. Cependant, face aux changements économiques et sociaux majeurs qui se produisent dans la région, il existe de sérieuses inquiétudes pour l'avenir.

Aujourd'hui, les principales menaces proviennent de l'exode rural et de l'éclatement des groupes d'amateurs locaux qui en résulte.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Une professeure française de danse orientale, nouvelle sensation d'Instagram

Le chanteur de jazz américain Tony Bennett est mort à 96 ans

La Suisse a peut-être remporté l'Eurovision, mais les chiffres du streaming donnent-ils une image différente ?