Le chef de la doctrine du Vatican sous le feu des critiques pour son livre décrivant les orgasmes

Victor Manuel Fernandez, alors archevêque de La Plata, sourit après une messe à la cathédrale de La Plata, en Argentine, le dimanche 9 juillet 2023,
Victor Manuel Fernandez, alors archevêque de La Plata, sourit après une messe à la cathédrale de La Plata, en Argentine, le dimanche 9 juillet 2023, Tous droits réservés Natacha Pisarenko/The AP
Par Anca Ulea avec AP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Le livre du cardinal Victor Manuel Fernandez, paru en 1998, sur les expériences mystico-sensuelles avec Dieu, décrit les orgasmes avec force détails. Il révèle des failles au sein de l'Église catholique.

PUBLICITÉ

Le nouveau chef de la doctrine du Vatican s'est retrouvé au carrefour d'une guerre culturelle au sein de l'Église catholique, entre les catholiques qui adhèrent à la trajectoire de plus en plus moderne de l'Église et ceux qui la rejettent.

Déjà critiqué par des conférences épiscopales entières pour avoir approuvé la bénédiction des couples homosexuels, le cardinal, Victor Manuel Fernandez, est à nouveau sous le feu des critiques pour un livre qu'il a écrit lorsqu'il était jeune prêtre et qui décrit l'orgasme en termes crus.

Le livre en espagnol du cardinal, Victor Manuel Fernandez, intitulé "La pasión mística : espiritualidad y sensualidad" ("La passion mystique : spiritualité et sensualité"), est un court exposé sur les expériences mystico-sensuelles avec Dieu. Publié au Mexique en 1998, ce livre est aujourd'hui épuisé.

Mais des blogs catholiques traditionalistes en Italie et en Argentine ont récemment déterré le texte, provoquant la fureur des catholiques conservateurs et traditionalistes qui avaient déjà un compte à régler avec le cardinal pour son rôle dans l'ouverture de l'Église aux LGBTQ.

Un "orgasme mystique"

Selon le site web catholique, Crux, le livre de Victor Manuel Fernandez postule que le plaisir sexuel a "une noblesse particulière" par rapport aux autres plaisirs corporels, parce qu'il implique deux personnes et est donc partagé.

"Lorsque le plaisir sexuel est atteint dans un acte d'amour, alors le plaisir sexuel est aussi un acte d'adoration envers Dieu, qui aime le bonheur de ceux qui s'aiment", écrit-il.

Le langage le plus explicite de Victor Manuel Fernandez se trouve dans les derniers chapitres, où il décrit l'amour partagé avec Dieu comme un "orgasme mystique".

Il réfléchit à la manière dont les hommes et les femmes vivent l'orgasme différemment. À un moment donné, décrivant l'orgasme féminin, il écrit que les femmes sont "souvent insatiables" et "peuvent en redemander", en raison, d'après le cardinal, de l'abondance du flux sanguin lors de l'orgasme.

Il conclut également que les femmes éprouvent moins de plaisir en regardant de la pornographie et qu'elles ont besoin que les hommes "jouent un peu", avant les rapports sexuels. Il note également que les hommes et les femmes font des bruits différents pendant l'acte sexuel.

Dans les derniers chapitres du livre, Victor Manuel Fernandez approfondit ses commentaires sur le désir sexuel, la pornographie, la satisfaction sexuelle et la domination, ainsi que sur le rôle du plaisir dans le plan mystique de Dieu.

"Si Dieu peut être présent à ce niveau de notre existence, il peut également être présent lorsque deux êtres humains s'aiment et atteignent l'orgasme, et cet orgasme, vécu en présence de Dieu, peut également être un acte sublime d'adoration de Dieu", écrit-il.

Le cardinal Víctor Manuel Fernández, préfet du Dicastère pour la doctrine de la foi, reçoit sa barrette des mains du pape François en septembre 2023
Le cardinal Víctor Manuel Fernández, préfet du Dicastère pour la doctrine de la foi, reçoit sa barrette des mains du pape François en septembre 2023Riccardo De Luca/The AP

Réflexions d'un jeune prêtre sur le plaisir sexuel

Alors que les Écritures regorgent d'histoires d'extase mystique, et que le pape Benoît XVI a même écrit sur l'amour passionné vécu par les couples mariés, le caractère explicite de Victor Manuel Fernandez dans sa discussion sur l'orgasme - qui frôle parfois la caricature - suggère une familiarité avec la sexualité qui semble peu commune pour un prêtre célibataire.

Le père Victor Manuel Fernandez a expliqué au site web, Crux, qu'il avait écrit son livre après avoir eu des conversations avec de jeunes couples qui souhaitaient mieux comprendre leurs relations.

Il a précisé qu'il avait écrit lorsqu'il était jeune prêtre et qu'il n'écrirait jamais une telle chose aujourd'hui.

Victor Manuel Fernandez a également souligné qu'il avait ordonné l'arrêt de la publication du livre peu après sa parution, lorsqu'il s'est rendu compte qu'il pouvait être mal interprété. La conversation autour du livre a lieu aujourd'hui sans son consentement, a-t-il ajouté.

Le livre est similaire dans son ton à un autre livre de Victor Manuel Fernandez qui a déclenché un scandale peu après sa nomination et qui s'intitule "Heal Me With Your Mouth" ("L'art du baiser").

Aucun des deux titres ne figurait dans la liste des publications fournie par le Vatican lorsque le pape François a nommé Victor Manuel Fernandez ,préfet du Dicastère, pour la doctrine de la foi, lui donnant ainsi l'ordre de changer radicalement le cours des choses.

Des couples mariés et homosexuels participent à une cérémonie de bénédiction publique devant la cathédrale de Cologne, à Cologne (Allemagne), le mercredi 20 septembre 2023
Des couples mariés et homosexuels participent à une cérémonie de bénédiction publique devant la cathédrale de Cologne, à Cologne (Allemagne), le mercredi 20 septembre 2023Martin Meissner/The AP

Un artisan du changement dans l'Église catholique

Victor Manuel Fernandez s'est d'abord fait connaître en tant que rédacteur théologique fantôme du pape François, à l'origine de la plupart des textes importants de ce dernier.

PUBLICITÉ

Au cours de l'année écoulée, le théologien argentin a ébranlé l'Église catholique en publiant une multitude de décrets officiels sur des questions brûlantes, telles que l'autorisation pour les personnes transgenres d'être parrains ou marraines.

L'indignation des catholiques conservateurs et traditionalistes grandit à la suite de la publication d'une déclaration de son bureau approuvant les bénédictions pour les couples de même sexe.

Cette déclaration, approuvée par le pape François, le 18 décembre et publiée un jour plus tard, a suscité une vive réaction de la part des évêques du monde entier.

Certaines conférences épiscopales nationales en Afrique et en Europe de l'Est, ainsi que des évêques individuels ailleurs, ont même déclaré catégoriquement qu'ils ne l'appliqueraient pas.

Cette réaction a incité Victor Manuel Fernandez à publier une note explicative la semaine dernière, insistant sur le fait que la déclaration n'était pas hérétique, mais reconnaissant que ses dispositions pourraient ne pas être applicables - du moins pas immédiatement - dans certaines parties du monde.

PUBLICITÉ

Il a admis qu'une "réflexion pastorale" supplémentaire pourrait être nécessaire.

Le cardinal guinéen Robert Sarah, ancien chef du bureau de la liturgie du Vatican, a dénoncé la déclaration nommée, Fiducia Supplicans, la qualifiant d'œuvre du diable
Le cardinal guinéen Robert Sarah, ancien chef du bureau de la liturgie du Vatican, a dénoncé la déclaration nommée, Fiducia Supplicans, la qualifiant d'œuvre du diableAndrew Medichini/The AP

Révéler les divisions de l'Église

Si les catholiques LGBTQ+ ont salué la volonté de Victor Manuel Fernandez de rendre l'Église catholique plus accueillante, les conservateurs n'ont pas manqué de manifester leur indignation.

Le cardinal guinéen, Robert Sarah, ancien chef du bureau de la liturgie du Vatican, a été le dernier prélat de haut rang à dénoncer la déclaration connue sous le nom de Fiducia Supplicans, affirmant qu'elle était l'œuvre du diable et insistant sur l'enseignement antérieur de l'Église déclarant que les actes homosexuels sont "intrinsèquement désordonnés".

Robert Sarah a fait l'éloge des conférences épiscopales du Cameroun, du Tchad et du Nigeria, par exemple, qui ont rejeté la déclaration.

"Ce faisant, nous ne nous opposons pas au pape François, mais nous nous opposons fermement et radicalement à une hérésie qui mine gravement l'Église, le corps du Christ, parce qu'elle est contraire à la foi et à la tradition catholiques", écrit-il dans un essai publié par le chroniqueur du Vatican, Sandro Magister.

PUBLICITÉ

À ce jour, c'est parmi les commentateurs catholiques traditionalistes et conservateurs que les réactions au livre de Victor Manuel Fernandez ont été les plus vives sur les réseaux sociaux.

Pour de nombreux membres de la droite catholique, il s'agit d'un nouveau signe que le terrain est en train de changer. Il s'ajoute aux récents commentaires de l'un des avocats canonistes les plus respectés du Vatican, l'archevêque Charles Scicluna, qui a déclaré que l'Église devrait ouvrir le débat sur la possibilité pour les prêtres de se marier.

The Wanderer, un journal catholique conservateur des États-Unis, a déclaré que les révélations sur le livre de Victor Manuel Fernandez étaient alarmantes et confirmaient l'orientation du pontificat du pape François, qui dure depuis dix ans.

"Si cela ne justifie pas la révocation immédiate du cardinal Victor Manuel Fernandez de son poste à la Doctrine de la foi et l'abrogation du document, Fiducia Supplicans, ce pontificat et notre Église se dirigeront encore plus vers l'abîme", a écrit Joseph Matt, le président du journal, dans un éditorial en ligne.

Sources additionnelles • Crux

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

The Cube : non, le pape ne porte pas une croix en soutien à la communauté LGBT

COP 28 : le Pape François appelle les religions à œuvrer pour le climat

L'Église catholique veut donner plus de place aux femmes