This content is not available in your region

Pays-bas : les pubs pour la viande interdites dans la ville de Haarlem

Étal d'une boucherie à Paris, France
Étal d'une boucherie à Paris, France   -   Tous droits réservés  Thibault Camus / AP
Par Margaux Racaniere

La ville de Haarlem aux Pays-bas a décidé de bannir les publicités pour les produits à base de viande. Les 160 000 habitants de cette ville pourront dire adieu aux hamburgers, entrecôtes et chicken wings sur les arrêts de bus et les panneaux d'affichages dès 2024 . Une mesure encore "unique au monde" d'après The Guardian, justifié par le coût climatique de l'élevage et de la consommation de viande.

Dans un rapport de 2013, l'organisation de l'ONU pour l'alimentation la FAO, a estimé que l'élevage contribuait à 14,5% des émissions de gaz à effet de serre produites par l'Homme, dont 8,8% pour les élevages bovins. "Nous voulons être une ville saine pour les gens et pour les animaux" justifie la municipalité d'Haarlem sur son site internet.

S'exprimant à la radio locale Haarlem105, la conseillère municipale du parti écologiste GroenLinks Ziggy Klazes s'est défendue en affirmant que la question n'était pas celle de la liberté individuelle : "Si les gens veulent continuer à manger de la viande qu'ils le fassent", mais plutôt celle de la cohérence de leur position politique : "Nous ne pouvons pas dire à la population qu'il y a une crise climatique et les encourager à acheter des produits qui contribuent à cette crise

Une mesure jugée "condescendante et irréfléchie"par Hannelore Majoor, directrice générale de l'entreprise de publicité et de communication JCDecaux, dans une interview accordée au magazine spécialisé néerlandais AdFormatie

La fronde est également venue du conseil municipal d'Haarlem. Le conseiller d'opposition Sander Van den Raadt (BBB, Mouvement agriculteur-citoyen) a lancé sa propre campagne de communication en faveur de la publicité pour la viande, avec le slogan "fier de la viande" pour marquer son opposition à la décision du conseil.

Le conseiller municipal a lancé un jeu concours sur ses réseaux sociaux : " ! Envoyez votre poster ou dessin de votre viande préférée. Vite avant que ce ne soit interdit."

Les Européens doivent réduire radicalement leur consommation de viande pour atteindre les objectifs climatiques

Dans un article de 2020, l'ONG Greenpeace a rappelé que si l'Union européenne voulait atteindre ses objectifs de réduction de 55% de ses émissions de gaz à effet de serre d'ici 2050 et limiter le réchauffement climatique à 1,5°C, les Européens devraient réduire de 81% leur consommation de viande.

Actuellement, un Européen moyen consomme 1,58 kilogrammes de viande par semaine. Si on estime qu'une portion standard de viande se situe autour de 200 grammes, cela signifie que les Européens mangent de la viande un peu plus d'une fois par jour. 

Pour atteindre les objectifs environnementaux, ce nombre devrait descendre à moins de 460 grammes par personne et par semaine, soit moins que trois burgers hebdomadaires.

Le végétarisme et le flexitarisme (le fait de limiter sa consommation de viande et d'être plus exigent sur son origine et ses conditions de production se développent en Europe) gagnent en popularité. 

D'après une étude menée par la marque allemande Veganz, près d'une personne sur quatre dit réduire consciemment sa consommation de viande. Mais le végétarisme reste encore marginal :  5,6% de la population européenne d'après une étude conduite par le CREDOC pour Agrimer et l'OCHA en 2018 sur la France, l'Allemagne, le Royaume-Uni et l'Espagne.

Les initiatives pour interdire la publicité nocive pour l'environnement se multiplient en Europe

La restriction de la publicité pour la viande à Harleem s'inscrit dans une plus large mesure de restriction sur les publicités, qui interdit de promouvoir les voitures thermique et les énergies fossiles à partir de 2024.

En 2021, la capitale des pays-Bas, Amsterdam avait déjà mis en place une interdiction de faire de la publicité dans son métro pour les "produits à base de combustibles fossiles" comme les voyages en avion ou les voitures thermiques . 

La France est également devenue le premier pays européen à interdire les publicités pour les énergies fossiles dans sa loi nationale, une mesure qui devrait entrer en vigueur en juin 2023.