EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Chaleur extrême : comment les températures élevées affectent le corps humain

Un homme se repose à Madrid, Espagne, mercredi 19 juillet 2023.
Un homme se repose à Madrid, Espagne, mercredi 19 juillet 2023. Tous droits réservés AP Photo/Manu Fernandez
Tous droits réservés AP Photo/Manu Fernandez
Par Giulia Carbonaro (adapté de l'anglais)
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Avec des températures aussi élevées que celles atteintes en Europe cette semaine, même le système de refroidissement naturel du corps humain, la sueur, ne peut nous protéger de la surchauffe. Voici quelques conseils pour rester en sécurité.

PUBLICITÉ

L'Italie, l'Espagne et la Grèce font face à une intense et écrasante vague de chaleur. Mardi, la température a atteint 44°C sur l'île de Sardaigne, 40°C à Rome. Cette chaleur torride a conduit les autorités italiennes à émettre des alertes météorologiques rouges pour 23 des 27 principales villes du pays mercredi, invitant la population à s'hydrater et à rester à l'intérieur pendant les heures les plus chaudes de la journée.

Ces températures élevées mettent les organismes à rude épreuve. Dans les cas les plus bénins, la chaleur fait gonfler nos mains et nos pieds de manière inconfortable. Dans les plus graves, elle peut provoquer étourdissements, convulsions, évanouissements.

Comment le corps réagit-il en cas de chaleur extrême ?

Le corps cherche à maintenir en permance une température d'environ 37°C. À l'origine d'une étude sur la "température critique supérieure", soit celle que le corps humain peut atteindre avant de commencer à dysfonctionner, le professeur Lewis Halsey, chercheur de l'université de Roehampton à Londres explique que "le corps travaille énormément pour défendre sa température centrale, il n'aime pas qu'elle change".

Lorsqu'il fait plus chaud, notre corps redouble d'efforts pour revenir à sa température habituelle, en ouvrant plus largement les vaisseaux sanguins près de la peau pour perdre de la chaleur et transpirer. "La transpiration est notre réponse clé, le seul moyen de faire face à la chaleur", explique Julie Davies, professeure à la Global Business School for Health de l'University College London.

Tiziana FABI/AFP
Rome sous une chaleur écrasante, le 18 juillet 2023.Tiziana FABI/AFP

Le liquide perdu par la transpiration doit être remplacé d'une manière ou d'une autre en buvant plus d'eau. Si nous ne le faisons pas, nous risquons de nous déshydrater, un état qui peut entraîner des vertiges et une sensation de faiblesse, ce que nous appelons "l'épuisement par la chaleur".

Selon le National Health Service (NHS) britannique, les symptômes du stress thermique et de l'épuisement dû à la chaleur peuvent inclure des vertiges, des nausées, des évanouissements, de la confusion, de la fatigue, une transpiration abondante, des maux de tête et des crampes musculaires.

Si la température corporelle dépasse sa limite supérieure, qui se situe, selon Lewis Halsey et ses collègues, entre 40 et 50 °C, nous pouvons souffrir d'un coup de chaleur, qui peut entraîner le gonflement et le dysfonctionnement de nos organes internes, avec des conséquences potentiellement fatales.

"À partir d'une certaine température, la transpiration ne suffit plus à garder le corps au frais", explique Julie Davies, au risque de s'exposer à "une crise cardiaque ou un coup de chaleur".

"Les protéines du corps commencent à se dénaturer - elles cessent de fonctionner, et les impulsions nerveuses fonctionnent moins bien. Le système nerveux est moins efficace, or il fait partie intégrante de l'organisme. Et cela commencer à affecter le cœur, car le cœur est un muscle", détaille Lewis Halsey.

"Si cela génère une arythmie (un rythme cardiaque anormal) et que le cœur ne pompe plus le sang aussi efficacement dans le corps parce qu'il est "désynchronisé", cela peut entraîner une baisse des niveaux d'oxygène. Si le niveau d'oxygène dans le cerveau n'est pas défendu, il y a un vrai problème".

Selon un rapport récent de l'Organisation météorologique mondiale, on estime que 61 000 personnes sont mortes en Europe l'été dernier à cause de la chaleur extrême. Une étude récente menée à New York a également montré que la chaleur peut exacerber les maladies mentales. Les chercheurs ont en effet constaté que les jours de forte chaleur, les patients souffrant d'anxiété, de schizophrénie, de démence et de toxicomanie se rendaient plus souvent aux urgences.

Qui est le plus à risque ?

"Nous sommes tous vulnérables aux effets de la chaleur extrême, mais certains d'entre nous le sont plus que d'autres", souligne Raquel Nunes, professeure adjointe en changement environnemental et santé publique à l'université de Warwick, au Royaume-Uni.

"Les personnes âgées, les bébés et les jeunes enfants, les femmes enceintes, les personnes ayant des problèmes de santé préexistants, les travailleurs en extérieur, les personnes défavorisées sur le plan socio-économique et les sans-abri en sont quelques exemples", poursuit-elle. "Néanmoins, d'autres facteurs peuvent contribuer aux effets de la chaleur, comme l'isolement social et la qualité du logement, par exemple."

Cecilia Fabiano/LaPresse via AP
Des touristes en quête de fraîcheur aux abords du Colisée à Rome, le 19 juillet 2023.Cecilia Fabiano/LaPresse via AP

Les personnes les plus vulnérables sont souvent exposées à un risque plus élevé de maladies et de décès liés à la chaleur, mais ces conséquences peuvent être prévenues et évitées, avance Raquel Nunes. "Pour protéger ces publics à haut risque, il est essentiel de mettre en œuvre des stratégies et des interventions personnalisées et ciblées."

Une "approche globale de la société et à multiples facettes" est selon le chercheuse nécessaire, impliquant "i_nitiatives de santé publique, planification urbaine et collaboration entre agences gouvernementales et organisations communautaires_".

Que faire quand il fait chaud ?

La chose la plus importante est de rester à l'abri du soleil autant que possible, en particulier pendant les heures les plus chaudes de la journée, indique l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Autres recommandations : chercher l'ombre, ne pas laisser les enfants ou les animaux dans des véhicules en stationnement, passer entre 2 et 3 heures de la journée dans un endroit frais, éviter le sport en extérieur pendant les heures les plus chaudes de la journée et essayer, si possible, de rafraîchir les habitations la nuit.

En cas de surchauffe, les experts conseillent de s'hydrater et de profiter des endroits équipés d'un système de climatisation. L'OMS recommande de porter des vêtements amples plutôt que serrés et d'éviter les boissons sucrées, alcoolisées ou contenant de la caféine.

AFP
Une femme boit à Skopje, le 18 juillet 2023, alors que l'Europe connaît des records de températures.AFP

"Ne faites pas d'efforts, prenez un bain froid, couvrez vos fenêtres pour les protéger du soleil. Ne cuisinez pas, isolez les tuyaux chauds. Et si vous le pouvez, travaillez tôt ou tard", conseille Julie Davies, qui souligne que "l'hydratation est très importante".

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Aucune ville n'est "vraiment préparée" aux futures vagues de chaleur

Les canicules de 2022 pourraient avoir causé 70 000 décès en Europe

Covid-19 : la Cour de justice de l'UE épingle la Commission européenne pour manque de transparence