PUBLICITÉ

Emblème de la Britpop et bien plus... Les meilleurs albums de Blur

Classement des albums de Blur du pire au meilleur
Classement des albums de Blur du pire au meilleur Tous droits réservés Food, Parlophone, Warner Bros
Tous droits réservés Food, Parlophone, Warner Bros
Par David Mouriquand (adapté de l'anglais)
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

À l'occasion de la reformation de Blur, dont le nouvel album sort le 21 juillet, Euronews Culture revient sur la discographie du groupe britannique.

PUBLICITÉ

2023 a vu la réunion de Pulp et de Blur, deux piliers de la Britpop des années 90. Au début du mois, Blur a donné deux concerts au stade de Wembley à Londres et s'est produit dans plusieurs festivals, montrant qu'il est toujours l'un des groupes les plus excitants sur scène.

Avant la sortie de leur très attendu neuvième album, "The Ballad of Darren", leur deuxième depuis 2003, Euronews Culture revisite et classe les albums studio de Blur, en explorant comment le chanteur Damon Albarn, le guitariste Graham Coxon, le bassiste Alex James et le batteur Dave Rowntree ont réussi assoir son statut de groupe qui ne se repose pas sur ses lauriers.

8. Leisure (1991)

Leisure, premier album de Blur comporte quelques points forts (There's No Other Way, She's So High), mais il ressemble à un album indépendant des années 90 assez moyen. En l'écoutant, l'impression d'un groupe qui essayait de trouver son empreinte sonore et de s'intégrer dans le paysage de la musique britannique de l'époque. La Britpop n'avait pas encore vu le jour, et le "Madchester" commençait à peine à prendre son envol... Une période confuse dans laquelle Blur essayait de naviguer. En bref, une première page correcte pour un jeune groupe alors prometteur, mais beaucoup trop ample pour laisser une impression durable, surtout en comparaison avec le reste de leur production.

Morceau clé : There's No Other Way

7. The Magic Whip (2015)

L'avant-dernier album de Blur est sorti après une pause de 12 ans. Damon Albarn était impliqué dans d'innombrables projets solo et dans Gorillaz, et personne ne s'attendait à un nouvel album d'un groupe que tout le monde pensait en pause permanente. Leur réunion en 2009, suivie de concerts en 2012, était extrêmement prometteuse, tout comme la sortie du single Under The Westway. Les fans devront cependant attendre 2015 pour découvrir The Magic Whip, qui n'est pas le retour espéré, mais qui reste un album très cohérent. Inspiré d'une période de cinq jours bloquée à Hong Kong après l'annulation du festival de musique Tokyo Rocks en 2013, le groupe démarre alors son processus créatif. Un point de départ intéressant pour un album conceptuel, mais le résultat reste un peu décevant. Lonesome Street et Ong Ong se distinguent, tout comme le point culminant de l'album, le magnifique My Terracotta Heart. Un retour bienvenu, mais pas vraiment mémorable.

Morceau clé :My Terracotta Heart

6. Modern Life Is Rubbish (1993)

Un classement quelque peu controversé pour le deuxième album du groupe, tant Modern Life is Rubbish est apprécié. Écrit après une tournée américaine décevante qui a laissé le groupe nostalgique, l'album établi le son ambitieux du groupe. Le quatuor y expérimente différents genres - du psychédélisme inspiré des Smiths aux hommages aux Kinks - et établit le talent de compositeur d'Albarn pour dépeindre la Grande-Bretagne populaire, avec une bonne dose de romantisme. Beaucoup attribuent à cet album la naissance de la Britpop. Modern Life is Rubbish peut être considéré comme un des albums qui a donné le coup d'envoi d'un genre.

Morceau clé :For Tomorrow

5. The Great Escape (1995)

Faire suite au succès commercial et critique de leur troisième album "Parklife" (nous y reviendrons) n'était pas une mince affaire. L'album de 1994 a fait de Blur l'un des plus grands groupes des années 90. Alors que beaucoup considèrent The Great Escape comme un Parklife Pt.2 plus pop, la narration amusante, les riffs et les mélodies accrocheuses offrent un condensé du son du groupe. Les singles Stereotypes, Charmless Man et, bien sûr, Country House (la chanson qui leur a permis de remporter le concours des charts contre Oasis), brillent tous. Mais Mr. Robinson's Quango et The Universal volent la vedette, prouvant alors que Blur n'allait pas vivre et mourir avec le mouvement Britpop.

Morceau clé :The Universal

4. Think Tank (2003)

Fidèle à la veine expérimentale que le groupe avait exploré avec 13 en 1999, Think Tank voit le groupe élargir ses horizons et sonner d'une manière assez méconnaissable par rapport à son époque Britpop. Son lancement n'a pas été facile : le guitariste Graham Coxon a quitté le groupe en 2002. Cependant, les membres restant du groupe s'accrochent et livrent un album sombre et libre. L'expérimentation de la musique dance, les influences rythmiques et l'afrobeat, ainsi que les productions électros de William Orbit et de Fatboy Slim, font de Think Tank un album négligé dans la discographie de Blur. Il y a tant de choses à admirer dans ce disque ambitieux, en particulier des titres comme le minimaliste Out of Time, le morceau bercé d'influences dub Brothers and Sisters' et l'hypnotique Battery in Your Leg. Par-dessus tout, Think Tank confirme en 1999 que Blur ne compte pas se laisser enfermer dans un carcan.

Morceau clé :Out of Time

3. Blur (1997)

1997 a été une année clé pour la scène musicale britannique. La bulle de la Britpop a éclaté avec l'album Ok Computer de Radiohead rencontre un grand succès public et critique. Les groupes Oasis, Pulp et Blur aux succès majeurs au cours des années écoulées, semblent alors voués à l'épuisement artistique. Pourtant, Blur livre alors un nouvel album dans l'air du temps, aux tonalités encore une fois renouvelées, en témoignent les morceaux Beetlbum et On Your Own

La pochette de l'album représente un brancard qui entre dans une salle d'urgence, comme un symbole d'une groupe s'éloignant à toute vitesse d'une scène mourante qu'il avait fini par définir.

Morceau clé :Beetlebum

2. Parklife (1994)

Voici l'album phare de la Britpop, peut-être le plus représentatif du son qui résonnait en Grande-Bretagne dans les années 90. Parklife mêle scènes de la vie quotidiennes, galerie détaillée de personnages étranges, satire et mélancolie. Le portrait trash de la jeunesse britannique Girls & Boys et le baroque To the End en sont les points forts, tout comme End of a Century, une critique acerbe des institutions britanniques. Enfin, le morceau Parklife qui, s'il n'a pas très bien vieilli, résume à sa manière tout le mouvement Britpop. L'album est loin d'être parfait, mais reste l'un des meilleurs de Blur.

Morceau clé : End of a Century

PUBLICITÉ

1. 13 (1999)

La Britpop est morte et enterrée en 1999, et le précédent album de Blur, Blur, avait déjà vu le groupe s'éloigner du mouvement. Cependant, Blur voulait encore innover et adopter un son différent. Le résultat est 13, un disque que personne n'avait vu venir, marqué par la prééminence d'un son expérimental. Teinté d'ambiances sombres, l'album est fortement influencé par la séparation très médiatisée de Damon Albarn avec sa compagne Justine Frischmann du groupe Elastica. Les morceaux No Distance Left To Run,TenderCoffee & TV comptent parmi les meilleurs de l'histoire du groupe. 13 est un album poignant, stimulant et sophistiqué.

Morceau phare :Tender.

Le neuvième album de Blur, The Ballad of Darren, sort le 21 juillet.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Live coding : de la musique codée en direct pour danser ou rêver

Des ponts entre Istanbul et Bruxelles à travers la musique turque

D'Elvis Presley à Aretha Franklin : quelle influence exerce toujours la musique de Memphis ?