Les canicules de 2022 pourraient avoir causé 70 000 décès en Europe

Une femme âgée s'abrite du soleil brûlant avec un journal, à Milan, en Italie.
Une femme âgée s'abrite du soleil brûlant avec un journal, à Milan, en Italie. Tous droits réservés Luca Bruno/AP Photo, File
Par Lauren Chadwick
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Selon une nouvelle étude, le bilan humain des canicules de 2022 en Europe pourrait avoir été sous-estimé. Les chercheurs ont analysé comment les données quotidiennes par rapport aux données hebdomadaires peuvent réduire artificiellement la surmortalité due à la chaleur.

PUBLICITÉ

Une nouvelle étude indique que les températures élevées de 2022 pourraient être à l'origine d'une surmortalité de 70.000 décès en Europe. Des chercheurs de l'Institut de Barcelone pour la santé mondiale (ISGlobal) ont ainsi révisé les estimations initiales de la mortalité liée à la chaleur pour l'été 2022 dans une analyse publiée dans la revue The Lancet Regional Health - Europe.

Selon Copernicus, le programme européen d'observation de la Terre, 2022 a été la deuxième année la plus chaude jamais enregistrée en Europe. Les températures ont dépassé les moyennes d'environ 0,9 °C et celles de l'été en Europe ont été supérieures de 1,4°C.

Les scientifiques d'ISGlobal et de l'Inserm avaient précédemment estimé que plus de 61.000 décès pouvaient être attribués aux vagues de chaleur de l'été 2022, l'Italie étant le pays de l'UE le plus touché. Ils ont révisé leur estimation après avoir mis au point un nouveau cadre pour mesurer la mortalité liée à la chaleur.

Un modèle basé sur les températures quotidiennes et la mortalité

Ce nouveau cadre s'appuie sur les températures journalières et les registres de mortalité de 147 régions dans 16 pays européens. Il leur a permis de revoir leurs calculs pour 2022 sur la base de données historiques.

Ils ont indiqué que leur estimation précédente, qui reposait sur des données hebdomadaires, sous-estimait le nombre de décès de 10,28%.

Les scientifiques ont constaté que les modèles basés sur des données hebdomadaires, bihebdomadaires et mensuelles sous-estimaient la mortalité liée à la température par rapport à un modèle basé sur des données quotidiennes. Sur des périodes plus longues, les sous-estimations étaient plus importantes.

"S'il y a une vague de chaleur aujourd'hui ou un épisode de températures très élevées, nous constatons systématiquement une augmentation de la mortalité le jour même, puis les jours suivants, jusqu'à 7 à 10 jours," a déclaré à Euronews Next, Joan Ballester Claramunt, chercheur à l'ISGlobal et auteur de l'étude.

"Ainsi, lorsque nous utilisons ces ensembles de données hebdomadaires, qui sont des agrégats des mortalités quotidiennes et des moyennes des températures quotidiennes, [nous simplifions] cette association tardive entre la température quotidienne et la mortalité quotidienne, et lorsque nous faisons cela, nous avons tendance à sous-estimer les effets de la chaleur," a-t-il ajouté.

La compilation des données quotidiennes sur les températures et la mortalité représente actuellement un "effort titanesque" qui peut prendre des années, a déclaré Joan Ballester, estimant que l'Union européenne devrait coordonner ces ensembles de données afin de stimuler la recherche européenne.

Il faut s'attendre à davantage de décès liés à la chaleur à l'avenir

L'Organisation météorologique mondiale (OMM) et Copernicus ont indiqué dans un rapport conjoint publié au début de l'année que l'Europe est le continent qui se réchauffe le plus rapidement au monde, avec un réchauffement deux fois plus important que la moyenne mondiale depuis les années 1980.

"Le stress thermique record que les Européens ont connu en 2022 a été l'un des principaux facteurs de la surmortalité liée aux conditions météorologiques en Europe," a déclaré Carlo Buontempo, directeur du Service Copernicus concernant le changement climatique, dans un communiqué publié en juin, ajoutant qu'il ne s'agissait pas d'un événement unique.

"Notre compréhension actuelle du système climatique et de son évolution nous informe que ce type d'événements fait partie d'un schéma qui rendra les extrêmes de stress thermique plus fréquents et plus intenses dans toute la région," a-t-il ajouté.

Des chercheurs d'ISGlobal et de l'Inserm ont déclaré en juillet que le continent européen serait confronté à une moyenne de plus de 68.000 décès liés à la chaleur chaque été d'ici à 2030 et de plus de 94.000 d'ici à 2040 s'il n'y a pas de réponse efficace au changement climatique.

Joan Ballester a déclaré que si les chercheurs peuvent "prévoir les températures futures et les décès liés à la température, [l'avenir] dépend de nos actions".

Par l'atténuation, "nous pouvons diminuer les émissions de gaz à effet de serre et réduire l'augmentation des températures" tandis que par l'adaptation, les gouvernements peuvent prendre une série de mesures, notamment en mettant en place un suivi plus étroit des personnes présentant des comorbidités à risque de décès liés à la chaleur et en utilisant de meilleurs outils de prévision et systèmes d'alerte précoce.

Il existe "des améliorations de la qualité des maisons, de l'isolation, de la ventilation et aussi une conception plus intelligente des villes : ces outils, parmi tant d'autres, pourraient être mis en œuvre à différents niveaux afin d'accroître la résilience et de réduire les effets de la chaleur," a conclu Joan Ballester.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Comment les vagues de chaleur sont-elles enregistrées ? Une météorologue nous répond

Une vague de chaleur exceptionnellement tardive en France, en Allemagne, en Espagne et en Suisse

Chaleur extrême : comment les températures élevées affectent le corps humain