Lyon se pare de lumières grâce à son festival aux origines anciennes

Les gens se tiennent dans un kaléidoscope géant, une installation de l'artiste français Guillaume Marmin pendant la Fête des Lumières.
Les gens se tiennent dans un kaléidoscope géant, une installation de l'artiste français Guillaume Marmin pendant la Fête des Lumières. Tous droits réservés OLIVIER CHASSIGNOLE / AFP
Par Lauren Chadwick
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les 32 œuvres exposées pour cette tradition annuelle mêlent lumière et musique.

PUBLICITÉ

Chaque soir durant ce long weekend de festivités, ce sont des milliers de spectateurs qui vont se rendre sur la Place des Terreaux, malgré le froid, pour assister à l'un des nombreux spectacles de la Fête des Lumières.

Cette année, les façades illuminées de la célèbre place lyonnaise rendront hommage aux  premiers films des frères Lumière et porteront un message sur l’avenir de l’intelligence artificielle.

Accompagnée par la musique de Rone, l'œuvre a été accueillie avec émotion par des applaudissements.

“C'était une bonne idée d’utiliser l’IA et d’en faire quelque chose de beau, de montrer que c’est cool. En plus, la musique de Rone est super,” se réjouit Benoît Dupuy, un Lyonnais de 39 ans.

"Et puis l’année dernière ils avaient déjà utilisé l’IA pour faire chanter les tableaux du Musée des Beaux Arts qui est juste derrière et cette année ils ont recommencé mais là avec l'héritage des frères Lumière, et ça c’est très beau", ajoute Anderson Clarque, lui aussi habitant de la capitale des Gaules.

Les trente-deux œuvres exposées pour cette tradition annuelle mêlent lumière et musique. Une partie du centre-ville sera entièrement piétonnisée pour l’occasion.

Parmi les œuvres figurent des bulles colorées géantes, un kaléidoscope et des lumières projetées sur les arbres du Parc de la Tête d’Or.

“Aller vers les gens”

Julien Pavillard, le directeur artistique de la Fête des Lumières, explique qu’il est important d’aller au-delà du centre-ville. Une des œuvres a été fabriquée avec la participation des habitants.

"Pour nous, c’est très important que les gens puissent venir en centre-ville pour voir La Fête des Lumières, mais aussi d’aller vers les gens, d’aller vers les habitants”, souligne-t-il.

L’installation dans le quartier populaire de la Duchère, s'est également inspirée du quotidien des habitants.

Une autre oeuvre a été créée par le parrain de cette édition 2023, le célèbre chanteur français Philippe Katerine qui décrit ses personnages roses, les Mignons :

“Ce sont des êtres sculptés qui n’arrivent pas à communiquer, et le fait qu’il y a des gens qui les voient, qu’ils jouent aussi avec la lumière, avec la musique, c’est l’idée que avec tous ces éléments qu’ils puissent enfin communiquer”, explique le chanteur.

Quelle est l’origine de la Fête des Lumières ?

Les origines de la Fête des Lumières remontent à plusieurs siècles.

Selon Philippe Martin, historien à l’Université Lumière Lyon 2, l’histoire de la fête et de sa procession peut se résumer à trois dates.

Au XIIe siècle, un sanctuaire est construit à Lyon sur la colline de Fourvière, dont l’un des saints est la Vierge Marie.

La colline de Fourvière.
La colline de Fourvière.OLIVIER CHASSIGNOLE / AFP

Lorsque la peste se propage dans le sud de la France en 1643, les échevins (l’équivalent à l'époque du conseil municipal) décident que si la ville est épargnée, ils monteront à Fourvière tous les ans.

En 1850, les autorités religieuses lancent un concours pour la construction d’une statue de la Vierge Marie destinée à la colline.

"Tout se passe bien et on a enfin choisi une statue qui sera installée le 8 septembre 1852. Seul problème, c'est que le 8 septembre 1852, il y a de terribles inondations sur la Saône. Impossible de gagner la colline de Fourvière”, relate Philippe Martin.

PUBLICITÉ

Les autorités prévoient alors de repousser l’inauguration de la statue au 8 décembre, mais elle risque d’être annulée à cause du mauvais temps.

Quand la pluie s'arrête, “tout le monde se met à chanter de joie. Ils vont danser et chanter toute la nuit, et allumer des petites bougies”.

Depuis, à cette même date chaque année, les Lyonnais allument des bougies et une procession monte sur la célèbre colline lyonnaise.

Video editor • Jean-Christophe Marcaud

Sources additionnelles • Ecriture: Héloïse Urvoy, Images: Damien Decrand

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Découvrez les festivals de musique européens incontournables de 2024

Lyon : la Fête des lumières sous haute sécurité

Les 100 ans du surréalisme belge : les deux expositions à ne pas rater