Plus de 400 stars signent une lettre soutenant l'inclusion d'Israël dans l'Eurovision

L'actrice Helen Mirren pose pour un portrait à Beverly Hills, Californie, mardi 15 décembre 2009.
L'actrice Helen Mirren pose pour un portrait à Beverly Hills, Californie, mardi 15 décembre 2009. Tous droits réservés Matt Sayles/AP2009
Par Jonny Walfisz
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Cette lettre fait suite à des appels visant à interdire au pays de participer au concours Eurovision de la chanson qui se déroulera cette année en Suède.

PUBLICITÉ

Plus de 400 créateurs de l'industrie du spectacle ont signé une lettre de soutien à la participation d'Israël au concours Eurovision de la chanson de cette année.

Helen Mirren, Gene Simmons et Boy George figurent parmi les signataires de la lettre publiée par "Creative Community For Peace" (CCFP), une organisation à but non lucratif qui s'efforce d'informer sur l'antisémitisme et de faire campagne contre les boycotts culturels d'Israël.

Helen Mirren a récemment joué dans "Golda", un biopic sur Golda Meir, la première femme Premier ministre d'Israël. Parmi les autres noms figurant sur la liste figurent l'acteur Liev Schrieber, le producteur de musique Scooter Braun et Sharon Osbourne.

Cette lettre ouverte fait suite aux lettres ouvertes signées par plus de 2 000 musiciens finlandais, suédois et islandais demandant que leur pays soit exclu du concours Eurovision de la chanson de 2024.

Ces deux lettres illustrent la polarisation des conversations sur les réponses culturelles à la guerre entre Israël et le Hamas. La guerre a commencé après que le Hamas a orchestré des attaques terroristes meurtrières contre Israël le 7 octobre de l'année dernière. Plus de 1 200 personnes ont été tuées dans ces attaques et plus de 200 otages ont été ramenés à Gaza.

À la suite des attaques du 7 octobre, Israël a lancé une contre-offensive qui a été largement critiquée pour avoir tué un grand nombre de civils palestiniens. Depuis octobre, plus de 28 000 Palestiniens ont été tués, dont plus de 12 000 enfants, selon le Hamas. 

À la suite de ces combats, des voix se sont élevées pour demander l'exclusion d'Israël du concours Eurovision de la chanson, à l'image de la décision d'exclure la Russie après son invasion de l'Ukraine en 2022.

Le président du CCFP, David Renzer, et le directeur exécutif, Ari Ingel, ont rejeté l'exclusion d'Israël en faisant référence à un festival de musique ciblé par le Hamas lors de l'attaque du 7 octobre : "nous nous joignons aux leaders de l'industrie du divertissement pour rejeter la diffamation d'Israël sur la scène musicale mondiale. Après que des milliers d'Israéliens innocents ont été tués, dont plus de 360 lors d'un festival de musique alors qu'ils dansaient pour célébrer la vie, il est honteux de voir certains réagir de la sorte".

"Nous espérons que l'Eurovision restera ferme face à cette tentative de boycott malavisée et discriminatoire. Nous voulons que le monde sache que l'industrie du divertissement soutient le Concours et tous les participants extraordinaires de cette année, y compris ceux d'Israël", poursuivent-ils.

La lettre ouverte souligne le succès de longue date d'Israël au Concours Eurovision de la chanson, avec des victoires en 1978, 1979, 1998 et 2018.

La Suède accueillera le concours de 2024 après la victoire de Loreen lors de la dernière édition
La Suède accueillera le concours de 2024 après la victoire de Loreen lors de la dernière éditionMartin Meissner/Copyright 2023 The AP. All rights reserved

Cette année, le concours se tiendra à Malmö, en Suède, au mois de mai. La lettre finlandaise, publiée le mois dernier, exige que la société de radiodiffusion finlandaise (Yle) boycotte le concours et refuse d'envoyer une candidature finlandaise si Israël est inclus.

"Il n'est pas conforme à nos valeurs qu'un pays qui commet des crimes de guerre et poursuit une occupation militaire bénéficie d'une scène publique pour polir son image au nom de la musique", peut-on lire dans la pétition finlandaise.

Cette semaine, le festival Sanremo, le concours italien de la chanson qui sélectionne la participation du pays à l'Eurovision, a suscité la controverse lorsque le concurrent tunisien-italien, Ghali, a demandé d'"arrêter le génocide" lors de la finale de l'émission.

Les commentaires de Ghali ont été critiqués par l'ambassadeur d'Israël en Italie, Alon Bar, et le PDG de la RAI, le radiodiffuseur public qui a diffusé Sanremo, Roberto Sergio, a exprimé sa solidarité "avec le peuple d'Israël et la communauté juive".

En réponse aux commentaires du radiodiffuseur, des manifestants pro-palestiniens se sont heurtés à la police italienne devant le siège de la RAI à Naples.

L'Union européenne de radio-télévision (UER), qui supervise l'organisation du concours, a réaffirmé que l'Eurovision est un événement "apolitique" et qu'Israël remplit toutes les conditions pour y participer.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Eurovision 2024 : l'opposition à la participation d'Israël ne faiblit pas

Un chanteur israélien pressenti pour participer à l'Eurovision tué dans les combats à Gaza

Israël-Hamas : Démystifier les appels au boycott de Zara et de Starbucks