Espagne : les côtes de Galice et des Asturies polluées par des millions de billes plastiques

Des volontaires ramassent des billes de plastique sur une plage de Nigran, Pontevedra, Espagne, mardi 9 janvier 2024.
Des volontaires ramassent des billes de plastique sur une plage de Nigran, Pontevedra, Espagne, mardi 9 janvier 2024. Tous droits réservés Efrem Lukatsky/Copyright 2024 The AP. All rights reserved
Par Ruth Wright avec AP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

"La contamination des océans et des écosystèmes par les plastiques est l'un des plus grands problèmes auxquels l'humanité est confrontée", déclare la ministre espagnole de l'environnement, Teresa Ribera.

PUBLICITÉ

Des millions de petits morceaux de plastique se sont déversés sur les côtes du nord de l'Espagne, ce qui a incité les autorités locales à déclarer une situation d'urgence environnementale.

Le gouvernement local pense que le plastique provient d'un conteneur tombé d'un navire le mois dernier.

"Ces petites boules de plastique posent un problème environnemental, car les poissons les confondent avec des œufs et les mangent. Elles entrent dans la chaîne alimentaire [...] et finissent sur nos tables", explique Cristobal López, porte-parole du groupe environnemental espagnol Ecologistas en Acción, à l'Associated Press depuis une plage de Galice.

Les gouvernements régionaux de Galice, la région qui a subi le plus gros de la pollution, et des Asturies voisines, ont demandé l'aide du gouvernement national espagnol. Lundi, le ministère public espagnol a ouvert une enquête.

Les procureurs craignent que les boulettes aient des propriétés toxiques et ont déclaré qu'elles auraient également été trouvées sur les côtes françaises.

Que sont ces billes de plastique ?

Le représentant du gouvernement espagnol pour la région de Galice a déclaré que le porte-conteneurs Toconao, un navire libérien, avait perdu six conteneurs au large des côtes portugaises, à quelque 80 kilomètres à l'ouest de Viana do Castelo.

L'un des six conteneurs contenait 1 000 sacs de granulés, chaque sac contenant 25 kilogrammes de ces minuscules billes de plastique. Elles sont utilisées dans la fabrication de produits en plastique.

Pourquoi ces billes de plastique constituent-elles une catastrophe écologique ?

Le déversement a été signalé pour la première fois aux autorités le 13 décembre, lorsque des centaines de milliers de petites billes blanches ont commencé à s'échouer sur le littoral atlantique de l'Espagne.

Greenpeace et d'autres groupes de défense de l'environnement estiment que le nombre total de billes perdues se chiffre en millions. Ils affirment que ces billes représentent un danger pour la vie marine et humaine, car elles peuvent se décomposer en microplastiques encore plus petits, susceptibles d'être consommés par les poissons capturés ultérieurement par les pêcheurs.

Un volontaire montre des billes de plastique ramassées sur une plage à Nigran, Pontevedra, Espagne, mardi 9 janvier 2024.
Un volontaire montre des billes de plastique ramassées sur une plage à Nigran, Pontevedra, Espagne, mardi 9 janvier 2024.Efrem Lukatsky/Copyright 2024 The AP. All rights reserved

"La contamination des océans et des écosystèmes par les plastiques est l'un des plus grands problèmes auxquels l'humanité est confrontée", déclare la ministre espagnole de l'environnement, Teresa Ribera. "Le déversement d'une quantité aussi importante de matières plastiques nécessite donc une surveillance étroite afin de déterminer si la compagnie de transport et la compagnie maritime ont pris les précautions qui s'imposaient".

Des bénévoles et des travailleurs se sont organisés pour nettoyer les plages et les côtes de la région, dont l'économie dépend en grande partie de l'industrie de la pêche et de la conchyliculture (l'élevage de coquillages). Le littoral marin de la Galice avait déjà été dévasté par une marée noire causée par le pétrolier Prestige en 2002.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

No Comment : l'Indonésie jonchée de plastique

Plastiques : nettoyer les océans, une idée trop belle pour être vraie ?

Eau potable rationnée en Sicile : la crise climatique n'est pas la seule responsable