Eurovision 2024 : l'opposition à la participation d'Israël ne faiblit pas

Eurovision : Les artistes nordiques demandent le bannissement d'Israël
Eurovision : Les artistes nordiques demandent le bannissement d'Israël Tous droits réservés  Eurovision Song Contest - Canva
Par David Mouriquand
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Après la confirmation de la participation d'Israël au concours Eurovision de la chanson de cette année, les pétitions se multiplient pour demander son exclusion, en raison des crimes de guerre présumés perpétrés à Gaza.

PUBLICITÉ

Des artistes finlandais et islandais, ainsi que des manifestants en Norvège, appellent à exclure Israël de l'Eurovision. Leur mobilisation fait écho à celle d'artistes et militants pro-palestiniens qui s'opposent à la participation du pays à l'édition 2024 qui se tiendra en mai, à Malmö (Suède).

Depuis le 5 décembre 2023, date à laquelle il a été officiellement communiqué que 36 pays, dont Israël, seraient représentés à l'Eurovision 2024, de plus en plus de voix s'élèvent pour appeler à l'exclusion du pays ou au boycott du concours.

Un événement "apolitique" selon l'UER

L'Union européenne de radio-télévision (UER), qui supervise l'organisation de l'événement, a réaffirmé que l'Eurovision est "apolitique" et qu'Israël remplit toutes les conditions pour y participer.

"Le concours Eurovision de la chanson est destiné aux radiodiffuseurs publics de toute l'Europe et du Moyen-Orient," a souligné l'UER. "C'est un concours pour les radiodiffuseurs - pas pour les gouvernements - et le radiodiffuseur public israélien participe au concours depuis 50 ans," a-t-elle indiqué.

Cela n'a pas empêché plus de 1 400 artistes finlandais de se joindre aux musiciens islandais pour exiger qu'Israël soit exclu en raison des crimes de guerre présumés commis par l'armée israélienne à Gaza.

"Il n'est pas conforme à nos valeurs qu'un pays qui commet des crimes de guerre et poursuit une occupation militaire bénéficie d'une scène publique pour redorer son image au nom de la musique," peut-on lire dans une pétition signée par des artistes, musiciens et professionnels de l'industrie musicale installés en Finlande.

Exclure Israël comme la Russie en 2022 ?

Les artistes, dont Axel Ehnström, qui a représenté la Finlande à l'Eurovision en 2011, ont déclaré que si Israël n'était pas exclu du concours, la société finlandaise de radiodiffusion (Yle) devrait boycotter le concours et refuser d'envoyer une candidature finlandaise.

Lukas Korpelainen, l'un des auteurs de la pétition, a déclaré au journal "Hufvudstadsbladet" qu'il était inacceptable qu'Israël participe à l'Eurovision. "Israël viole les droits de l'homme," a-t-il déclaré, avant d'ajouter : "Nous ne pensons pas qu'il soit possible de participer à l'Eurovision et qu'il soit acceptable que ce pays participe à l'Eurovision pour embellir son image."

Les auteurs de la pétition ont également accusé Yle de faire deux poids deux mesures, car la société de radiodiffusion a été l'une des premières à demander l'interdiction de la participation de la Russie à l'Eurovision, suite à l'invasion de l'Ukraine en 2022.

Mobilisations similaires en Norvège et en Islande

En Norvège, des manifestants d'Aksjonsgruppa for Palestine (Groupe d'action pour la Palestine) se sont rassemblés devant le siège de la chaîne de télévision NRK à Oslo le week-end dernier, selon les médias locaux. "Nous voulons que la Norvège et NRK agissent pour obtenir l'exclusion d'Israël," ont expliqué les militants dans un communiqué de presse.

Dans une déclaration précédente, NRK avait affirmé qu'elle "ne peut pas appeler à un boycott culturel""Cela ne fait pas partie de nos attributions en matière de radiodiffusion, ce serait totalement impossible pour nous," avait-elle indiqué.

Auparavant, l'Association islandaise des compositeurs et paroliers a déclaré au réseau national de radiodiffusion RUV que ses membres ne participeraient pas à la sélection locale pour l'Eurovision 2024 si la participation d'Israël au concours était maintenue.

La pétition islandaise a également rappelé que l'UER avait exclu la Russie après son invasion de l'Ukraine en 2022.

Pour les représentants d'Israël, "promouvoir son boycott, c'est soutenir les actes du Hamas"

En réponse aux appels à l'exclusion de son pays, l'ambassadeur israélien en Suède, Ziv Nevo Kulman, a déclaré : "Le 7 octobre, Israël a été brutalement attaqué par une organisation terroriste vicieuse qui appelle ouvertement à son anéantissement. Promouvoir le boycott d'Israël, c'est soutenir les actes du Hamas, c'est donner un prix au terrorisme et c'est incompatible avec les valeurs de [l'UER] et du concours," a-t-il affirmé.

Israël participe au concours depuis 1973 et l'a remporté à plusieurs reprises - en 1978, 1979, 1998 et plus récemment en 2018, quand Netta Barzilai a gagné avec "Toy" à Lisbonne -.

Sources additionnelles • EBU, Hufvudstadsbladet, Het Laatste Nieuws

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Un chanteur israélien pressenti pour participer à l'Eurovision tué dans les combats à Gaza

Le réalisateur Martin Scorsese, sacré Ours d’Or d’honneur à la Berlinale

Suisse : le carnaval de Bâle bat son plein