Les combustibles fossiles continuent de dominer, selon un nouveau rapport

Selon un nouveau rapport, la demande de combustibles fossiles continuera de dominer le marché de l'énergie en 2022.
Selon un nouveau rapport, la demande de combustibles fossiles continuera de dominer le marché de l'énergie en 2022. Tous droits réservés canva
Par Charlotte Elton avec Reuters
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Un rapport révèle que la croissance des énergies renouvelables n'a pas entamé la domination des combustibles fossiles en 2022, malgré la croissance des énergies renouvelables.

PUBLICITÉ

Selon un nouveau rapport, les énergies renouvelables n'ont pas réussi à faire basculer la domination des combustibles fossiles en 2022, malgré une croissance massive de la capacité éolienne et solaire.

La demande mondiale d'énergie a augmenté de 1 % l'année dernière, selon le rapport Statistical Review of World Energy (Revue statistique de l'énergie mondiale) publié lundi, et 82 % de l'approvisionnement total a été assuré par le pétrole et le gaz.

Et ce, en dépit d'une augmentation massive de la capacité renouvelable, qui s'est accrue de 266 gigawatts.

Canva
La capacité des énergies renouvelables a augmenté l'année dernière, mais pas suffisamment pour supplanter les combustibles fossilesCanva

"Malgré la forte croissance de l'énergie éolienne et solaire dans le secteur de l'électricité, les émissions de gaz à effet de serre liées à l'énergie ont de nouveau augmenté", a déclaré Juliet Davenport, présidente de l'Energy Institute, un organisme industriel mondial basé au Royaume-Uni.

"Nous continuons à aller dans la direction opposée à celle requise par l'Accord de Paris."

Quels combustibles fossiles ont dominé l'approvisionnement énergétique en 2022 ?

L'année dernière a été marquée par des turbulences sur les marchés de l'énergie après l'invasion de l'Ukraine par la Russie, ce qui a contribué à faire grimper les prix du gaz et du charbon à des niveaux record en Europe et en Asie.

Mais malgré ces turbulences, la demande d'énergie a augmenté. La demande mondiale d'énergie primaire a augmenté d'environ 1 %, ce qui représente un ralentissement par rapport aux 5,5 % de l'année précédente, mais la demande était encore supérieure d'environ 3 % aux niveaux d'avant le coronavirus en 2019.

L'avance persistante des produits du pétrole, du gaz et du charbon dans la couverture de la majeure partie de la demande d'énergie s'est confirmée.

Les énergies renouvelables, à l'exclusion de l'hydroélectricité, ont représenté 7,5 % de la consommation mondiale d'énergie, soit environ 1 % de plus que l'année précédente

Parallèlement, la consommation de pétrole a augmenté de 2,9 millions de barils par jour pour atteindre 97,3 millions de bpj. La tendance générale était toutefois légèrement à la baisse, la consommation de pétrole ayant diminué de 0,7 % par rapport aux niveaux antérieurs au COVID.

Le rapport annuel, qui constitue une référence pour l'industrie, a été publié pour la première fois par l'Institut de l'énergie, en collaboration avec les cabinets de conseil KPMG et Kearny, après avoir succédé à BP, qui était l'auteur du rapport depuis les années 1950.

Que signifie la croissance des combustibles fossiles pour le climat ?

Notre dépendance continue à l'égard des combustibles fossiles constitue une menace considérable pour l'environnement.

Les scientifiques affirment que le monde doit réduire les émissions de gaz à effet de serre d'environ 43 % d'ici à 2030 par rapport aux niveaux de 2019 pour avoir une chance d'atteindre l'objectif de l'accord international de Paris de maintenir le réchauffement bien en dessous de 2 °C par rapport aux niveaux préindustriels.

L'extraction et la consommation de combustibles fossiles sont la principale cause du réchauffement climatique.

Pour limiter la hausse des températures induite par le changement climatique à moins de 2 degrés Celsius, la société doit rapidement se décarboniser.

Or, l'année dernière, les subventions accordées au pétrole et au "gaz naturel" (alias gaz fossile) ont grimpé en flèche. Les gouvernements ont dépensé plus de 900 milliards d'euros pour subventionner les combustibles fossiles en 2022, le chiffre le plus élevé jamais enregistré.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Mercredi 2 août, jour du dépassement des ressources de la Terre en 2023

Energies fossiles : la Russie augmente ses prix et continue de s'enrichir

Record mondial de température en mars pour le dixième mois consécutif : et en Europe ?