A Madrid, l'art contemporain à la portée d'enchères, via WhatsApp

Des artistes ont créé des applications pour acquérir des oeuvre via WhatsApp.
Des artistes ont créé des applications pour acquérir des oeuvre via WhatsApp. Tous droits réservés Martin Meissner/AP
Tous droits réservés Martin Meissner/AP
Par euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Alors que s'est ouvert à Madrid, ARCO, la grande foire internationale d'art contemporain, collectionneurs, artistes et acteurs du marché multiplient les initiatives pour vendre et acquérir des oeuvres via des enchères sur WhatsApp.

PUBLICITÉ

Alors que s'est ouvert à Madrid la grande foire d'art contemporain (l'ARCO), étape internationale incontournables pour les investisseurs et les collectionneurs internationaux, notre correspondant à Mardi s'est intéressé aux nouvelles pratiques d'acquisition des oeuvres d'art.

Car "au-delà des grandes galeries et sommes en jeu, artistes émergents et collectionneurs recherchent aussi de nouvelles façons et de nouveaux espaces pour acheter et vendre de l'art, explique notre confrère Jaime Velázquez.

Manuel Sánchez-Blanco, ingénieur de profession, vient d'acquérir une œuvre d'Arturo Méndez. Il ne l'a pas fait dans une galerie, mais lors d'une vente aux enchères via WhatsApp...

"Je n'ai pas accès au monde de l'art ni aux peintures d'artistes émergents", explique Manuel Sánchez-Blanco, _"_et la vérité est que c'est une façon de découvrir des œuvres et d'y avoir accès de manière plus ludique, plus dynamique et aussi à bon prix."

L'artiste Nacho Vergara, fondateur du projet, a créé une application. Depuis, cinq cents personnes suivent chaque semaine des enchères sur WhatsApp. Les utilisateurs apprécient particulièrement le travail de présentation des œuvres et des artistes.

"Il y a une personne qui se consacre à les sélectionner et fait venir des artistes avec une certaine solvabilité et des garanties," précise encore Manuel.

Loin des galeries conventionnelles, de nouveaux projets voient également le jour pour attirer les jeunes collectionneurs en quête d'expériences d’achat différentes...

"Au lieu de gens assis et ayant une attitude très sérieuse, ici les gens sont debout, boivent du vin, une bière, ou un gin tonic, et il y a une atmosphère beaucoup plus décontractée", explique Antonio Yera, fondateur de Maza Art.

Mais que quel que soit le format, l'art fait toujours son chemin.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Comment le groupe suédois Rednex des années 90 est-il devenu le plus écouté au monde ?

Alfredo Cunha, le photographe que la révolution n'a pas laissé dormir

Céline Dion : "Je ne sais pas, c'est mon corps qui me le dira".