A la découverte de l'actrice Sandra Hüller, révélation de l'année 2023

Euronews Culture s'entretient avec Sandra Hüller, à l'affiche d'Anatomie d'une chute et de La zone d'intérêt, la star incontestée de 2023.
Euronews Culture s'entretient avec Sandra Hüller, à l'affiche d'Anatomie d'une chute et de La zone d'intérêt, la star incontestée de 2023. Tous droits réservés Euronews - Le Pacte - A24
Par David Mouriquand
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Euronews Culture s'est entretenu avec l'actrice allemande qui joue dans "Anatomie d'une Chute" et "La Zone d'Intérêt", deux des meilleurs films de l'année.

PUBLICITÉ

Quelle année pour Sandra Hüller !

L'actrice allemande a percé à l'international en 2016 avec Toni Erdmann de Maren Ade, qui a enthousiasmé les foules cannoises lors de sa première et a propulsé l'actrice vers de nouveaux sommets en dehors de son Allemagne natale. Les Oscars sont même venus frapper à la porte, puisque Toni Erdmann a été nommé à la célèbre cérémonie américaine.

Mais cette année, Sandra Hüller était bel et bien sous les feux de la rampe.

Elle joue dans deux des meilleurs films de 2023 : Anatomie d'une Chute, lauréat de la Palme d'or à Cannes, dans lequel elle incarne Sandra Voyter, une romancière et mère de famille accusée de meurtre, et La Zone d'Intérêt, un drame sur l'Holocauste, lauréat du Grand Prix de Cannes, l'un des films les plus importants de ces dernières années, dans lequel elle incarne Hedwig Höss, l'épouse du commandant d'Auschwitz Rudolf Höss, l'un des meurtriers de masse les plus célèbres de l'histoire.

La polyvalence dont l'actrice de 45 ans a fait preuve à l'écran cette année est impressionnante et a suscité des comparaisons avec Ingrid Bergman et Isabelle Hupert. Considérés ensemble, Anatomie d'une Chute et La Zone d'Intérêt montrent une actrice au sommet de son art.

Les deux films suscitant une grande attention aux Etats-Unis et Sandra Hüller ayant déjà remporté plusieurs trophées au cours de la saison des prix de cette année - notamment le prix de la meilleure actrice aux Gotham Awards, aux European Film Awards, le premier prix d'interprétation de l'Association des critiques de cinéma de Los Angeles et une nomination au Golden Globe de la meilleure actrice - il y a de fortes chances que l'actrice allemande obtienne des récompenses aux Oscars en jouant dans deux films qui ne sont pas en langue anglaise.

Mais avant les Oscars de mars prochain - où les deux films sont en lice en tant que soumissions officielles de la France et du Royaume-Uni pour l'Oscar du meilleur film international - Euronews Culture a rencontré la star incontestée de 2023 à Berlin, avant sa victoire en tant que meilleure actrice, pour discuter des deux films, des défis que représente le fait d'incarner un nazi à l'écran, ainsi que de l'engouement pour les récompenses dont elle fait l'objet.

Sandra Hüller
Sandra HüllerTaylor Jewell/ Invision/ AP

Euronews Culture : Commençons par Anatomie d'une chute. J'ai lu que vous ne saviez pas si le personnage que vous interprétiez était coupable ou innocent, et que la réalisatrice Justine Triet vous a dit qu'elle aimerait que vous l'interprétiez comme si elle était innocente. Comment avez-vous géré cette incertitude ?

Sandra Hüller : Lors d'une projection en Roumanie, quelqu'un m'a demandé s'il s'agissait d'un film sur une femme accusée d'avoir tué son mari, ou si c'était l'histoire d'un fils dont la mère est accusée d'avoir tué son père. Et je pense que cette perspective est vraiment importante. Justine n'a jamais voulu perdre le point de vue du garçon. Il ne sait pas. Il ne sait pas non plus jusqu'à la fin. Il s'agit donc de votre propre imagination et de ce que vous décidez de penser ou de ne pas penser.

La plupart du temps, lorsque je travaille, j'essaie de ne pas penser uniquement au personnage. Je pense toujours à l'ensemble. Sinon, c'est trop étroit pour moi. Je dois aussi penser à toutes les autres choses. C'est pourquoi ce n'était pas si difficile, parce que nous voulions raconter autre chose. Nous voulions parler de la recherche de la vérité et de la façon dont elle est possible. Je ne sais pas si je peux mieux l'expliquer.

EC : Le film joue avec les clichés de l'histoire policière et il est intéressant d'échanger avec les spectateurs - une tendance se dégage : beaucoup de spectateurs masculins croient que c'est elle qui a fait le coup...

SH : C'est drôle, non ? Mais je ne le savais pas. J'ai lutté contre cela pendant quelques jours, puis j'ai décidé que ce n'était pas important. Je voulais dire chaque réplique de telle sorte que les gens croient à la sincérité du personnage. Et même si elle est vraiment coupable de ce dont on l'accuse, elle peut toujours croire en sa propre innocence au tribunal. J'ai juste essayé d'être crédible dans ce que je dis.

EC : Dans le film, votre personnage est également jugé pour être une femme, pour être bisexuel, pour ne pas être gentil avec les autres. Et pour avoir réussi. Au-delà de l'intrigue, le film parle du fait d'être une femme dans la société.

SH : Hier soir, j'ai rencontré une amie qui m'a dit : "Tu sais, le mot féministe est utilisé à toutes les sauces, mais dans ce film, il est plutôt approprié". Et c'est ça. C'est un vrai film féministe. Même s'il ne le brandit pas et ne vous le met pas sous le nez. Il montre le comportement normal des gens, et il défend des idées.

Je pense que chaque choix de rôle est un choix politique. (...) Nous avons besoin de films qui prennent des risques, et nous avons besoin de personnes qui ont une voix forte et qui osent l'exprimer.
Sandra Hüller
Sandra Hüller dans Anatomie d'une Chute
Sandra Hüller dans Anatomie d'une ChuteLe Pacte

EC  : Nous avons eu le plaisir de parler à Agnieszka Holland (réalisatrice du film Green Border), qui m'a dit qu'à l'heure actuelle, nous avions besoin de plus de films audacieux, de films forts, de films qui, comme vous l'avez dit, défendent des idées. Est-ce quelque chose que vous recherchez lorsque vous choisissez vos rôles ? Et compte tenu de l'époque tumultueuse dans laquelle nous vivons, les films qui ont quelque chose à dire au-delà de leur valeur artistique.

SH : Je pense que chaque choix de rôle est politique. Même si vous dites : "Je ne veux pas m'occuper de politique maintenant parce que j'ai besoin d'une pause et je veux faire quelque chose de facile pour moi", c'est aussi une décision politique. Donc, oui, je suis d'accord. Nous avons besoin de films qui prennent des risques, bien sûr. Et nous avons besoin de gens qui ont une voix forte et qui osent l'exprimer.

Justine (Triet) donne beaucoup de liberté dans la création et elle autorise beaucoup de marge d'erreur. Mais ce n'est jamais mauvais. Elle ne dit jamais "C'est mauvais, on recommence". Et il y a des réalisateurs qui n'hésitent pas à dire - "C'était vraiment mauvais !" C'est une attitude qui ne vous donne pas vraiment envie de proposer plus de choses pour le rôle. Ce n'est pas très encourageant. Elle offre toutes sortes de possibilités, et elle veut trouver le chemin de l'histoire avec tout le monde. Il ne s'agit pas pour elle de camper sur ses positions et de dire "C'est ça, ça et ça, et tout le monde doit aller dans cette direction". Tout ce qui se trouve sur le chemin, elle l'emmène avec elle. Ensuite, dans la salle de montage, elle les regarde et voit ce qu'elle va en faire. Pour un acteur comme moi, c'est une très bonne chose car je peux tout faire et je peux rendre le personnage aussi riche que possible.

EC : Justine Triet a dit que vous rendiez vos personnages très proches de vous. Mais d'un autre côté, vous avez dit à propos de La Zone d'intérêt de Jonathan Glazer que vous ne vouliez pas entrer dans l'esprit du personnage de cette manière. Comment avez-vous abordé ces personnages ?

PUBLICITÉ

SH : Avec Hedwig Höss, j'ai dû trouver un moyen, sans empathie pour elle, d'être dans ce projet sans vraiment jouer un personnage. J'ai donc utilisé tous les éléments à ma disposition - la coiffure, les costumes et toute la maison. Tous ces éléments ont eu une influence sur ma présence dans cette expérience. Je pense que j'ai travaillé de l'extérieur, à partir de ce que je voulais montrer, et normalement je ne travaille pas à partir de ce que je veux montrer, mais à partir de ce que je veux expérimenter. J'ai dû trouver d'autres moyens. Par exemple, j'ai essayé de savoir comment quelqu'un marcherait après avoir vu tant d'enfants marcher dans le jardin, en portant peut-être un poids sur ses épaules dont il n'est pas conscient...

EC : L'un des aspects les plus fascinants de cette partie est la façon dont tout est normalisé et dont Hedwig Höss se comporte avec sa mère, le jardinage, les enfants, comme si rien ne se passait à côté dans le camp de la mort. Vous l'avez jouée si normale et si pure. A-t-il été difficile de trouver cette distance ?

SH : Je pense que c'était en quelque sorte l'objectif, et ce résultat est ce sur quoi portait tout le scénario et ce que nous voulions montrer. La question que nous avons posée était la suivante : comment est-il possible d'être ainsi ? C'est la question que nous nous posions constamment pendant le tournage. Mais il m'est difficile de répondre à cette question, car nous n'avons pas entendu l'incroyable conception sonore de Johnnie Burn lorsque nous étions sur place. Nous savions ce que cela signifiait d'être là, surtout en tant qu'Allemands. J'ai été très émue par les gestes de bienvenue de tous les membres de l'équipe polonaise. Cette façon humble de travailler a influencé ce que l'on peut voir aujourd'hui.

Utiliser l'Holocauste comme toile de fond pour raconter une histoire émotionnelle à propos d'une famille. C'est quelque chose qui me dégoûte, pour être honnête
Sandra Hüller
Sandra Hüller (deuxième à partir de la droite) avec Justine Triet (au centre) et les acteurs d'Anatomie d'une Chute lors de la remise de la Palme d'or à Cannes cette année.
Sandra Hüller (deuxième à partir de la droite) avec Justine Triet (au centre) et les acteurs d'Anatomie d'une Chute lors de la remise de la Palme d'or à Cannes cette année.Daniel Cole/AP

EC : Vous avez dit ouvertement à quel point vous étiez réticente à jouer une femme fasciste, déclarant que vous n'étiez même pas sûre de vous présenter à l'audition pour La Zone d'Intérêt... Comment Jonathan Glazer vous a-t-il mise à l'aise et convaincue que son approche serait différente de ce que nous avons déjà vu dans les films traitant du nazisme et de l'Holocauste ?

SH : Il a été très honnête, mais il ne m'a pas mis à l'aise ! Il était très conscient du fait qu'il n'y aurait jamais de "moment d'aisance" pendant cette période de tournage. Jamais. Et même maintenant. C'est tellement important de montrer et de raconter, et de faire ressentir aux gens, parce que c'est ce que fait ce film. Il fait ressentir aux gens l'horreur qui s'est produite et leur fait voir à quel point il est facile de se rendre à l'endroit où se trouvait la famille Höss - de fermer les yeux sur tout ce qui se passe à côté, ou aux frontières de l'Europe, disons-le franchement.

PUBLICITÉ

Nous faisons beaucoup de choses par facilité, et ce sont des choses dont nous avons constamment parlé pour La Zone d'Intérêt. J'avais beaucoup de respect pour le point de vue (de Jonathan Glazer), pour les décisions artistiques qu'il prenait et pour le fait qu'il ne voulait pas raconter l'histoire dramatique d'un couple fasciste ou utiliser l'Holocauste comme toile de fond pour raconter une histoire émotionnelle à propos d'une famille. C'est quelque chose qui me dégoûte, pour être honnête. Il a choisi une autre voie. Il a montré les vies les plus ennuyeuses, les plus basiques, les plus banales que vous puissiez imaginer - des gens qui veulent juste un peu plus, vous savez, juste pour avoir un beau jardin, des enfants en paix, et qui ne se soucient pas de ce qui se passe à côté d'eux. C'est ce qu'il a fait, et j'ai trouvé cela approprié.

Nous ignorons beaucoup de choses dans nos propres vies afin de mener une existence commode et paisible. Nous avons tendance à détourner le regard.
Sandra Hüller

EC : Jonathan Glazer a déclaré qu'il n'aimait pas les récits dramatiques des films hollywoodiens sur l'Holocauste. Il a dit qu'il était très facile d'éprouver de l'empathie pour la victime et qu'il voulait que l'on se demande si l'on pouvait être l'auteur du crime. Que pensez-vous des films hollywoodiens qui traitent de ce sujet ?

SH : Je pense que ce qu'il a voulu montrer, c'est à quel point la frontière est mince entre nous et eux. Car, comme je l'ai dit précédemment, nous ignorons beaucoup de choses dans nos propres vies afin de mener une existence commode et paisible. Nous avons tendance à détourner le regard. Lorsque je regarde le film d'Agnieszka Holland, Green Border, c'est honnêtement quelque chose auquel nous devrions penser tous les jours. Ce qui était important pour (Jonathan Glazer), ce n'était pas de montrer les sentiments de ces gens, mais de montrer combien nous avons en commun avec eux. Ainsi, lorsque nous regardons ce qu'il a fait, ce que nous avons fait, nous pouvons faire le lien avec nous-mêmes. Certaines personnes à qui j'ai parlé ont déjà fait ce lien. Elles se sentaient, je ne dirais pas coupables, mais très conscientes de l'effort qu'elles fournissaient pour détourner le regard.

Sandra Hüller dans La Zone d'Intérêt
Sandra Hüller dans La Zone d'IntérêtA24

EC : Étant donné que nous parlons à la fois d'Anatomie d'une Chute et de La Zone d'Intérêt, parce qu'ils sortent à peu près au même moment et que vous êtes nommée pour des prix pour ces deux films, est-ce que le fait de parler de ces deux personnages vous fait réfléchir à la manière dont vous les concevez ? Et établissez-vous des parallèles entre les deux - le fait qu'ils soient des personnages assez impénétrables, par exemple ?

SH : Non. (Rires) Cette période de travail a été longue. Elle a commencé avec La Zone d'Intérêt. Ensuite, j'ai travaillé sur un film allemand intitulé Sissy and I. Et ensuite, ce fut Anatomie d'une Chute. Je devais donc établir une connexion interne ou une connexion logique entre les trois. Sinon, cela n'aurait pas été possible. Parce que lorsque vous êtes dans un projet qui traite du fascisme et qu'après cela vous participez à un film d'époque sur Sissy, un personnage qui est complètement libre et qui ne juge pas du tout, qui ressent tout, qui dit tout ce qui lui vient à l'esprit... J'ai essayé de m'en servir pour me débarrasser du premier (personnage). Et ensuite, j'ai été heureuse de passer à une femme complète et mature qui assume la responsabilité de tout ce qu'elle fait et de tout ce qu'elle ressent. Sandra Voyter est une femme qui ne s'excuse de rien. C'est peut-être un lien, maintenant que j'y pense, parce que je pense qu'elle ne faisait rien de mal.

PUBLICITÉ
Ces deux œuvres sont extrêmement importantes pour moi - sur le plan personnel, artistique et professionnel. Elles m'ont amenée à un niveau que je n'aurais jamais cru pouvoir atteindre en tant qu'actrice
Sandra Hüller
Sandra Hüller (deuxième à partir de la gauche) lors de la première de La Zone d'Intérêt de Jonathan Glazer
Sandra Hüller (deuxième à partir de la gauche) lors de la première de La Zone d'Intérêt de Jonathan GlazerVianney Le Caer/Invision/AP

EC : Vous avez été nommée pour plusieurs prix, parfois deux fois dans la même catégorie pour ces deux rôles - ce qui n'arrive pas très souvent. Beaucoup vous prédisent même une nomination aux Oscars...

SH : Où est ma boule de cristal ? (Rires) Que puis-je répondre à cela ? Je ne connais pas l'histoire des doubles nominations. Je n'ai pas fait de recherches. Vous savez, ces deux œuvres sont extrêmement importantes pour moi - sur le plan personnel, artistique et professionnel. Elles m'ont amenée à un niveau que je n'aurais jamais cru pouvoir atteindre en tant qu'actrice. J'ai donc beaucoup de chance d'avoir rencontré ces deux équipes et d'avoir pu réaliser ces deux films si différents l'un de l'autre et si sérieux - c'est peut-être aussi ce qui les relie ! Je suis très heureuse que les gens le reconnaissent et qu'ils me donnent la chance de voyager avec ces films à travers le monde.

EC : Cette reconnaissance est-elle importante pour vous ?

SH : Je ne peux rien dire à ce sujet. C'est vraiment hors de mon contrôle. En réalité, j'en serais très heureuse. Mais je ne sais pas comment gérer cela dans mon esprit, et c'est un système que je ne comprends pas. Je ne connais pas les règles. Je ne sais pas ce qu'il faut faire pour être visible. Il y a tellement de studios impliqués dans ce genre de parcours et ils prennent les décisions. Je ne peux donc rien dire !

Sandra Hüller
Sandra HüllerVianney Le Caer/Invision/ AP
Lorsque j'accepte quelque chose, je m'y engage complètement et il n'y a rien qui puisse me retenir ou que je retiendrais
Sandra Hüller

EC : Puisque nous parlons des Oscars et d'Hollywood, un événement majeur s'est produit cette année : la grève des acteurs, qui est maintenant terminée. Par le passé, vous n'avez pas mâché vos mots à propos de votre rôle dans l'industrie, notamment en ce qui concerne le théâtre pendant le Covid-19. Craignez-vous qu'une situation similaire ne se produise en Europe, compte tenu du rôle croissant de l'IA et du fait que certains studios semblent considérer les acteurs comme des vecteurs de contenu ?

PUBLICITÉ

SH : Je ne pense pas que ce soit le cas. C'est intéressant parce que je pensais à la possibilité d'une grève, et si cela serait possible en Europe ou dans n'importe quel pays européen - si les gens s'unissaient de cette manière, comme l'industrie américaine. Ce phénomène de "l'union fait la force" m'a vraiment impressionnée, et le fait qu'ils soient allés jusqu'au bout, jusqu'à ce qu'ils obtiennent ce qu'ils voulaient. Je pense qu'en Europe, nous n'avons pas ce genre de culture cinématographique des grandes productions où l'on peut simplement remplacer quelqu'un. J'ai l'impression que c'est très lié à la personnalité des acteurs. Pour l'instant. Je ne sais pas comment cela va évoluer, mais pour l'instant, je ne le crains pas.

Mais en ce qui concerne l'IA. Vous enregistrez cette interview avec votre téléphone sur la table et votre petit appareil plus ancien, mais nous sommes tous connectés à ces appareils. Un jour, nous verrons que nous ne pourrons plus nous en passer, ce qui est déjà le cas. Nous sommes donc déjà des sortes de cyborgs, d'une certaine manière. Je ne sais pas où cela nous mènera, mais pour l'instant, j'ai le sentiment que l'industrie cinématographique européenne ne dépend pas de l'intelligence artificielle.

EC : Votre filmographie est incroyablement variée. Y a-t-il des genres que vous n'avez pas encore explorés et que vous aimeriez vraiment faire ?

SH : C'est quelque chose que je ne peux pas vraiment dire. Je suis toujours curieuse de voir ce qui se présente à moi et cela ne change pas. Je n'ai jamais donné d'orientation. Si je le faisais, j'aurais l'impression de me brider. Lorsque j'accepte un rôle, c'est une décision instinctive que je ne peux pas vraiment décrire. Lorsque j'accepte quelque chose, je m'y engage complètement et il n'y a rien qui puisse me retenir ou que je retiendrais. Mais le chemin qui mène à cette décision est parfois un peu cahoteux. 

Parfois, c'est juste l'endroit où j'ai envie d'aller. Parfois, comme je l'ai dit, il s'agit d'une décision politique et de l'histoire à laquelle vous voulez participer. Parfois, c'est un réalisateur que j'ai vraiment envie de connaître. Parfois, c'est un partenaire. Je pense que la plupart du temps, il s'agit de quelque chose que je n'avais pas vu ou imaginé auparavant, ou d'une histoire dont je ne peux pas connaître ou deviner la fin après deux pages.

PUBLICITÉ

EC : Étant donné l'importante de ces deux films pour vous en 2023, y a-t-il quelque chose que vous emportez avec vous ou que vous avez appris de ces deux femmes très différentes ?

SH : J'ai beaucoup appris de Sandra Voyter. J'aimerais avoir l'audace de faire les choses comme elle le fait. Je pense qu'il faut peut-être un peu plus de pratique. Quant à Hedwig Höss, j'ai appris quelque chose en la connaissant un peu. Jonathan et moi avons beaucoup discuté de cette personne, de quelqu'un qui peut accepter la mort de millions de personnes à côté de chez elle. Peut-elle vraiment aimer ses enfants, son jardin ou son chien ? Je pense que non. Comment quelqu'un pourrait aimer une partie de l'humanité et souhaiter la mort de l'autre partie, ce n'est tout simplement pas compatible. C'est ce que j'ai appris.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Donald Trump doit cesser d'utiliser une chanson de Sinéad O'Connor (héritiers)

Eurovision 2024 : Israël accepte de modifier les paroles de la chanson controversée "October Rain" de sa candidate

Eurovision 2024 : Israël risque-t-il d'être disqualifié après le rejet de deux chansons ?