EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Barbie aux Oscars : la non sélection de Margot Robbie et Greta Gerwig, le fruit du sexisme ?

Barbie aux Oscars : Ont-ils été sexistes ?
Barbie aux Oscars : Ont-ils été sexistes ? Tous droits réservés Warner Bros.
Tous droits réservés Warner Bros.
Par David Mouriquand
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Internet s'enflamme contre l'Académie des Osars qui n'a pas nommé Margot Robbie et Greta Gerwig pour les prix de la meilleure actrice et du meilleur réalisateur pour "Barbie". L'un des arguments récurrents est que la motivation derrière cette omission est sexiste. Euronews Culture démystifie.

PUBLICITÉ

Les nominations aux Oscars ont été annoncées cette semaine, et "Barbie", le film à succès qui a rapporté des milliards de dollars, a obtenu huit nominations, dont celles du meilleur film, du meilleur acteur dans un second rôle pour Ryan Gosling et de la meilleure actrice dans un second rôle pour America Ferrera.

L'un des points les plus discutés, cependant, a été le fait que Greta Gerwig et Margot Robbie ont été snobées respectivement dans les catégories Meilleur réalisateur et Meilleure actrice.

Les fans n'ont pas tardé à se rendre sur les réseaux sociaux pour faire part de leur incrédulité et de leur colère. Les stars de "Barbie", Ryan Gosling et America Ferrera, qui n'ont pas hésité à s'exprimer, ont galvanisé le mouvement.

Dans un communiqué, Ryan Gosling a déclaré qu'"aucune reconnaissance ne serait possible pour qui que ce soit dans le film sans leur (Margot Robbie et Greta Gerwig) talent, leur courage et leur génie. Dire que je suis déçu qu'elles ne soient pas nommées dans leurs catégories respectives serait un euphémisme".

Quant à America Ferrara, elle a affirmé succinctement à Variety : "j'ai été incroyablement déçue qu'ils ne soient pas nommés".

Pour beaucoup, le fait de snober Greta Gerwig et Margot Robbie a révélé que l'Académie des Oscars ne comprenait pas du tout le film, soulignant l'ironie de nommer Ken plutôt que Barbie, et soulignant que le message du film sur les difficultés des femmes à être reconnues pour leurs contributions à une société misogyne est tombé dans l'oreille d'un sourd.

"Il est toujours aussi facile pour Hollywood de négliger et d'ignorer les contributions artistiques des femmes, même lorsque c'est le but du plus grand film de l'année", a déploré la stratège politique Jennifer Palmieri, qui a été directrice de la communication à la Maison Blanche sous Barack Obama.

En parlant de cela, Hillary Clinton, dont le tweet faisant l'éloge de Margot Robbie et Greta Gerwig a été vivement critiqué en ligne, a écrit : "Greta et Margot, même s'il est difficile de gagner le box-office sans remporter l'or, vos millions de fans vous aiment. Vous êtes toutes les deux bien plus que Kenough. #HillaryBarbie".

S'ensuivent des commentaires sur le fait que le message de Hillary Clinton était "ringarde", qu'elle devrait être "jugée à La Haye" et que le message avait "l'odeur d'un perdant". Un utilisateur de X s'est même plaint : "c'est comme si le monde entier conspirait pour me faire détester un film que j'ai vu et APPRÉCIÉ".

La police australienne a annoncé sur Facebook qu'elle allait "enquêter" après que Margot Robbie (originaire du Queensland) ait été "volé" aux Oscars.

Il est vrai qu'étant donné que Greta Gerwig et Margot Robbie avaient été nommées dans les catégories "Meilleur réalisateur" et "Meilleure actrice" lors de la majorité des cérémonies de remise de prix précédant les Oscars, y compris les Golden Globes, beaucoup pensaient que leur nomination aux Oscars était une affaire entendue.

Lorsqu'une telle conclusion ne se concrétise pas, cela peut être exaspérant. Toutefois, est-ce que cela fait de leurs refus des nominations des sexistes, comme beaucoup l'ont décrié ?

Ryan Gosling, mais pas de Margot Robbie dans les catégories d'acteurs
Ryan Gosling, mais pas de Margot Robbie dans les catégories d'acteursJaap Buitendijk/Warner Bros. Entertainment Inc./via AP

Mettons les choses au clair.

"Barbie" est un bon film.

Ce n'était pas le plus grand film de 2023 (ni le meilleur film de Greta Gerwig - cet honneur revient à Little Women), mais nous, ici à Euronews Culture, l'avons apprécié, et l'avons même inclus dans notre liste de fin d'année des meilleurs films de 2023. 

PUBLICITÉ

Contre toute attente, ce n'était pas le mash-up paresseux d'"Enchanted" et de "The Lego Movie" qu'il semblait être au départ, et ce qui aurait pu être un piège d'entreprise commandé par un comité pour vendre des jouets sous couvert de conscience de soi était, en fait, beaucoup plus bizarre que quiconque aurait pu s'y attendre. 

Chapeau bas à Greta Gerwig, qui s'est emparée d'un personnage qui reste un piètre vecteur d'autonomisation (et encore moins une icône féministe), qui a renversé les idées reçues et qui a réussi à créer avec amour une superproduction divertissante qui utilise un personnage problématique pour dire quelque chose - parfois de manière maladroite mais amusante - sur les rôles des hommes et des femmes dans la société d'aujourd'hui.

Le succès retentissant de "Barbie", tant sur le plan critique qu'au box-office, était mérité et ne peut être enlevé. Il en va de même pour son impact culturel indéniable, qui restera gravé dans les mémoires, qu'il y ait eu des critiques ou non.

Cela dit, les deux refus de "Barbie" aux Oscars ne sont pas sexistes.

PUBLICITÉ

"Barbie" n'a pas été snobé. Le film a obtenu huit nominations, dont celle, très convoitée, du meilleur film, ce qui signifie que Margot Robbie, en tant que productrice, a obtenu une nomination. Il est le quatrième film le plus nommé, derrière "Oppenheimer" (13), "Poor Things" (11) et "Killers of the Flower Moon" (10).

Pas Kenough ? Essayez ceci : malgré son refus de réaliser, Greta Gerwig est devenue la première femme à avoir réalisé trois films nominés pour le prix du meilleur film ("Lady Bird", "Little Women", "Barbie").

Concentrez-vous sur cette réussite impressionnante.

Passons maintenant à la partie sexiste.

PUBLICITÉ

Il est très facile de critiquer l'Académie des Oscars, qui a fait l'objet de critiques méritées ces dernières années sur des questions liées à la diversité, et il existe des preuves empiriques qui montrent que les femmes continuent d'être négligées.

Par exemple, une étude réalisée en 2020 par l'Emerson College, rédigée par Kenneth Grout et Owen Eagan et intitulée "Oscar is a Man : Sexism and the Academy Awards", a révélé que les lauréats de la catégorie "Meilleur film" ont presque deux fois plus de chances d'avoir des acteurs principaux masculins.

Il y a beaucoup de chemin à parcourir et à rattraper, et le statu quo patriarcal est toujours d'actualité. Cependant, il est évident que les nominations pour 2024 progressent (lentement).

Par exemple, cette année, c'est la première fois que trois films nominés pour le prix du meilleur film ont été réalisés par des femmes : "Anatomie d'une chute" (Justine Triet), "Vies antérieures" (Céline Song) et Barbie.

PUBLICITÉ

Il est vrai que NyQuil fait des petits, mais c'est la première fois que cela se produit.

Lily Gladstone (nominée) et Leonardo DiCaprio (non nominé) dans Killers of the Flower Moon
Lily Gladstone (nominée) et Leonardo DiCaprio (non nominé) dans Killers of the Flower MoonApple TV+, Paramount Pictures

Parmi les autres signes positifs, citons la diversité des nominations en général. Par exemple, Lily Gladstone, la star de "Killers of the Flower Moon", est entrée dans l'histoire en devenant la première femme autochtone à être nommée dans la catégorie de la "Meilleure actrice", et Colman Domingo, l'acteur de "Rustin", est le premier Afro-Latino à être nommé dans la catégorie du "Meilleur acteur" - et le premier candidat ouvertement gay dans cette catégorie depuis Ian McKellen pour "Gods and Monsters", il y a vingt-cinq ans.

Oui, l'Académie des Oscars doit comprendre que plus d'une femme cinéaste peut être récompensée à la fois, et il est frustrant qu'une seule (Justine Triet) ait été retenue cette année. 

Mais parmi les quatre autres nominés, peut-on s'opposer à ce que Yorgos Lanthimos ("Poor Things"), Jonathan Glazer ("The Zone of Interest"), Christopher Nolan ("Oppenheimer") et Martin Scorsese ("Killers of the Flower Moon") soient choisis ? Non - leurs réalisations le méritaient, et peut-être que les votants de l'Académie des Oscars ont simplement décidé que celle de Greta Gerwig faisait pâle figure en comparaison. Ce qui est juste.

PUBLICITÉ

Il y a aussi d'autres réalisatrices qui ont été snobées alors qu'elles méritaient toutes un coup d'œil plus important que Greta Gerwig en termes d'art. Prenez Céline Song ("Past Lives"- notre meilleur film de 2023), AV Rockwell ("A Thousand and One"- pas une seule nomination), Sofia Coppola ("Priscilla" - pas une seule nomination), Nida Manzoor("Polite Society" - pas une seule nomination), Raven Jackson ("All Dirt Roads Taste of Salt" - pas une seule nomination) ; Emma Seligman ("Bottoms "- pas une seule nomination).

Cela ne veut pas dire que Greta Gerwig n'a pas mis en scène le plastique absolu de "Barbie". Cela signifie simplement qu'elle n'est pas la seule femme cinéaste à mériter une place dans la catégorie "Meilleur réalisateur". Et ce n'est pas parce que son film a été le plus rentable de 2023, avec 1,44 milliard de dollars de recettes mondiales, qu'on lui doit automatiquement une place.

Il en va de même pour Margot Robbie, car il y a eu beaucoup d'excellentes performances l'année dernière. La sienne était l'une d'entre elles, mais lorsque vous regardez les actrices présélectionnées, il est difficile d'affirmer qu'elle a été éclipsée. Peut-être qu'en fin de compte, Emma Stone ("Poor Things"), Sandra Hüller("Anatomy d'une chute"), Lily Gladstone ("Killers of the Flower Moon"), Carey Mulligan ("Maestro") et Annette Bening ("Nyad") ont toutes donné de meilleures performances...

Et pour établir un parallèle direct entre l'omission d'un réalisateur et d'une actrice en 2024, Céline Song et sa star Greta Lee ne sont pas en lice pour le prix du meilleur réalisateur ou de la meilleure actrice, bien que "Past Lives", comme "Barbie", ait obtenu une mention dans la catégorie du meilleur film. Où sont leurs posts indignés sur X avec le hashtag outragé approprié ?

PUBLICITÉ
Greta Lee (non nominée) dans "Past Lives"
Greta Lee (non nominée) dans "Past Lives"A24

En fin de compte, le fait que "Barbie" n'obtienne pas le prix du meilleur réalisateur ou de la meilleure actrice n'est pas du sexisme. Cela peut sembler superficiel, mais c'est simplement que le film n'a pas été retenu. C'est aussi simple que cela.

"Attendez, Ryan Gosling a été nommé pour son rôle de Ken, mais Margot Robbie n'a pas été nommée pour Barbie ! Et Greta a été snobée pour le prix du meilleur réalisateur ?!?! Une façon de justifier l'intrigue littérale du film @TheAcademy", écrit un internaute.

Oui, le parallèle est amusant, mais cela ne signifie pas que les votants de l'Académie n'ont pas compris. Ils ont simplement fait un choix différent. Et si la déception est compréhensible, le fait d'alimenter cette indignation détourne l'attention des autres nominés méritants et de leurs réalisations significatives. 

Cela a également pour effet secondaire de donner l'impression que de nombreux fans inconditionnels de "Barbie" se sentent en droit d'attendre ce qui n'est pas un film indépendant à petit budget qui aurait mérité plus de spectateurs, mais une production massive financée par Warner Bros. et Mattel, l'une des plus grandes sociétés de jouets au monde. Choisissez vos batailles.

PUBLICITÉ

"Ken a été nommé et pas Barbie, c'est vraiment très approprié pour un film sur un homme qui découvre le pouvoir du patriarcat dans le monde réel", écrit un autre.

Encore une fois, il s'agit d'une optique amusante, mais personne ne s'est plaint que la chanson "I'm Just Ken", chantée dans le film par Ken (Ryan Gosling), soit devenue le clip le plus viral du film et qu'elle ait presque éclipsé le reste de la bande originale. "Barbie" a pour but de lutter contre le patriarcat, mais personne n'a levé le drapeau rouge lorsque le public a célébré le film en embrassant la représentation accidentelle du patriarcat avec sa chanson thème et ses pull-overs bien-aimés.

"Greta Gerwig a réalisé un film acclamé par la critique, culturellement marquant, hilarant, unique, visuellement exceptionnel, parfaitement interprété et distribué, qui a fait rire, pleurer et réfléchir, et qui a rapporté un milliard de dollars au box-office. Mais pas de nomination au titre de meilleur réalisateur !", écrit un internaute. 

C'est un film amusant qui a eu un impact sur de nombreuses personnes. Il faut lui rendre hommage. Mais ce n'est pas de chance que "Barbie" n'ait pas existé dans un vide de calendrier de sortie. D'autres films aussi ont marqué 2023. 

PUBLICITÉ

De plus, les chiffres du box-office ne devraient pas être un facteur déterminant. Les récompenses devraient être basées sur le mérite, et non sur l'apport. Et certainement pas sur les messages. Lorsque c'est le cas, "Crash" et "Green Book" remportent des prix. Et nous ne voulons pas que cela se reproduise. Ce n'est pas parce qu'un film s'en prend à juste titre au patriarcat qu'il est automatiquement en lice pour un prix. (Bien que nous espérions vraiment que "Poor Things" remporte autant de Ballons d'or que possible - comme nous l'avons écrit dans notre critique: "si Barbie a gentiment touché l'ours patriarcal l'année dernière, Bella fait de l'impérieux ursidé sa chienne").

Les gens sont simplement contrariés parce que Greta Gerwig et Margot Robbie n'ont pas été nommées dans les catégories qu'elles souhaitaient. Il s'agit de nominations de prix - donc parfois aléatoires et dures de par leur nature éliminatoire.

Comme l'a dit Whoopi Goldberg, commentant les réactions contre l'Académie après les nominations : "tout le monde ne gagne pas - vous n'obtenez pas tout ce que vous voulez obtenir", ajoutant : "tout le monde n'obtient pas un prix. C'est subjectif. Les films sont subjectifs. Les films que vous aimez peuvent ne pas être aimés par les gens qui votent".

Des paroles pleines de sagesse.

PUBLICITÉ

Les Oscars ont montré par le passé qu'ils étaient capables de décisions très déroutantes et carrément horribles, mais les nominations de 2024 sont globalement irréprochables. Il est dommage que les catégories n'aient pas pu inclure plus de noms, mais dans la limite de cinq noms par section, elles se sont plutôt bien débrouillées cette année.

Ne faisons donc pas de ces deux omissions à la mode ce qu'elles ne sont pas. Essayons d'être normaux à propos de "Barbie" - une fois pour toutes. Elle a connu son heure de gloire et de frénésie. Pouvons-nous, s'il vous plaît, être civilisés maintenant ? 

Mieux vaut garder notre énergie pour célébrer les talents qui ont été nommés cette année - devant et derrière la caméra - et faire provision de notre juste indignation pour les véritables exclusions injustes, qui pourraient révéler le sexisme persistant de l'industrie cinématographique.

Cela dit, nous espérons que "Barbie" ne rentrera pas les mains vides le soir des Oscars. Ce ne sera pas le cas. Nous parions qu'il obtiendra la meilleure chanson, le meilleur design de production, les meilleurs costumes et peut-être le meilleur scénario adapté.

PUBLICITÉ

Mais en ce qui concerne les nominations, son exclusion des deux catégories principales était-elle sexiste ? Ne vous fiez pas à tous les commentaires que vous lisez en ligne.

La 96e cérémonie des Oscars aura lieu le 10 mars et sera présentée par l'animateur Jimmy Kimmel. Et oui, l'ami de "Barbie", "Oppenheimer", qui est le nom de ce dernier, remportera sans aucun doute le prix. Nous croisons néanmoins les doigts pour "Poor Things".

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Greta Gerwig, réalisatrice de Barbie, nommée présidente du festival de Cannes 2024

Les 5 meilleurs films européens de l'année selon l'Académie du cinéma européen

F1 : le coming out de Ralf Schumacher ouvre la voie à une plus grande diversité