PUBLICITÉ

"Un crime injustifiable contre la nature" : l'Italie s'indigne de l'assassinat d'une maman ours

L'ourse tuée a été aperçue en début de semaine avec ses deux petits.
L'ourse tuée a été aperçue en début de semaine avec ses deux petits. Tous droits réservés Gemma Di Pietro via Storyful
Tous droits réservés Gemma Di Pietro via Storyful
Par Ian Smith avec AP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

La célèbre ourse avait été aperçue en début de semaine dans la région en train de se promener avec ses deux petits.

PUBLICITÉ

Un homme a tué un ours brun, menacé d'extinction, à la périphérie de la ville de San Benedetto dei Marsi, dans les Abruzzes, a annoncé vendredi le parc national des Abruzzes, du Latium et du Molise.

Cet acte a laissé deux oursons sans mère et en grand danger, et des recherches sont en cours pour les retrouver.

L'homme qui a tué l'animal a été identifié et la police italienne enquête sur l'incident.

L'agence de presse italienne, Ansa, rapporte que l'homme a déclaré à la police locale : "j'ai tiré parce que j'avais peur, mais je ne voulais pas la tuer". "Je l'ai trouvé sur ma propriété. C'était un acte impulsif, instinctif".

Les ours bruns marsicains sont en danger critique d'extinction

Le parc national des Abruzzes, du Latium et du Molise a condamné l'abattage.

"Il n'y a aucune raison de justifier l'incident car Amarena n'avait jamais causé de problèmes à l'homme", a-t-il écrit, sur Facebook.

Le nom Amarena signifie cerise noire en italien. Selon le quotidien Corriere della Sera, les habitants de la région l'ont affectueusement baptisé ainsi parce que les cerises et les cerises noires faisaient partie des aliments préférés de l'ourse.

L'ours brun marsicain, originaire du centre de l'Italie, est une sous-espèce d'ours brun gravement menacée. Le parc indique qu'une soixantaine d'ours vivent sur son territoire et dans les zones environnantes.

En début de semaine, Amarena a été vue se promenant à San Sebastiano Dei Marsi avec ses deux oursons.

Les politiciens italiens et les défenseurs des droits des animaux condamnent cet assassinat.

"L'abattage d'une ourse marsicaine est un épisode grave, sur lequel il convient de faire la lumière le plus rapidement possible", affirme le ministre italien de l'environnement, Gilberto Pichetto.

"Notre engagement vise également la protection des oursons, en faisant tout ce qui est possible pour qu'ils puissent rester en liberté", assure-t-il, dans une déclaration écrite.

Luciano Di Tizio, directeur du bureau italien du Fonds mondial pour la nature, a qualifié l'assassinat de l'ours de "crime très grave et injustifiable contre la nature" et ajouté que c'était le résultat d'une "campagne constante contre la faune sauvage".

Pourquoi les ours sont-ils devenus un sujet de controverse en Italie ?

Le statut des ours en Italie est devenu de plus en plus politisé au cours des derniers mois.

Au début de l'année, l'assassinat d'un joggeur par un ours brun dans la région alpine de l'Italie a fait la une des journaux internationaux, et a suscité un vif débat dans le pays.

Les autorités locales avaient ordonné l'euthanasie de l'ours en question, mais un tribunal administratif s'est prononcé contre cette décision, du moins pour l'instant.

Une audience sur le sort de l'ours est prévue en décembre. Les groupes de défense des animaux ont contesté l'ordre d'euthanasier l'ours.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Italie : un touriste allemand endommage la Fontaine de Neptune à Florence

L'Espagne connaît une recrudescence du trafic d'animaux

Slovénie : la difficile coexistence entre éleveurs et loups