EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Le cinéma d'Asie centrale au cœur du Festival du Film de Tachkent 2023

Le cinéma d'Asie centrale au cœur du Festival du Film de Tachkent 2023
Tous droits réservés euronews
Tous droits réservés euronews
Par Galina Polonskaya
Publié le Mis à jour
Partager cet article
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Prix, projections et masterclasses avec des stars du cinéma mondial étaient au programme du 15e Festival international du Film de Tachkent qui a notamment mis à l'honneur le cinéma d'Asie centrale.

PUBLICITÉ

Appelé la Perle de la Route de la Soie, le Festival international du film de Tachkent a, pour sa 15e édition, joué le rôle de vitrine pour le cinéma d'Asie centrale. Des réalisateurs et acteurs de renommée mondiale se sont réunis, à cette occasion, dans la capitale de l'Ouzbékistan pour récompenser des films et faire découvrir le monde du cinéma à une nouvelle génération de cinéastes.

Un melting-pot créatif

"Ce festival réunit des cinéastes de 52 pays sous la devise de la paix, du progrès et de la lumière ; il s'agit d'une initiative de notre président," aprécisé Firdavs Abdukhalikov, directeur du Festival international du Film de Tachkent. "L'Ouzbékistan a toujours été au carrefour de la Route de la Soie : c'était une sorte de melting-pot où il y avait un échange d'idées, de créativité et donc ce festival s'inscrit dans la continuité de ces traditions," a-t-il souligné.

Firdavs Abdukhalikov, directeur du Festival international du Film de Tachkent
Firdavs Abdukhalikov, directeur du Festival international du Film de TachkentEuronews

Défi de courts-métrages

Des étudiants d'écoles de cinéma de différents pays ont participé au programme de compétition du festival. Les équipes avaient exactement 5 jours pour produire un court-métrage en utilisant des lieux de tournage en Ouzbékistan. Et c'est le film "100 steps" d'une équipe venue d'Azerbaïdjan qui a reçu le Prix du meilleur Film du festival dans la catégorie "Cinéma en 5 jours".

"On ne connaissait pas la ville, ni la langue, alors c'était très difficile, mais on a été très unis en tant qu'équipe pour surmonter les obstacles et remporter cette récompense décernée aujourd'hui," a indiqué Yusif Gasimli, directeur de la photographie sur "100 steps".

Des masterclasses avec de grandes stars

De nombreuses masterclasses animées par des stars mondiales ont eu lieu pendant ce festival. Hassan Nazer, dont le film "Winners" a été sélectionné pour représenter le Royaume-Uni aux Oscars, a expliqué comment recourir à des non-professionnels dans un film.

"C'est un très grand risque, mais ils peuvent apporter tellement de créativité et d'authenticité à un film, parce qu'ils ne jouent pas, ils transmettent des choses naturelles," a souligné le réalisateur anglo-iranien.

Le célèbre duo du film "Taxi" - Frédéric Diefenthal et Samy Naceri - a partagé son expérience avec de jeunes acteurs. "Il faut n'écouter personne, ni tes parents, ni tes amis et il faut que tu ailles jusqu'au bout de ton rêve," a lancé Samy Naceri.

"Je fais mon métier avec le cœur, j'ai de la chance de pouvoir dire - même si c'est un travail, je vais tourner la nuit, le jour - que je vais jouer et non pas que je vais travailler," reconnaît l'acteur Frédéric Diefenthal.

Frédéric Diefenthal, acteur français, célèbre notamment pour la série de films "Taxi"
Frédéric Diefenthal, acteur français, célèbre notamment pour la série de films "Taxi"Euronews

"En Asie centrale, il y a beaucoup d'histoires qui ne sont pas racontées, ni montrées"

Le point culminant du festival a eu lieu à Samarcande dans la nouvelle "Cité éternelle" au style ancien qui pourra sans aucun doute servir de décor de film.

Le cinéma d'Asie centrale était la principale catégorie de compétition du festival. "Je considère ce festival comme l'un des meilleurs parce qu'il permet de découvrir des films qui peuvent difficilement être vus," a fait remarquer le réalisateur Krzysztof Zanussi qui présidait le jury international. "Les films d'Asie centrale ne sont tout simplement pas disponibles en Europe, nous ne les voyons pas, et ici, nous avons l'occasion de rencontrer les créateurs et de voir leur travail," a-t-il souligné.

Le jury a décerné le Prix du meilleur Film au film ouzbek "Sunday" de Shokir Kholikov qui raconte l'histoire d'enfants qui veulent changer leur monde et faire évoluer leurs vieux parents qui se contentent de ce qu'ils ont.

Shokir Kholikov, réalisateur de "Sunday", film lauréat du Prix du meilleur Film décerné par le festival de Tachkent
Shokir Kholikov, réalisateur de "Sunday", film lauréat du Prix du meilleur Film décerné par le festival de TachkentEuronews

"En Asie centrale, il y a encore beaucoup d'histoires qui ne sont pas racontées, ni montrées," a indiqué le réalisateur Shokir Kholikov. "C'est une bonne opportunité pour les jeunes : il suffit de jouer, de faire ces films tant qu'il en est temps, nous devons faire des films," a-t-il estimé.

Journaliste • Galina Polonskaya

Partager cet article

À découvrir également

Le Festival international de Jazz de Bakou : une célébration musicale et culturelle