This content is not available in your region

Des panneaux solaires en déchets agricoles : de l'énergie sans lumière directe

Le matériau pourrait être appliqué à des bâtiments entiers, comme le Centre des congrès de Montréal.
Le matériau pourrait être appliqué à des bâtiments entiers, comme le Centre des congrès de Montréal.   -   Tous droits réservés  The James Dyson Foundation
Par Lottie Limb  & Emmy Arpin Alotto

On critique souvent l’énergie solaire pour sa fiabilité : devrait-on se priver d’électricité quand le soleil ne brille pas ? Pour répondre à cette problématique une nouvelle technologie a été inventée : des panneaux solaires qui n’ont pas besoin de la lumière directe du soleil. Un bon en avant pour l’énergie renouvelable.

Un étudiant philippin en ingénierie a conçu ce matériau révolutionnaire en utilisant des particules luminescentes provenant de déchets de fruits et de légumes.

Carvey Ehren Maigue, 29 ans, a remporté le prix James Dyson Foundation Sustainability Award en 2020 pour ses panneaux, construits à l'université de Mapua, aux Philippines.

Comme à l'intérieur des cultures, ces particules absorbent les rayons ultraviolets du soleil et les transforment en lumière visible. Les panneaux convertissent ensuite la lumière récoltée en électricité.

The James Dyson Foundation
Carvey Maigue dit s'être inspiré d'Elon Musk et de la manière dont il "a ouvert la voie pour que sa solution atteigne le marché".The James Dyson Foundation

Les rayons ultraviolets nous atteignent aussi les jours nuageux. Cette technologie a donc un immense potentiel dans zones urbaines, ainsi qu'à d'autres endroits où un panneau solaire classique ne pourrait pas être installé.

Inspirées des aurores boréales et appelées AuREUS, les particules sont placées dans une surface en résine qui peut être moulée en différentes formes.

Le nouveau matériau solaire pourrait même être adapté à nos vêtements.

Maigue a déclaré en 2020 qu'il voulait mettre le produit sur le marché immédiatement, tout en continuant à investir dans de nouvelles recherches.

"Je veux créer des fils et des tissus pour que même vos vêtements soient capables de récolter la lumière ultraviolette et de la convertir en électricité."

Le prototype, un panneau de trois pieds sur deux (90 par 60 centimètres) installé dans une fenêtre de l'appartement de Maigue générait suffisamment d'électricité pour charger deux téléphones chaque jour. Mais il a pour ambition de couvrir des bâtiments entiers d'AuREUS, les transformant en fermes solaires verticales.

Même s'il ne sont pas orientés vers le soleil, les gratte-ciel dotés de cet extérieur pourraient absorber les UV qui rebondissent sur les murs, les trottoirs et les autres bâtiments.

"Nous envisageons également de créer des plaques incurvées, qui pourraient être utilisées sur les voitures électriques, les avions et même les bateaux", a-t-il déclaré à la Fondation Dyson.

L'étudiant en génie électrique a ajouté qu'il souhaitait démocratiser son nouveau produit. "AuREUS a la possibilité de rapprocher la capture de l'énergie solaire des gens", a-t-il déclaré.

"De la même manière que les ordinateurs n'étaient utilisés que par le gouvernement ou l'armée et qu'aujourd'hui la même technologie se trouve dans nos smartphones, je veux que la capture de l'énergie solaire soit plus accessible."

Une énergie renouvelable à partir de pertes agricoles

"Nous recyclons les récoltes des agriculteurs qui ont été touchés par des catastrophes naturelles, comme les typhons, qui sont aussi un effet du changement climatique", explique le jeune inventeur.

Sur 78 types de cultures locales testées, neuf ont montré un fort potentiel. Elles sont broyées, pressées et filtrées pour en extraire les particules luminescentes, qui sont ensuite mises en suspension dans une résine.

The James Dyson Foundation
AuREUS valorise les déchets de fruits et de légumes.The James Dyson Foundation

Le matériau ainsi obtenu peut être moulé en matériau de revêtement et fixé aux murs, ou pris en sandwich entre deux vitres de fenêtres à double vitrage pour commencer à produire de l'énergie renouvelable pour le bâtiment.

Il réfléchit la lumière convertie vers les bords du panneau, où des chaînes de cellules photovoltaïques (PV) attendent de la capter et de la convertir en électricité.

L'un des points à améliorer est de passer d'une source de 80 % de fruits et légumes à 100 %, en renonçant complètement aux produits chimiques. Parmi les cinq couleurs utilisées - rouge, orange, jaune, vert et bleu -, il reste à trouver une alternative naturelle au colorant bleu.

Article traduit de l'anglais