EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

La poussière de pneu, une source de pollution microplastique parmi les plus dangereuses

Poussière de pneu : Le monde est-il en train de prendre conscience de cette source majeure de pollution microplastique ?
Poussière de pneu : Le monde est-il en train de prendre conscience de cette source majeure de pollution microplastique ? Tous droits réservés Damian Dovarganes/AP
Tous droits réservés Damian Dovarganes/AP
Par Euronews Green
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Quelque 2 milliards de pneus sont fabriqués chaque année. Quel est le coût environnemental du "cocktail chimique" qui les compose ?

PUBLICITÉ

La pollution microplastique est un problème qui exige un niveau d'attention inconfortable. Il peut être accablant de penser à la façon dont les objets de notre vie quotidienne - des vêtements que nous portons aux voitures que nous conduisons - se débarrassent de minuscules fragments de plastique.

Mais le coût de l'ignorance pourrait être dévastateur, et il y a un coupable sur lequel les chercheurs et les décideurs politiques se concentrent.

Selon un rapport publié en 2020 par le Pew Charitable Trust, 78 % des microplastiques présents dans les océans proviennent des pneus. Les pneus de voiture sont constitués d'environ 24 % de caoutchouc synthétique - une variante du plastique fabriquée à partir de sous-produits du pétrole - qui se décompose au fur et à mesure que les véhicules roulent.

Et ces anneaux de caoutchouc ne sont pas seulement des microplastiques en train de muer. De nouvelles recherches menées par 'Yale Environment 360' montrent que les scientifiques sont de plus en plus préoccupés par le "cocktail chimique" qui les compose et qui comprend également des métaux lourds tels que le cuivre, le plomb et le zinc.

Quels sont les dommages environnementaux causés par les pneus de voiture ?

La disparition massive des saumons dans les cours d'eau de la côte ouest des États-Unis, il y a vingt ans, a été l'un des premiers signes des dangers environnementaux posés par les pneus.

En 2020, les chercheurs ont finalement établi que les décès étaient dus à une substance chimique appelée 6PPD, ajoutée aux pneus pour les empêcher de se fissurer. Lorsqu'il est exposé à l'ozone troposphérique, le 6PPD se transforme en de multiples autres substances chimiques, dont un composé qui s'est avéré extrêmement toxique pour un certain nombre d'espèces de poissons.

Une coalition de tribus amérindiennes a constaté l'effet mortel de la poussière de pneus sur leurs espèces de saumons.

"Nous avons assisté au déclin de ces espèces jusqu'à leur extinction quasi certaine si rien n'est fait pour les protéger", affirme le conseil tribal de Puyallup dans un communiqué, demandant à l'EPA, l'agence américaine de protection de l'environnement, d'interdire le 6PPD.

Ce fut le début d'une campagne mondiale visant à découvrir ce qui se cache réellement dans les pneus de voiture.

Au total, leur caoutchouc contient plus de 400 produits chimiques et composés, dont beaucoup sont cancérigènes. La recherche commence seulement à montrer l'ampleur des risques liés à la poussière de pneu, selon "Yale Environment 360".

Quelle est l'ampleur du problème de la poussière de pneu ?

Les statistiques connues sont choquantes. Selon Emissions Analytics, près de 2 milliards de pneus sont fabriqués chaque année dans le monde, soit suffisamment pour atteindre la lune, s'ils sont empilés sur le côté.

Cette entreprise britannique affirme que les quatre pneus d'une voiture émettent 1 000 milliards de particules ultrafines par kilomètre parcouru. Ces particules sont si minuscules qu'elles peuvent passer à travers les tissus pulmonaires dans la circulation sanguine et franchir la barrière hémato-encéphalique, ce qui a des conséquences inquiétantes sur la santé.

Dans certains cas, la pollution par les poussières de pneus rivalise même avec les émissions des pots d'échappement. Une étude montre que les émissions de PM (Particules en suspension) 2,5 et de PM 10 provenant des pneus et des freins dépassent de loin la masse de ces émissions provenant des pots d'échappement en Californie, par exemple.

Une étude récente de l'Imperial College de Londres indique que la réduction des particules d'usure des pneus (TWP) est aussi importante que la réduction des émissions de gaz d'échappement.

Comment résoudre le problème de la pollution par les poussières de pneus ?

La lutte contre les particules d'usure des pneus nécessite une combinaison de recherche et de volonté réglementaire.

Du côté de l'éco-innovation, des chercheurs ont testé l'utilisation de pissenlits - qui produisent une forme de caoutchouc - et d'huile de soja pour augmenter la teneur en "caoutchouc naturel" des pneus.

Une entreprise allemande, la "Continental Tire Company", poursuit cette solution en fabriquant des pneus de bicyclette à partir de racines de pissenlit. Selon les tests effectués par "Emissions Analytics", ces pneus émettent 25 % de composés cancérigènes en moins, mais nécessitent toujours des additifs problématiques.

Au Royaume-Uni, la start-up de technologie propre, "The Tyre Collective", a mis au point un dispositif fixé à chaque pneu. Il utilise l'électrostatique et le flux d'air d'une roue en rotation pour collecter la poussière de pneu au fur et à mesure qu'elle est produite. Une fois les particules collectées, elles peuvent être recyclées en un autre type de caoutchouc aux applications variées, y compris de nouveaux pneus.

PUBLICITÉ

Mais nous ne pouvons pas inventer notre façon d'échapper à la pollution par la poussière de pneu**.** C'est pourquoi une réglementation plus stricte est nécessaire.

Dans l'Union européenne, les nouvelles règles "Euro 7", qui entreront en vigueur en 2025, seront les premières normes d'émission au monde à fixer des limites pour les émissions de particules provenant des freins et les émissions de microplastiques provenant des pneus.

Ces normes s'appliqueront également aux véhicules électriques, qui ont tendance à produire plus d'émissions de pneus en raison de leur poids plus élevé.

L'industrie prend acte de ces mesures. Le Tire Industry Project (projet de l'industrie du pneu) est composé de dix grands fabricants de pneus.

Selon une déclaration du groupe, il vise à "développer une approche holistique pour mieux comprendre et promouvoir l'action sur l'atténuation" de la pollution des pneus, y compris des pneus redessinés pour réduire les émissions".

PUBLICITÉ
Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Pollution : quels sont les trois pays européens qui respirent un air sain ?

Les Verts conditionnent leur soutien à von der Leyen à leur intégration au sein d'une coalition

Conférence de Bonn : pas d'accord sur le financement de la lutte contre le réchauffement climatique